Géométrie - exercices 3, Exercices de Géométrie analytique et calcul

Géométrie - exercices 3, Exercices de Géométrie analytique et calcul

PDF (31.6 KB)
2 pages
125Numéro de visites
Description
Géométrie - exercices 3 sur les différentes valeurs. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le tableau de variations, le repère orthonormé.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
DijonCjuin1972*.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Dijon juin 1972 \

EXERCICE 1

Le nombre z est le nombre complexe conjugué du nombre complexe z non nul ;

calculer en fonction dumodule, ρ, et de l’argument, θ, de z, le module et l’argument

du nombre complexe Z tel que

Z = z− (

cos π

3 + i sin

π

3

)

z.

EXERCICE 2

Dans le plan affine euclidien de repère (

O, −→ ı ,

−→

)

, on considère l’ensemble (Γλ) des

points M dont les coordonnées (x ; y) vérifient l’équation

y2 =−2x2+2λx+1−λ2 (λ ∈R).

Préciser, suivant les différentes valeurs deλ, la nature de (Γλ) et ses éléments remar-

quables.

PROBLÈME

1. On considère l’application fn de R dans R définie par xn

fn(x)= xn

n! e1−x (n entier naturel non nul).

a. Calculer la limite de Log

[

xn

ex

]

quand x tend vers +∞.

En déduire la limite de xn

n! quand x tend vers +∞.

b. Donner le tableau de variations de fn en distinguant les deux cas sui- vants :

n est pair, et n est impair.

c. Tracer, dans un repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

, les courbes représenta-

tives des fonctions f2 et f3 ; onprécisera la position relative de ces courbes.

d. En revenant au cas général, montrer que, si 06 x 6 1, alors on a

06 fn(x)6 1

n!

2. Soit In = ∫x

0

tn

n! e1−t dt .

a. Quelle est la dérivée de l’application de R dans R qui à t associe e1−t ?

En déduire, à l’aide d’une intégration par parties, la valeur de I1.

b. Demême, en intégrant In par parties, vérifier la relation de récurrence

In In−1 =− xn

n! e1−x .

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

c. Démontrer que l’on a

In = e−e 1−x

[

1+ x

1! +·· ·+

xn

n!

]

c’est-à -dire

In = e−e 1−x

p=n

p=0

xn

p ! .

Quelle est la limite, pour n fixé, de In quand x tend vers +∞ ?

3. Dans toute cette question, on donne à x la valeur 1 et l’on pose

Jn =

∫1

0

tn

n! e1−t dt .

a. Démontrer que 06 Jn 6 1

n! .

En déduire, en utilisant le calcul de In , que

06 e−

[

n

p=0

1

p !

]

6 1

n!

et

[

n

p=0

1

p !

]

6 e6

[

n

p=0

1

p !

]

+

1

n! .

b. Quelle est la limite, quand n tend vers +∞, de

[

n

p=0

1

p !

]

?

c. En calculant

[

7 ∑

p=0

1

p !

]

donner le meilleur encadrement, permis par ce

calcul, du nombre e.

Dijon 2 juin 1972

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome