Exercitations de physique des dispositifs sur l'étude de satellites d'observation, Exercices de Physique des dispositifs à impulsions
Eleonore_sa
Eleonore_sa7 May 2014

Exercitations de physique des dispositifs sur l'étude de satellites d'observation, Exercices de Physique des dispositifs à impulsions

PDF (216.3 KB)
3 pages
216Numéro de visites
Description
Exercitations de physique des dispositifs sur l'étude de satellites d'observation. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: un satellite circumpolaire, un satellite géostationnaire.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
EXERCICE I étude de satellites d'observation 5 points

Amérique du Sud 2007 - EXERCICE I. ÉTUDE DE SATELLITES D'OBSERVATION (5 points) Les satellites d'observation sont des objets spatiaux en orbite circulaire autour de la Terre. Leur mission principale est d'effectuer des observations de l'atmosphère, des océans, des surfaces émergées et des glaces, et de transmettre à une station terrestre les données ainsi obtenues. 1. ENVISAT : un satellite circumpolaire. C'était le plus gros satellite européen d'observation lors de son lancement le 1er mars 2002. Ses capteurs peuvent recueillir des données à l'intérieur d'une bande de largeur au sol de 3000 km permettant une observation biquotidienne de l'ensemble de la planète.

Données : Constante de gravitation universelle : G = 6,67 10 –11 USI ENVISAT : masse : m = 8200 kg

altitude moyenne : h = 800 km orbite contenue dans un plan passant par les pôles

TERRE : masse : M = 5,98 1024 kg

rayon : R = 6,38 103 km période de rotation propre : 1436 minutes

On rappelle l'expression de la valeur de la force d'interaction gravitationnelle entre deux corps de masse mA et mB , de centres A et B, de répartition de masse à symétrie sphérique, distants de d = AB :

2

A Bm mF G. d

1.1.1. Représenter sur la figure 1 de I’ANNEXE À RENDRE AVEC LA COPIE la force d'interaction gravitationnelle exercée par la Terre (sa répartition de masse étant supposée à symétrie sphérique) sur le satellite supposé ponctuel et noté S. Donner l'expression vectorielle de cette force en représentant le vecteur unitaire choisi sur la figure 1. 1.1.2. Calculer la valeur de cette force.

1.2.En considérant la seule action de la Terre, établir l'expression vectorielle de l'accélération du satellite dans le référentiel géocentrique, supposé galiléen, en fonction de M, h et R. 1.3.Sur la figure 2 de l'ANNEXE À RENDRE AVEC LA COPIE, représenter, sans souci d'échelle, le vecteur accélération à trois dates différentes correspondant aux positions A, B et C du satellite. 1.4.Montrer que, dans le cas d'un mouvement circulaire, dont on admettra sans démonstration qu'il est uniforme,

la vitesse du satellite a pour expression : v = GM

R h .

1.5.Calculer la vitesse du satellite en km.s-1. 1.6.Donner l'expression de la période de révolution du satellite en fonction de sa vitesse et des caractéristiques de la trajectoire R et h. Puis calculer sa valeur. 2. METEOSAT 8 : un satellite géostationnaire. Ce satellite a été lancé par ARIANE 5 le 28 août 2002. Il est opérationnel depuis le 28 janvier 2004. La position d'un satellite géostationnaire parait fixe aux yeux d'un observateur terrestre. Situé à une altitude H voisine de 36000 km, il fournit de façon continue des informations couvrant une zone circulaire représentant environ 42% de la surface de la Terre.

2.1. Donner les trois conditions à remplir par METEOSAT 8 pour qu'il soit géostationnaire.

2.2. Troisième loi de Képler dans le cas général d'une trajectoire elliptique : Pour tous les satellites, le rapport entre le carré de la période de révolution T et le cube du demi-grand axe r

de sa trajectoire est le même : 2

3

T

r = constante = K.

Dans le cas d'une trajectoire circulaire r correspond au rayon de la trajectoire. En utilisant les réponses aux questions 1.4 et 1.6, établir l'expression de la constante K en fonction de G et M pour les satellites étudiés. Calculer K dans le système international d'unités. 2.3. En déduire, pour METEOSAT 8, la valeur de R+H, puis celle de H. 2.4. La mise en place du satellite sur l'orbite géostationnaire s'effectue en plusieurs étapes.Tout d'abord, ARIANE 5 amène le satellite hors de l'atmosphère et le largue sur une orbite de transfert. L'orbite de transfert parcourue par le satellite est une ellipse (voir figure 3 de L'ANNEXE À RENDRE AVEC LA COPIE) dont le périgée P se situe à une altitude voisine de 200 km et l'apogée A à l'altitude de l'orbite géostationnaire voisine de 36000km. Ensuite le « moteur d'apogée » du satellite lui permettra d'obtenir la vitesse nécessaire à sa mise sur orbite géostationnaire lors des passages successifs par l'apogée.

2.4.1. À l'aide des données ci-dessus, calculer la longueur r du demi-grand axe de la trajectoire sur cette orbite de transfert. 2.4.2. À l'aide de la troisième loi de Képler, en déduire la période T du satellite sur cette orbite de transfert.

ANNEXE DE L'EXERCICE I

À RENDRE AVEC LA COPIE

T

R

h

S

figure 1 :

figure 2 :

Terre

A

C

B

figure 3 :

2 r

P

Terre

A

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome