Géométrie - exercices 1, Exercices de Géométrie analytique et calcul

Géométrie - exercices 1, Exercices de Géométrie analytique et calcul

PDF (34.3 KB)
2 pages
135Numéro de visites
Description
Géométrie - exercices 1 sur la fonction réelle. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le paramètre réel, le plan vectoriel euclidien.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
DakarCjuin1972*.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Dakar juin 1972 \

EXERCICE 1

Soit f la fonction réelle, de variable réelle, qui à x associe f (x) défini par

f (x)= Log (Log x),

où Log x représente le logarithme népérien de x.

1. Étudier cette fonction et tracer sa représentation graphique dans un repère orthonormé.

(Indication : Pour étudier lim x→+∞

f (x) on pourra poser Log x = y .)

2. Peut-on définir la fonction réciproque, f −1, pour toutes les valeurs de x ? Défi- nir cette fonction et tracer sa représentation graphique dans le même repère.

EXERCICE 2

Soit λ un paramètre réel.

1. Discuter, suivant les valeurs de λ, la nature de la courbe qui a pour équation, en axes rectangulaires,

y2+λx2+ (λ+1)x λ

4 = 0.

2. Donner, le cas échéant, les coordonnées de son centre de symétrie et les équa- tions de ses asymptotes.

PROBLÈME

Soit (E ) le plan vectoriel euclidien et soit f l’application de (E ) dans (E ) qui au vec-

teur −→ v (x ; y) associe le vecteur

−→ V (X ; Y ) de la façon suivante :

(

X

Y

)

= (

a c

b d

)(

x

y

)

a,b,c et d sont des coefficients réels tels que bd 6= 0.

Partie A

1. Soit m R⋆+ . Quelles conditions les coefficients a,b,c,d doivent-ils vérifier de façon que, pour tout

−→ v ∈ (E ), on ait

f (−→

v )∥

∥= m

−→ v

(on note ‖vect v‖ la norme du vecteur vect v) ? Montrer que, si ces conditions sont réalisées, f est un automorphisme de (E ) [c’est-à-dire une application linéaire et bijective de (E ) dans (E )].

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

2. Soit m = 1+ t2, où t est un nombre réel. On pose

a = 1− t2 et c =−2t .

Déterminer b et d de façon que, pour tout −→ v ∈ (E ),

f (−→

v )∥

∥= m

−→ v

∥ .

On obtient ainsi deux applications, f1 et f2. Nous appellerons f1 celle pour laquelle b b et c sont de signes contraires.

Partie B

1. Soit −→ v ∈ (E ). On pose f1

(−→ v

)

= −→ V1 et f2

(−→ v

)

= −→ V2 avec

−→ v

(

x

y

)

, −→ V1

(

X1 Y1

)

, −→ V2

(

X2 Y2

)

Soit z,Z1 et Z2 les nombres complexes suivants :

z = x + iy, Z1 = X1+ iY1 et Z2 = X2+ iY2′2

On définit ainsi deux applications, ϕ1 et ϕ2 de C dans C (C est l’ensemble des nombres complexes) par

ϕ1(z)= Z1 et ϕ2(z)= Z2

Montrer qu’il existe un nombre complexe fixe, ξ, tel que ϕ1(z)= Z1 = ξz. Exprimer alors ϕ2(z) = Z2 en fonction de ξ et de z. Quelle relation existe-t-il entre Z1 et Z2 ?

2. On pose t = tgα. a. Déterminer ξ par son module et son argument.

b. Quelle est, suivant la valeur de α, la nature des applications f1 et f2 ?

c. Comment doit-on choisir z pour que ϕ1(z)=ϕ2(z) ?

Partie C

Dans le plan complexe, M est l’image de z, M1 celle de Z1, M2 celle de Z2 et A celle de Z0 =

p 3+ i.

1. Lorsque M décrit le cercle de centre A et de rayon R, définir géométriquement la courbe (C1) décrite par M1 et la courbe (C2) décrite par M2.

2. Comment doit-on choisir α et t pour que (C1) et (C2) soient confondues ?

Dakar 2 juin 1972

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome