Exercitation sur les calculs avancés de mathèmatique 6, Exercices de Calcul avancé

Exercitation sur les calculs avancés de mathèmatique 6, Exercices de Calcul avancé

PDF (34.6 KB)
2 pages
156Numéro de visites
Description
Exercitation sur les calculs avancés de mathèmatique 6. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Déterminer tous les couples (p, q) d’entiers naturels non nuls, En déduire que pour tout x > 0.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
JaponHongKongCjuin1980.dvi

[ Baccalauréat C Japon, Hong Kong juin 1980 \

EXERCICE 1

1. On considère dans Z2 l’équation (1) :

11a +7b = 1980.

a. Montrer que, pour tout couple (a, b) solution de (1), b est divisible par 11.

b. En déduire l’ensemble des solutions de (1).

2. Déterminer tous les couples (p, q) d’entiers naturels non nuls, tels que

11m +7d = 1980

m désigne le PPCM de p et de q , et d leur PGCD.

EXERCICE 2

Soit le plan affine P euclidien rapporté à un repère orthonormé. À tout point M(x ; y) on associe les points A(0, ; x) et B(−y ; 0), puis le point M

(

x′ ; y ′ )

barycentre des points M, A, B affectés respectivement des coefficients (1−αβ) ;α ; β. (α et β sont des nombres réels). On désigne par , β l’application de P dans P telle que , β(M)= M

′.

1. Montrer que x′ et y ′ vérifient

{

x′ = (1−αβ)x βy y ′ = αx + (1−αβ)y.

En déduire que , β est une application affine laissant au moins un point in- variant.

2. Déterminer les couples de réels (α, β) tels que , β soit involutive.

3. Déterminer la nature de l’involution qui correspond α > β. (On pourra cher- cher d’abord l’ensemble des points invariants).

PROBLÈME

E étant l’espace vectoriel des fonctions numériques définies et continues sur R+ = [0 ; +∞[, on associe à toute fonction f de E la fonction T ( f )= F définie par

F (0) = f (0)

F (x) = 1

x

x

0 f (t)dt six > 0.

Partie A

1. On considère les deux fonctions f1 et f2 de E définies par

f1(x)= 1

p 1+ x

et f2(x)= (1− x)e −x .

On pose F1 = T (

f1 )

et F2 = T (

f2 )

.

Le baccalauréat de 1980 A. P. M. E. P.

a. Calculer les primitives de f1 et f2 sur R+. Trouver des expressions de F1(x) et F2(x) valables pour tout x > 0.

b. Étudier la fonction f2. Tracer sur unmême graphique les représentations de f2 et F2. Interpréter graphiquement F2(1).

2. Soit la fonction f définie sur R+ par

f (x)= 2x +1

(x +1)2

a. Déterminer les réels a et b tels que. pour tout x > 0,

f (x)= a

x +1 +

b

(x +1)2 .

En déduire que pour tout x > 0

F (x)= 2Log (x +1)

x

1

x +1 .

b. Vérifier que F est élément de E. Montrer que pour tout t > 0, on a

t2 < f (t)−1< 0.

En déduire que F est dérivable en 0.

c. Quel est le sens de variation de f sur R+ ? Montrer que, pour tout x > 0, il existe x′ ∈]0 ; x[ tel que F (x)= f

(

x′ )

.

Montrer que, pour tout x > 0,

F ′(x)= 1

x [ f (x)−F (x)].

En déduire que F est monotone sur R+. Quelle est l’image de R+ par F ?

Partie B

1. Montrer, en utilisant le théorème de la moyenne, que T est une application de E dans E. Montrer que T est linéaire et injective.

2. Montrer que tout élément de E possédant sur R+ une dérivée continue admet un antécédent par T que l’on déterminera.

3. Soit E′ l’ensemble des applications g définies sur R+ par

g (x)= ex (

ax2+bx +c )

avec (a, b, c) ∈R3.

Montrer que E′ est un sous-espace vectoriel de E dont une base est (

g1, g2, g3 )

avec

g1(x)= e x ; g2(x)= xe

x ; g3(x)= x 2ex .

Montrer queT (

E ′ )

est un sous-espace vectoriel de Edont unebase est (

g1, g2, g4 )

avec

g4(0) = 1

g4(x) = ex −1

x si x > 0.

Hong Kong 2 juin 1980

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome