Géométrie algorithmique - exercitation sur l’espérance mathématique de la variable aléatoire, Exercices de Géométrie Algorithmique
Eusebe_S
Eusebe_S15 April 2014

Géométrie algorithmique - exercitation sur l’espérance mathématique de la variable aléatoire, Exercices de Géométrie Algorithmique

PDF (56.4 KB)
4 pages
577Numéro de visites
Description
Géométrie algorithmique - exercitation sur l’espérance mathématique de la variable aléatoire.Les principaux thèmes abordés sont les suivants:Les conditions,La fréquence observée,la somme de fonctions dérivables.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 4
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Etranger S correction juin 2013.dvi

[ Baccalauréat S Centres étrangers 12 juin 2013\

EXERCICE 1 4 points Commun à tous les candidats

Partie A

1. La durée de vie moyenne d’une vanne est égale à l’espérance mathématique de la variable aléa- toire T .

E (T )= 1

λ =

1

0,0002 = 5000 (h).

2. On calcule p(T > 6000)= e−6000λ = e6000×0,0002 = e−1,2 ≈ 0,301.

Partie B 1.

2. On a P (E )= P (F1)+P (F1∩F2∩F3)=

P (E )= 0,3+0,7×0,3×0,3 = 0,3+0,063 = 0,363.

3. Il faut calculer PE (F1) = P (E F1)

P (E ) =

0,3

0,363 ≈

0,8264≈ 0,826 (aumillième).

F10,3

F10,7

F2 0,3

F3 0,3

Partie C

1. Les conditions :

n = 400> 30 ;

np = 8> 5 ;

n(1−p)= 392> 5

sont bien réalisées. Dans ces conditions on sait que l’intervalle de fluctuation à 95% est égal à :

I400 =

[

0,02−1,96

p 0,02×0,98 p 400

; 0,02+1,96

p 0,02×0,98 p 400

]

= [0,00628 ; 0,03372]

2. La fréquence observée est égale à 10

400 = 0,025 et 0,0025 ∈ I400.

L’affirmation de l’industriel ne peut être remise en cause.

Partie D

1. La calculatrice permet de trouver :

P (7606D 6 840)=≈ 0,683.

2. P (D 6 880)= 1

2 +P (8006D 6 880)≈ 0,5+0,477 ≈ 0,977.

3. On a P (D > 880) = 1− P (D 6 880) ≈ 0,023 soit à peu près 2,3%, soit beaucoup plus que 1%. L’industriel a tord.

Exercice 2 4 points

Commun à tous les candidats

Affirmation 1

Un vecteur normal au plan P a pour coordonnées (2 ; 1 ; −2). Un vecteur normal au plan dont une équation est 2x+ y +2z −24 = 0 a pour coordonnées (2 ; 1 ; 2) : ces deux vecteurs ne sont pas colinéaires donc le s plans ne sont pas parallèles.

Affirmation fausse.

Affirmation 2

Baccalauréat S A. P.M. E. P.

Pour t =−1 on trouve les coordonnées de A et pour t = 3 celles de C. Affirmation vraie.

Affirmation 3

La droite (DE) a pour vecteur directeur −−→ DE (5 ; −4 ; 3) et on a vu que

−→ u (2 ; 1 ; −2) est un vecteur normal

au plan P .

Or −→ u ·

−−→ DE = 10− 4− 6 = 0, donc la droite (DE) est parallèle au plan P . Comme les cordonnées de E

ne vérifient pas l’équation de P (4+7+12−5 = 0 est une égalité fausse, la droite (DE) est strictement parallèle au plan (P ).

Affirmation 4

La droite (DE) est orthogonale au plan (ABC).

Affirmation fausse.

Exercice 3 5 points

Commun à tous les candidats

Partie A

1. a. Soit G la fonction définie sur [0 ; 1] par G(x)= x−e−x est dérivable sur cet intervalle et G ′(x)= 1− (−e−x )= 1+e−x : c’est donc une primitive de g .

Donc A1 = ∫a

0 g (x)dx = [G(x)]a0 =

[

x −e−x ]a 0 = a −e

a − (

0−e−0 )

= a +1−e−a .

b. A2 = ∫1

a g (x)dx = [G(x)]1a =

[

x −e−x ]1

a = 1−e −1−

(

a −e−a )

= 1−a +e−a −e−1.

2. a. Somme de fonctions dérivables sur [0 ; 1], f est dérivable sur cet intervalle et :

f ′(x)= 2+2e−x

Les deux termes de cette somme sont positifs, donc sur [0 ; 1], f ′(x) > 0 et la fonction f est

croissante sur [0 ; 1] de f (0)=−2+ 1

e à f (1)= 2−2e+

1

e . D’où le tableau de variation :

x 0 1

+

1 e −2

−2− 1e

f ′(x)

f (x)

b. Sur [0 ; 1], f croît de f (0) ≈ −1,6 à f (1) ≈ 1,6. Comme elle est croissante et continue elle s’annule une seule fois sur l’intervalle [0 ; 1] pour un réel α tel que f (α)= 0.

La calculatrice permet de trouver que :

0,4<α< 0,5, puis 0,45<α< 0,46 et enfin 0,452 <α< 0,453.

Donc α≈ 0,45 au centième près.

3. On a :

A1 =A2 ⇐⇒ a +1−e−a = 1− a +e−a −e−1 ⇐⇒ 2a −e−a +e−1 = 0, ce qui signifie que a est une solution de l’équation f (x)= 0 sur [0 ; 1].

On a vu que cette solution est égale à α.

Finalement les aires sont égales pour a =α≈ 0,45.

Partie B

1. On a g (0)= 1+1= 2. Il est donc évident que l’aire du domaine D est inférieure à 2×1= 2.

Comme g (1) = 1+e−1, si b > 1+e−1 chacune des deux aires serait supérieure à 1 ce qui est im-

possible. Donc b < 1+ 1

e

Centres étrangers 2 12 juin 2013

Baccalauréat S A. P.M. E. P.

2. L’aire du domaine du bas est égale à b ×1= b qui est égale à la demi-aire de D.

On a donc :

b = 12

∫1

0 g (x)dx =

1

2 [G(x)]10 =

1

2

[

x −e−x ]1 0 =

1

2

[

1−e−1+e0 ]

.

Finalement b = 12 (

2−e−1 )

= 1− e −1

2 ≈ 0,816.

Exercice 4 5 points

Candidats n’ayant pas choisi la spécialitémathématique

Partie A - Algorithmique et conjectures

1. Affecter à u la valeur n×un +1

2(n+1) Affecter à n la valeur n+1.

2. Il faut rajouter avant le Fin Tant que : « Afficher la variable u ».

3. La suite (un ) semble être décroissante vers 0.

Partie B - Étudemathématique

1. Pour tout entier n > 1, vn+1 = nun+1−1= (n+1)× n×un +1

2(n+1) −1=

n×un +1

2 − 2

2 =

n×un −1

2 =

1

2 vn .

Cette relationmontre que la suite (vn) est géométrique de raison 1

2 et de premier terme

v0 = 1×u1−1= 1

2 .

2. On a donc pour tout entier n > 1, vn+1 = 0,5×0,5n−1 = 0,5n .

Or vn = nun −1 ⇐⇒ un = vn +1

n =

1+0,5n

n .

3. Comme −1< 0,5< 1, on sait que lim n→+∞

0,5n = 0, et comme lim n→+∞

1

n = 0, on a donc lim

n→+∞ un = 0.

4. Pour tout entier n > 1, on a :

un+1−un = 1+ (0,5)n+1

n+1 − 1+ (0,5)n

n =

n+n×0,5n+1 − (n+1)− (n+1)×0,5n

n(n+1) =

−1+0,5n×0,5n − (n+1)×0,5n

n(n+1) =

−1+0,5n (0,5nn−1)

n(n+1) =

−1+0,5n (−0,5n−1)

n(n+1) =−

1+ (1+0,5n)(0,5)n

n(n+1) .

Les deux termes du quotient sont supérieurs à zéro, donc pour tout entier n > 1, on a :

un+1−un < 0, ce qui démontre que la suite (un ) est décroissante (vers zéro).

Partie C - Retour à l’algorithmique

Variables n est un entier naturel

u est un réel

Initialisation Affecter à n la valeur 1

Affecter à u la valeur 1,5

Traitement Tant que u > 0,001

Affecter à u la valeur n×u+1

2(n+1) Affecter à n la valeur n+1

Fin Tant que

Sortie Afficher la variable n

Centres étrangers 3 12 juin 2013

Baccalauréat S A. P.M. E. P.

Exercice 4 5 points

Candidats ayant choisi la spécialitémathématique

Partie A - Algorithmique et conjectures

1. Tant que i < n faire Affecter à i la valeur i +1

Afficher i

Affecter à c la valeur (0,8a +0,3b)

Afficher c

Affecter à b la valeur (0,2a +0,7b)

Afficher b

Affecter à a la valeur c

Fin du Tant que

2. Au vu de ces résultats, la suite (an ) semble décroître vers 18 et la suite (bn) semble croître vers 12.

Partie B - Étudemathématique

1. an et bn étant les nombres respectifs d’oiseaux présents sur les îles A et B au début de l’année 203+n, on a l’année suivante :

sur l’île A, 80% des oiseaux de l’île A de l’année précédente et et 30% des oiseaux de l’île B de

l’année précédente, soit :

an+1 = 0,8an +0,3bn ,

sur l’île B, 20% des oiseaux de l’île A de l’année précédente et et 70% des oiseaux de l’île B de

l’année précédente, soit :

bn+1 = 0,2an +0,7bn .

Donc avec M =

(

0,8 0,3

0,2 0,7

)

, on a bienUn+1 = MUn .

2. Initialisation :

M1 =

(

0,6+0,4×0,51 0,6−0,6×0,51

0,4−0,4×0,51 0,4+0,6×0,51

)

=

(

0,8 0,3

0,2 0,7

)

= M . La propriété est vraie au rang 1.

Hérédité : on suppose que pour p ∈N, on a M p =

(

0,6+0,4×0,5p 0,6−0,6×0,5p

0,4−0,4×0,5p 0,4+0,6×0,5p

)

.

Alors M p+1 = M ×M p =

(

0,8 0,3

0,2 0,7

)

×

(

0,6+0,4×0,5p 0,6−0,6×0,5p

0,4−0,4×0,5p 0,4+0,6×0,5p

)

.

Le premier coefficient de cette matrice est :

0,8× (0,6+0,4×0,5p )+0,3× (0,4−0,4×0,5p )= 0,48+0,32×0,5p +0,12−0,2×0,5p =

0,6+0,2×0,5p = 0,6+ (0,4×0,5)×0,5p = 0,6+0,4×0,5p+1 .

On démontrerait de la même façon que :

M p+1 =

(

0,6+0,4×0,5p+1 0,6−0,6×0,5p+1

0,4−0,4×0,5p+1 0,4+0,6×0,5p+1

)

.

La propriété est donc vraie au rang p +1 : elle est donc vraie quel que soit le naturel n ∈N,n > 1.

3. Exprimer an en fonction de n, pour tout entier naturel n > 1.

4. On admet donc que pour n ∈N,n > 1, Un = MnU0 soit : (

an bn

)

=

(

0,6+0,4×0,5n 0,6−0,6×0,5n

0,4−0,4×0,5n 0,4+0,6×0,5n

)(

a0 b0

)

= 10 (

an bn

)

=

(

20(0,6+0,4×0,5n )+10(0,6−0,6×0,5n ) 20(0,4−0,4×0,5n )+10(0,4+0,6×0,5n )

)

.

Finalement quel que soit n ∈N,n > 1 :

an = 20(0,6+0,4×0,5n )+10(0,6−0,6×0,5n )= 12+8×0,5n +6−6×0,5n = 18+2×0,5n .

Comme −1< 0,5< 1, on sait que lim n→+∞

0,5n = 0. Il s’ensuit que lim n→+∞

2×0,5n = 0 et donc que

lim n→+∞

an = 18.

Au bout de quelques années la population sur l’île A va se rapprocher de 18 millions (au bout de 10 ans :

≈ 18,002)

Centres étrangers 4 12 juin 2013

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome