Géométrie algorithmique – exercices – 15, Exercices de Géométrie Algorithmique
Eusebe_S
Eusebe_S10 April 2014

Géométrie algorithmique – exercices – 15, Exercices de Géométrie Algorithmique

PDF (42.4 KB)
3 pages
140Numéro de visites
Description
Géométrie algorithmique – exercices – 15. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la construction géométrique de L, le centre du carré ADHE.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
PondicheryCmai1991.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Pondichéry juin 1991 \

EXERCICE 1 4 points

Soit O un point du plan orienté. À chaque point M du plan on associéé le point G défini de la façon suivante :

– SiM est en O,G est en O ; – SiM est distinct de O, on considère le triangle OMM ′ rectangle en M tel que :

á(−−−→ OM ,

−−−→ OM

) =

π

4 .

Le point G est alors le centre de gravité du triangle OMM ′.

1. Montrer que si M est distinct de O,

a. cos á(−−−→

OM , −−→ OG

) =

2 p 5

5 ,

b. sin á(−−−→

OM , −−→ OG

) =

p 5

5

c. OG

OM =

p 5

3 .

2. En déduire la nature et les éléments caractéristiques de la transformation S du plan qui à chaque point M associeG.

3. Soit D une droite ne passant pas par O. On suppose que M décrit D.

a. Quel est le lieu L du pointG quand M décrit D ?

b. Indiquer une construction géométrique de L.

EXERCICE 2 4 points

+

A B

C D

E F

GH

I

K

Soit le cube ABCDEFGH représenté par la figure ci-dessus.

L’espace est orienté par le repère orthonormal direct ( A ;

−−→ AB ,

−−→ AD ,

−→ AE

) .

On désigne par I le milieu de [EF] et par K le centre du carré ADHE.

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

1. a. Vérifier que −−→ BK =

−→ IG ∧

−→ IA .

b. En déduire l’aire du triangle IGA.

2. Calculer le volume du tétraèdre ABIG et en déduire la distance du point B au plan AIG

PROBLÈME 4 points

Le plan est rapporté au repère orthonormal R = ( O,

−→ ı ,

−→

) (unité graphique 2 cm).

Soit f la fonction définie sur R par :

f (x)= ex−1−1.

Le but du problème est de trouver une approximation de l’une des solutions de l’équation f (x)= x. Les parties B et C sont indépendantes.

A.

On se propose d’étudier la fonction f et les solutions de l’équation f (x) = x

1. Établir le tableau de variation de f et tracer sa courbe représentative C dans le repère R.

2. On pose ϕ(x)= f (x)− x. a. Déterminer la limite de ϕ(x) lorsque x tend vers +∞. b. Dresser le tableau de variation deϕ et démontrer que l’équation ϕ(x)= 0

admet deux solutions qu’on notera a et b (a < b). c. En déduire que l’équation f (x)= x admet comme seules solutions a et b

et établir que : 2< b < 5

2 .

B.

On se propose d’étudier une méthode d’approximation du nombre b .

Pour ce faire on introduit les deux suites (un )n>0 et (vn)n>0 définies comme suit :

u0 = 2 ; v0 = 5

2 et pour tout entier n> 1 :

Si ϕ (un−1+ vn−1

2

) > 0, alors un =un−1 et vn =

un−1+ vn−1 2

,

Si ϕ (un−1+ vn−1

2

) > 0, alors un =

un−1+ vn−1 2

et vn = vn−1.

1. Calculer u1, v1, u2, v2.

2. Soit I =

[ 2 ;

5

2

] . Montrer en raisonnant par récurrence que pour tout entier

naturel n, un et vn sont éléments de I.

3. En utilisant le tableau de variation de la fonction ϕ sur l’intervalle I et en rai- sonnant par récurrence, montrer que (un ) est majorée par b et que (vn) est minorée par b.

4. Établir que la suite (un ) est croissante et que la suite (vn) est décroissante. Que peut-on en conclure ?

5. Démontrer par récurrence que :

vn un = ( 1

2

)n+1 .

6. Montrer que les deux suites (un )n>0 et (vn)n>0 convergent vers b.

Pondichéry 2 juin 1991

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

7. Déterminer un entier positif p, tel que vp soit une valeur approchée à 10−1

près par excès de b. Calculer vp .

C.

On se propose d’étudier une autre méthode d’approximation du nombre b .

Soit la fonction g définie sur I= [ 2 ;

5

2

] par :

g (x)= ln(x+1)+1.

1. Montrer que, sur I, l’équation f (x)= x équivaut à l’équation g (x)= x. 2. a. Démontrer que, pour tout élément x de I, g (x) appartient à I.

b. Montrer que pour tout élément x de I : 06 g ′(x)6 1

3 .

c. En déduire que, pour tout élément x de I :

|g (x)−b|6 1

3 |xb|.

3. Soit (wn)n>0 la suite d’éléments de I définie par :

w0 = 2 et pour tout entier n> 1, wn = g (wn−1) .

a. Établir que pour tout n> 0 :

|wn b|6 1

2

( 1

3

)n .

En déduire la limite de (wn).

b. Déterminer un entier q tel que wq soit une valeur approchée de b à 10−2

près par défaut. Calculer wq .

4. Comparer le nombre de pas respectifs à effectuer pour obtenir une valeur ap- prochée de b à la précision 10−8, pour la méthode du B et pour la méthode du C.

Pondichéry 3 juin 1991

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome