Exercitation - théorie de calcul 11, Exercices de Théorie de calcul
Eusebe_S
Eusebe_S10 April 2014

Exercitation - théorie de calcul 11, Exercices de Théorie de calcul

PDF (42.9 KB)
3 pages
296Numéro de visites
Description
Exercitation sur la théorie de calcul 11. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: les solutions complexes, l'équation des courbes.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
BordeauxCseptembre1984.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Bordeaux 1 septembre 1984 \

EXERCICE 1 5 points

1. Déterminer les solutions complexes z1, z2 avec |z1| < |z2| de l’équation :

z2−3(1+ i)z+4i= 0.

2. Dans le plan P rapporté au repère orthonormé direct (

O, −→ ı ,

−→ )

soient A, B, C

les points d’affixes respectives i, z1, z2.

a. Représenter A, B, C dans P et déterminer l’affixe du barycentre des points A, B, C affectés respectivement des coefficients 2, −2, 1.

b. Déterminer l’ensemble des points M de P vérifiant :

−−−→ MO 2−2−−→MA 2+2−−→MB 2−−−→MC 2 = 2.

3. Déterminer la similitude directe transformant A en B et B en C. Préciser son centre, son angle, son rapport.

EXERCICE 2 4 points

Le plan orienté P étant rapporté à un repère orthonormé direct (

O, −→ ı ,

−→ )

, on dé-

signe par A, B et C les points de P de coordonnées respectives (1 ; 0), (

0 ; p 3 )

et (−1 ; 0) dans ce repère. On appelle r la rotation de centre B, d’angle de mesure

π

3 , r ′ la rotation de centre A,

d’angle de mesure − 2π

3 , et s la symétrie par rapport à I (I milieu de (A, B)).

Soit f l’application r ′ ◦ s r .

1. Déterminer la nature et les éléments caractéristiques de f (on utilisera f (C) et f (B)).

2. Déterminer les applications de C dans C associées à r, r ′, s et f et retrouver ainsi les résultats du 1.

PROBLÈME 12 points

Effet d’une transformation sur la représentation graphique d’une fonction

Un plan P est rapporté à un repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→ )

. On noteP le plan privé

de la droite de repère (

O, −→ ı )

.

T désigne l’application deP dansP qui, au pointM(x, y), associe le pointM ′(x′, y ′) tel que

x′ = −x

y ′ = 1

y .

Partie A

1. Bordeaux, Caen, Clermont-Ferrand, Limoges, Nantes, Orléans-Tours, Poitiers, Rennes

Terminale C A. P. M. E. P.

1. L’objet de cette question est de construire M ′ à partir de M ; la suite du pro- blème n’en dépend pas.

Soit m la projection orthogonale d’un point M de P sur la droite de repère (

O, −→ ı )

. On désigne par N1 et par N2 les points tels que −−−→ mN1 −

−−−→ mN2 =

−→ ı , par

M1 l’orthocentre du triangle MN1N2 ?

Calculer les coordonnées deM1 en fonction des coordonnées deM (on pourra

utiliser le produit scalaire : −−−−→ N2M1 ·

−−−→ N1M et en déduire queM ′ est le symétrique

orthogonal de M1 par rapport à la droite de repère (

O, −→ )

.

2. On donne les trois demi-droites D,∆ et L définies respectivement par y = x+1 et x > 1 ; par y = 2x+1 et x> 1 ; par y = 1 et x 6−1. Donner une équation des courbes D′, ∆′, L′ transformées respectives par T de D, ∆, L. On représentera D, ∆ , L, D′, ∆′, L′ sur unmême dessin (unité 2 cm).

Partie B

Soit f la fonction définie sur R par 

f (0) = 2

f (x) = (1+ x)ex −1

ex −1 pour x 6= 0.

1. Montrer

a. qu’on a, pour x 6= 0, f (x)= 1+ ( x

ex −1

)

ex

b. que f est continue sur R.

2. Montrer

a. que f est dérivable au point zéro et que f ′(0) = 1

2 (on pourra utiliser le

développement limité d’ordre 2 au voisinage de zéro de la fonction qui à x associe ex ).

b. que f est dérivable sur R et préciser f ′(x) pour tout x.

3. a. Soit α la fonction définie sur R par α(x)= ex x−1. Étudier les signes de α′(x) et de α(x) suivant les valeurs de x.

b. En déduire le tableau de variations de f .

c. Soit C la courbe représentative de f . Démontrer que D et L sont asymp- totes à C . Préciser la position des branches infinies de C par rapport à D, ∆ et L.

Dessiner C sur la figure demandée au A 2.

Partie C

Soit g la fonction définie sur R par

g (0) = 1

2

g (x) = ex −1

ex + x−1 pour x 6= 0.

1. Montrer que g (x)= 1

f (−x) pour tout x. En déduire :

a. que g est continue et strictement croissante sur R

b. que g est dérivable sur R. Exprimer g ′(x) à l’aide de f (−x) et de f ′(−x). Préciser g ′(0).

c. préciser les limites de g en +∞ et −∞.

Bordeaux, Caen, Clermont-Ferrand, Limoges, Nantes, Orléans-Tours,Poitiers, Rennes

2 septembre 1984

Terminale C A. P. M. E. P.

2. Soit Γ la courbe représentative de g . Montrer que Γ est la transformée, par T de C . En utilisant la position de C par rapport à D et ∆ (cf. B 3. c.), montrer qu’on a :

x ∈]−∞ ; −1], 1

1−2x 6 g (x)6

1

1− x .

et préciser la position de Γ par rapport à D′ et ∆′. Compléter la figure deman- dée au A 2. par le tracé de Γ.

3. Soit A1(λ) l’aire de l’ensemble des points M(x ; y) tels que λ6 x 6−1 et 06 y 6 g (x) et A2(µ) l’aire de l’ensemble des points M(x ; y) tels que :

16 x6µ et g (x)6 y 6 1.

On ne cherchera pas à calculer A1(λ) et A2(µ).

a. Prouver que A1(λ) tend vers +∞ quand λ tend vers −∞. b. Prouver que l’on a : 1− g (x)6 xe−x pour x > 1 et en déduire que A2(µ)

admet une limite finie quand µ tend vers +∞.

Bordeaux, Caen, Clermont-Ferrand, Limoges, Nantes, Orléans-Tours,Poitiers, Rennes

3 septembre 1984

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome