Géométrie algorithmique – exercices – 9, Exercices de Géométrie Algorithmique
Eusebe_S
Eusebe_S10 April 2014

Géométrie algorithmique – exercices – 9, Exercices de Géométrie Algorithmique

PDF (38.2 KB)
3 pages
82Numéro de visites
Description
Géométrie algorithmique – exercices – 9. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le plan complexe, la distance PM.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
MetropoleCseptembre1988.dvi

[ Baccalauréat C Métropole septembre 1988 \

EXERCICE 1 4 POINTS

On considère le plan complexe rapporté à un repère orthonormé (

O, −→ u ,

−→ v

)

.

θ désigne un nombre réel de l’intervalle ]−π ; +π[. Pour tout θ on définit le nombre complexe

z(θ)= 1

2

(

1+eiθ )2 .

1. Calculer (

1+eiθ )

e−i θ

2 , en déduire que le nombre complexe (

1+eiθ )

a pour ar-

gument θ

2 .

Calculer le module et l’argument de z(θ).

Représenter dans le plan complexe z(θ).

2. Soit M le point d’affixe z(θ) et A le point d’affixe 1. On projette orthogonale- ment A en P sur la droite (OM).

Quel est l’ensemble des points P quand θ varie dans ]−π ; +π[ ?

3. Calculer la distance PM. On séparera les cas

θ

[

π

2 ; π

2

]

et θ ∈ ]

π ; − π

2

[

]

π

2 ; π

[

.

4. Donner une construction géométrique de l’ensemble des points M (construc- tion point par point).

EXERCICE 2 4 POINTS

On considère dans le plan (P) un cercle de diamètre [OB). Soit A un point du segment [OB], distinct de O et de B, I le milieu de [AB]. La médiatrice du segment [AB] coupe le cercle en M et M′ tels qu’une mesure de

l’angle (

−−→ MO ,

−−→ MB

)

soit + π

2 Soit N la projection orthogonale de A sur (OM).

O A

B I

M

N

M′

+

1. Donner la nature du quadrilatère AMBM′. En déduire que la droite (AM′) est orthogonale à (OM) et que N, A et M′ sont alignés.

2. On appelle S la similitude directe de centre N, telle que S(M) = A.

Préciser l’angle de cette similitude. Déterminer les images par S des droites (MI) et (NA). En déduire l’image par S du point M′.

Le baccalauréat de 1989 A. P. M. E. P.

3. Montrer que l’image par S de I est le point I′, milieu de [OA]. En déduire que la droite (NI) est tangente en N au cercle de diamètre [OA].

PROBLÈME 12 POINTS

Partie A

1. On considère la fonction polynôme P définie pour tout x réel par :

P (x)= 2x3−3x2−1.

a. Étudier les variations de P .

b. Montrer que l’équation P (x) = 0 admet une racine réelle et une seule α, et que α appartient à l’intervalle ]1,6 ; 1,7[.

2. Soit D l’ensemble des réels strictement supérieurs à −1.

On considère la fonction numérique f définie sur D par :

f (x)= 1− x

1+ x3 .

On désigne par (C ) la courbe représentative de f dans le plan rapporté à un repère orthonormé (on prendra comme unité 4 cm).

a. Étudier les variations de f (on utilisera pour cela les résultats du 1.

b. Écrire une équation de la droite (∆) tangente à la courbe (C ) au point d’abscisse 0. Étudier la position de la courbe (C ) par rapport à la droite (∆) dans l’intervalle ]−1 ; +1[.

c. Montrer que la courbe (C ) est située au-dessus de sa tangente au point d’abscisse 1.

Tracer la courbe (C ), la droite (∆) et la tangente à (C ) au point d’abscisse 1.

3. a. Déterminer trois réels a, b, c, tels que pour tout x dans l’ensemble de définition de f on ait :

f (x)= a

x +1 +

bx +c

x2− x +1 .

b. x étant un nombre réel positif, justifier l’existence de l’intégrale :

F (x)= ∫x

0 f (t)dt .

et la calculer.

c. Calculer F (1) et interpréter ce nombre à l’aide d’une aire.

Partie B

On désigne parN l’ensemble des entiers naturels. On considère la suite numérique

(

up )

p∈N définie, pour tout entier naturel p de N,

par :

up = (−1)p

(3p +1)(3p +2) ,

puis la suite (Sn)n∈N définie, pour tout n ∈N, par

Sn = u0+u1+·· ·+up +·· ·+un .

Métropole 2 septembre 1988

Le baccalauréat de 1989 A. P. M. E. P.

1. Montrer que pour tout entier naturel p, on a

∫1

0 t3p(1− t)dt =

1

(3p +1)(3p +2) .

2. a. Montrer que

Sn =

∫1

0 (1− t)

1− (

t3 )n+1

1+ t3 dt .

b. On pose

I =

∫1

0

1− t

1+ t3 dt

Montrer que

I Sn = (−1) n+1

∫1

0

t3

1+ t3 [

t3n(1− t) ]

dt .

Donner sur [0 ; 1] unmajorant de t3

1+ t3 et en déduire, en utilisant le B 1.,

que :

|I Sn |6 1

9n2 .

3. Montrer que la suite (Sn)n∈N est convergente et que sa limite est 2

3 ln2.

Métropole 3 septembre 1988

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome