Géométrie analytique - travaux pratiques sur le repère, Exercices de Géométrie analytique et calcul
Eusebe_S
Eusebe_S15 April 2014

Géométrie analytique - travaux pratiques sur le repère, Exercices de Géométrie analytique et calcul

PDF (206.2 KB)
8 pages
149Numéro de visites
Description
Géométrie analytique - travaux pratiques sur le repère. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la validation de la conjecture précédente. la valeur exacte de l’intégrale I .
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 8
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Metropole S sept 2013.corr.dvi

[ Corrigé Baccalauréat S Métropole 12 septembre 2013 \

EXERCICE 1 : 6 points Partie A :

1. Par lecture graphique, le signe de f (x) est donné par :

x

f (x)

−∞ −2 +∞

− 0 +

2. a. On sait que F est une primitive de f donc , F ′ = f F ′(0)= f (0)= 2, F ′(−2)= f (−2)= 0.

b. C 3 ne convient pas car la tangente au point d’abscisse 0 n’a pas pour coefficient directeur 2 :

O

B

I

−→ ı

−→

d3

C3

Elle passe par B(0 ; −1,5) (environ) et I (1 ; 0) donc le coefficient directeur de cette tangente est

yIyB xIxB = 1,5, donc C3 ne convient pas.

C2 ne convient pas car la tangente au point d’abscisse (−2) n’a pas pour coefficient directeur 0.

O −→ ı

−→

d2

C2

C2 ne convient pas, la tangente horizontale semble plutôt concerner le point d’abscisse (−0,5) de la courbe.

Il reste donc C1

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

O −→ ı

−→

d1

C1

Partie B :

1. a. f ′(x)= e 12 x + (x+2)e 12 x × 12 donc f ′(x)= 12 (2+ x+2)e

1 2 x , donc f ′(x)= 12 (x+4)e

1 2 x .

b. On sait que la fonction exp ne prend que des valeurs strictement positives, donc f ′(x) est du signe de (x+4), et donc le sens des variations de f est donné par le tableau :

x −∞ −4 +∞ f ′(x) − 0 + f ց (−2)e−2 ր

Il y a donc bien un minimum en x =−4 2. a. si x > (−2), f (x)> 0 vu son expression, donc sur [0 ; 1] f est positive, continue (car produit de

fonctions continues), son intégrale sur [0 ; 1] est donc l’aire entre la courbe de f , l’axe des x

et les verticales d’équations x = 0 et x = 1 (en unité d’aire).

2

4

b. 2(u(x)v ′(x)+u(x)v ′(x))= 2 ( 1×e 12 x + x× 12e

1 2 x ) = (2+ x)e 12 x

Ainsi on voit bien que f est une dérivée : f = (2uv)′ ; donc (2uv) est une primitive de f .

c. L’intégrale I se calcule à l’aide d’une primitive de f donc I = [2u(x)v(x)]10 = [2xe 1 2 x ]10 = 2e

1 2 =

2 p e

3. a. Faisons un tableau des valeurs successives de k et s pendant le déroulement de l’algorithme pour n = 3 :

Variables : k et n sont des nombres entiers naturels.

s est un nombre réel.

Entrée : Demander à l’utilisateur la valeur de n.

Initialisation : Affecter à s la valeur 0.

Traitement : Pour k allant de 0 à n−1

| Affecter à s la valeur s+ 1 n f

( k

n

) .

Fin de boucle.

Sortie : Afficher s.

k s

0 0

0 0+ 13 f ( 0 3

)

1 13 f ( 0 3

) + 13 f

( 1 3

)

2 13 f ( 0 3

) + 13 f

( 1 3

) + 13 f

( 2 3

)

Le traitement est alors fini car k a atteint la valeur (3−1) ce qui a été suivi de la nouvelle valeur de s, l’affichage est alors 13 f

( 0 3

) + 13 f

( 1 3

) + 13 f

( 2 3

) ,

or chacun de ces trois termes est l’aire d’un des trois rectangles (largeur obtenue en divisant

l’unité par n = 3, leurs longueurs successives sont f ( 0 3

) , f

( 1 3

) ; f

( 2 3

) .

Métropole 2 12 septembre 2013

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

2

4

1

C

b. D’une façon générale l’affichagede l’algorithmeobtenu aprèsn boucles ( de k = 0 à k = (n−1)) est la somme de n termes qui sont de la forme 1n f (

k n ) donc l’affichage est :

n−1∑

k=0

( 1

n f

( k

n

))

c’est la somme des aires des rectangles « sous la courbe » et au dessus de l’axe des x entre x = 0 et x = 1, leur largeur vaut 1

n .

Quand n devient grand, sn se rapproche de I = ∫1

0 f (x)dx. (cours)

EXERCICE 2 4 points

1. RÉPONSE b.

La droite D est définie par la représentation paramétrique

  

x = 5−2t y = 1+3t z = 4

, t ∈R.

P est le plan d’équation cartésienne 3x +2y + z−6 = 0. La droite D est déterminée par le point

B(5;1;4) et son vecteur directeur −→ v

  −2 3

0

 , le plan P ne contient pas B car 3xA + 2yA + zA − 6 =

15+2+4−6 6= 0, donc la droite D n’est pas incluse dans le plan P .

Le vecteur normal de P c’est −→ n

  3

2

1

 , on a −→n ⊥−→v puisque leur produit scalaire vaut 0 : (−2)×3+

2×3+0= 0, donc la droite D est parallèle au plan P . 2. RÉPONSE b.

D ′ la droite qui passe par le point A de coordonnées (3 ; 1 ; 1) et a pour vecteur directeur

−→ u = 2−→i −−→j +2

−→ k .

Les droitesD etD′ ne sont parallèles, car leur vecteurs directeurs ne sont pas colinéaires, les deux

colonnes de coordonnées

 

2

(−1) 2

  et

  −2 3

0

 ne sont pas proportionnelles.

Donc elles sont soit sécantes, soit ne sont pas coplanaires.

Un système d’équation paramétrique de D′ est

  

x = 3+2u y = 1−u z = 1+2u

, u ∈R

On résout le système en t et u :

(S) :

  

3+2u = 5−2t 1−u = 1+3t 1+2u = 4

(S) :

  

u = 1,5 3+3 = 5−2t 1−1,5 = 1+3t

(S) :

{ u = 1,5 t = −0,5

Les deux droites sont donc sécantes au point C (6 ; −0,5 ; 4). Pour les questions 3 et 4, le plan est muni d’un repère orthonormé direct d’origine O.

3. RÉPONSE a. Soit E l’ensemble des points M d’affixe z vérifiant |z + i| = |z − i|. Si on considère D d’affixe (−i) et F d’affixe i, alors E l’ensemble des points M tels que DM = FM est donc la médiatrice de [DF ], c’est l’axe des x.

Métropole 3 12 septembre 2013

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

4. RÉPONSE c. On désigne par B etC deux points du plan dont les affixes respectives sont notées b

et c , on suppose que c

b = p 2e

i π

4 .

Donc en considérant les vecteurs −−→ OB et

−−→ OC et en utilisant module et argument de

zC zO zB zO

=

p 2e

i π

4 , vu que p 2e

i π

4 est écrit sous forme exponentielle (module : p 2, argument :

π

4 )

on en déduit que : |zC zO | |zB zO|

= p 2 et

á ( −−→ OB ;

−−→ OC )= π

4

DoncOC = p 2×OB et á(−−→OB ; −−→OC )= π

4 On peut donc tracer le dessin du triangleOBC , il suffit de choisir B (autre queO)

1

2

3

4

5

1 2 3 4 5 6

bB

bO

bB

α= 45˚

bC

Le triangle OBC semble isocèle et rectangle en B, prou-

vons le en calculant |0−b| et |cb[ puis arg zO zB zC zB

, donc

on va calculer zOzB zC zB

c’est

zO zB zC zB

= −b b p 2ei

π 4 −b

; zOzB zCzB =

−1p 2ei

π 4 −1

;

zO zB zC zB

= −1 (1+ i)−1

car ei π

4 = p 2 2 + i

(p 2 2

) et que

p 2 p 2= 2

zO zB zC zB

= −1 i

zO zB zC zB

= i car (−1)= (i)2 et i est de module 1 et d’argument π2 , donc BO = BC et−−→ BO ⊥−−→BC .

EXERCICE 3 5 points

1. b

b A

0,4

b D0,1

b D0,9

b B

0,6

b D0,09

b D0,91

a. voir à gauche.

b. On demande p(A D), selon l’arbre c’est 0,4 × 0,1, donc p(AD)= 0,04.

c. On calcule aussi p(BB) de lamême façon, c’est 0,6× 0,09= 0,054. Enfin comme A et B sont des évènements formant

une partition de l’ensemble des pièces,

P (D)= p(D∩ (AB)) p(D)= p((D A)∪ (D B))= p(D A)+p(D B) car les évènements (DA) et (DB) sont disjoints (= in- compatibles) ainsi

p(D)= 0,04+0,054 = 0,094. d. On nous demande pD (A), on utilise la formule :

pD (A)= p(DA) p(D)

= 0,04 0,094

= 40 94

= 20 47

.

2. a. Xn est le compteur de pièces conformes ; on répète n fois la même expérience qui consiste à extraire une pièce ; elle est conforme : succès de probabilité 0,9, elle est non conforme, pro-

babilité 0,1, chacune des n expériences est une expérience de Bernoulli, elles sont indépen-

dantes entre elles puisque « on assimile ces n tirages à des tirages successifs indépendants et

avec remise. »

Donc Xn suit la loi binomiale de paramètres n et p = 0,9, notée B(n,0,9).

Métropole 4 12 septembre 2013

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

b. Si n = 150> 30, np = 135> 5 et n(1−p)= 15> 5 donc l’intervalle de fluctuation asymptotique

I est défini par I = [ p−1,96

p(1−p)

n ; p+1,96

p(1−p)

n

] , on calcule avec p = 0,9 et n =

150 on trouve 1,96

p(1−p)

n ≃ 0,048, donc I ≃ [0,852 ; 0,948].

c. Ici on a (150−21) pièces conformes donc Fn = 129

150 = 43

50 soit 0,86.

Au regard de l’intervalle de fluctuation de la question ci-dessus, ce test ne remet pas en cause

le réglage de la machine A car 0,86 ∈ [0,852 ; 0,948].

EXERCICE 4 5 points

1. a. u1 = 45 = 0,8 ; u2 = 14 13 ≃ 1,08 ; u3 =

40 41 ≃ 0,98 ; u4 =

122 121 ≃ 1,01.

b. On voit bien que u0 > 1 ; u1 < 1 ; u2 > 1 ; u3 < 1 ; u4 > 1 donc le signe des différences (un −1) change à chaque rang :

si n pair c’est + si n impair c’est −, comme (−1)n .

c. (un+1−1)= un +2− (2un +1)

2un +1 = 1−un

2un +1) .

d. On a admis au début de l’énoncé que tous les un sont strictement positifs (on pourrait le démontrer par récurrence) ; démontrons par récurrence que P : (un −1) a le même signe que (−1)n : L’initialisation est faite au b)

Hérédité : supposons qu’il existe un entier naturel n tel que (un −1) ait le signe de (−1)n alors (1−un ) a le signe opposé de (un −1) donc a le signe de (−(−1)n) donc de (−1)n+1 et (2un +1)> 0, vu que tous les un sont strictement positifs, donc la fraction

1−un 2un +1

a le signe de (−1)n+1 et

comme elle est égale à (un+1−1), on a prouvé que (un+1−1) a le signe de (−1)n+1, l’hérédité est prouvée.

CONCLUSION : pour tout n deN, (un −1) a le même signe que (−1)n . 2. Vu que tous les un sont strictement positifs, la suite (vn)n∈N existe .

a. Pour tout n ∈N, vn+1 = −un+1+1 un+1+1

vn+1 = − un+22un+1 +1 un+2 2un+1 +1

vn+1 = −(un+2) 2un+1 +

(2un+1) 2un+1

un+2 2un+1 +

2un+1 2un+1

vn+1 = −(un+2)+(2un+1)

2un+1 un+2+2un+1

2un+1

vn+1 = −(un +2)+ (2un +1)

un +2+2un +1 ; vn+1 =

(un −1) 3un +3

; vn+1 = −1 3

(1−un ) un +1

vn+1 = −1 3

vn .

La suite (vn)n∈N est donc géométrique de raison −1 3

.

v0 = u0−1 u0+1

= 1 3 donc vn = 13 ×

(−1 3

)n ; vn =−

(−1 3

)n+1 pour tout n deN.

b. (un +1)vn = un − 1 donc un (vn −1) = −1− vn ; on trouve bien que un = 1+ vn 1− vn

comme dit

dans l’énoncé.

Donc, pour tout n de N, on a un = 1− (−13 )

n+1

1+ (−13 )n+1 ; donc, un =

1− (−1

3

)n+1

1+ (−1

3

)n+1 .

Comme la suite ((−13 ) n+1)n∈N est une suite géométrique de raison q = (−13 ), donc −1 < q < 1,

cette suite tend vers 0, et par composition avec la fonction x 7→ 1−x1+x qui est continue et vaut 1 pour x = 0 ; on peut dire que : lim

n→+∞ (un )= 1.

EXERCICE 4 : SPÉCIALITÉ 5 points

Métropole 5 12 septembre 2013

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

S

I M

1

3

1

3

1 2

1

3

1 1

2

On note Pn = (sn in mn) la matrice ligne . On a alors P0 = (0,99 0 0,01) et pour tout entier naturel n,

  

sn+1 = 13 sn

in+1 = 13 sn + 1 2 in

mn+1 = 13 sn + 1 2 in +mn

1. La matrice A appeléematrice de transition, telle que pour tout entier naturel — sur la première ligne de A ce sont les probabilités conditionnelles sachant qu’à la semaine

donnée, l’individu est dans l’état S, de passer

• pour A1,1 à l’état S, c’est selon le graphique 13 , ou par le calcul et le texte, c’est 1−2 1 3

• pour A1,2 à l’état I , c’est selon le graphique 13 , ou par le texte , c’est 1 3 ;

• pour A1,3 à l’état SM , c’est selon le graphique 13 , ou par le calcul et le texte, c’est 1 3 .

— sur la deuxième ligne de A ce sont les probabilités conditionnelles sachant qu’à la semaine

donnée, l’individu est dans l’état I , de passer

• pour A2,1 à l’état S, c’est selon le graphique 0. • pour A2,2 à l’état I , c’est selon le graphique 12 , ou par le texte idem ; • pour A2,3 à l’état SM , c’est selon le graphique 12 , ou par le texte idem.

— sur la troisième ligne de A ce sont les probabilités conditionnelles sachant qu’à la semaine

donnée, l’individu est dans l’état M , de passer

• pour A3,1 à l’état S, c’est selon le graphique 0, ou en réfléchissant, s’il est malade il ne peut pas devenir sain ;

• pour A3,2 à l’état I , c’est selon le graphique 0 ; • pour A3,3 à l’état SM , c’est selon le graphique 1, ou par le texte idem.

A =

  1 3

1 3

1 3

0 12 1 2

0 0 1

  ; on a bien

( sn in mn

) ×

  1 3

1 3

1 3

0 12 1 2

0 0 1

 =

( 1 3 sn

1 3 sn +

1 2 in

1 3 sn +

1 2 in +mn

) = ( sn+1 in+1 mn+1

)

Pn+1 =Pn × A. 2. Par récurrence, prouvons que pour tout entier naturel n non nul, Pn =PAn .

Pour n = 1 c’est dire que P1 = PA ce qui est vrai ( appliquer Aà P0 permet de passer de P0 à P1).

Hérédité : supposons qu’il existe un entier n tel que Pn = P0 × An , alors multiplions les deux membres à droite par A c’est possible car Pn est de format (1 ; 3) et A de format (3 ; 3) donc les

deux membres sont bien de format (1 ; 3), on obtient PnA = (P0AnA, donc PnA =P0(An× A) ; par associativité du produit de matrices ;

et enfin PnA =P0An+1

et du côté gauche c’est Pn+1, donc Pn+1 =P0An+1. L’hérédité est prouvée et donc pour tout entier naturel n non nul, Pn =PAn .

Métropole 6 12 septembre 2013

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

3. P4 = P0A4. Pour calculer correctement A4 on peut remarquer que 6A est à coefficients entiers.

La calculatrice donne :

(6A)4 =

 

2 2 2

0 3 3

0 0 6

 

4

.

(6A)4 =

  16 130 1150

0 81 1215

0 0 1296

  donc A4 =

 

16 1296

130 1296

1150 1296

0 811296 1215 1296

0 0 12961296

 

et en la multipliant à gauche par la matrice P0 = ( 0,99 0 0,01

) on obtient

P4 = ( 15,84 1296

128,7 1296

1151,46 1296

)

donc :

P4 = ( 0,012222... 0,09930555... 0,88847222...

) donc en arrondissant à 10−2 :

P4 = ( 0,01 0,10 0,89

) (comme donné avant B. 1.).

S4 ≃ 0,01, il y a un pourcentage de chance qu’un individu soit sain au bout de quatre semaines.

Partie B

B =

 

5 12

1 4

1 3

5 12

1 4

1 3

1 6

1 2

1 3

  .

Qn = (Sn In Mn ) où Sn , In et Mn désignent respectivement la probabilité que l’individu soit sain, porteur sain et malade la n-ième semaine après la vaccination.

Pour tout entier naturel n, on a alorsQn+1 =Qn ×B . D’après la partie A,Q0 =P4.

1. On faitQn ×B c’est (Sn In Mn

 

5 12

1 4

1 3

5 12

1 4

1 3

1 6

1 2

1 3

  c’estQn+1, donc

Qn+1 = ( 5 12Sn +

5 12 In +

1 6Mn

1 4Sn +

1 4 In +

1 2Mn

1 3Sn +

1 3 In +

1 3Mn

) .

  

Sn+1 = 512Sn + 5 12 In +

1 6Sn

In+1 = 14Sn + 1 4 In +

1 2Sn

Mn+1 = 13Sn + 1 3 In +

1 3Mn

2. Pour faire des calculs sur des entiers on calcule (12B)2 :

(12B)=

  5 3 4

5 3 4

2 6 4

  et alors

×

  5 3 4

5 3 4

2 6 4

 

  5 3 4

5 3 4

2 6 4

  =

  48 48 48

48 48 48

48 48 48

 

Métropole 7 12 septembre 2013

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

Donc (12B)2 = 48J , 144B2 = 48J donc B2 = 13 J Comme on peut par calcul prouver que B3 =B2, on peut par récurrence prouver que pour tout n deN, n> 2, on a Bn =B2 = 13 J

3. a. On peut montrer, comme dans la partie A que [ pour tout n ∈N,Qn+1 =Qn ×B]=⇒ [ pour tout n ∈N,Qn =QBn ]

Si n ≥ 2 ,Qn =QBn et comme Bn = B2,on aQn =QB2, doncQn =Q2, on calculeQ2 en faisantQ0×( 13 J ) c’est aussi

( 1 3

) (QJ )=

( 1 3

)( 0,01+0,1+0,89 0,01+0,1+0,89 0,01+0,1+0,89

) ,

doncQn = ( 1 3

) (Q0 J )=

( 1 3

)( 1 1 1

) ,

Qn = ( 1 3

1 3

1 3

) .

b. Finalement on peut dire qu’avec ce vaccin l’évolution de la maladie va donner des groupes équitablement répartis : autant de chance d’être malade ou sain ou infecté ; le vaccin n’éra-

dique pas la maladie. (cependant sans vaccin, on pourrait montrer que la répartition limite

serait : tous malades ...)

Métropole 8 12 septembre 2013

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome