Géométrie - travaux pratiques 10, Exercices de Géométrie Algorithmique

Géométrie - travaux pratiques 10, Exercices de Géométrie Algorithmique

PDF (39.6 KB)
2 pages
42Numéro de visites
Description
Géométrie - travaux pratiques 10 sur le logarithme népérien. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: l’équation, la transformation T , le nouveau repère orthonormé.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
ParisCjuin1972*.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Paris juin 1972 \

EXERCICE 1

Calculer l’intégrale

∫1

0

4x

x2−4 dx

(

sous la formeLog p

q , p ∈N, q ∈N, le symbole Log désignant le logarithme népérien

)

.

Ecrire la formule d’intégration par parties pour l’intégrale

∫1

0 v(x)u′(x)dx,

et en déduire, en prenant u′(x)= 1, l’intégrale

I = ∫1

0 Log

x +2 x −2

dx.

Donner une valeur décimale approchée de I , à 4 ·10−4 près, sachant que 0,6931 est une valeur décimale approchée, à 5 ·10−5 près, de Log 2 et que 1,0986 est une valeur décimale approchée, à 5 ·10−5 près, de Log 3.

EXERCICE 2

On considère le corps Z/3Z, dont les éléments sont notés 0̇, 1̇, 2̇, et l’équation (E ) x2+px+q = 0, où les coefficients p et q appartiennent àZ/3Z et où l’inconnue x est à chercher dans ce corps. Déterminer successivement tous les couples (p ; q) tels que E admette

1. la solution 6 ;

2. la solution i ;

3. la solution 2 ;

4. aucune solution.

PROBLÈME

Partie A

Le plan euclidien (P) est rapporté à un repère orthonormé (

O, −→ u ,

−→ v

)

, notéR, d’axes

Ox, Oy . À l’application, de C dans C, définie par

z 7−→ Z = iz + (1− i)z,

(où z est le conjugué de z) correspond alors la transformation T , du plan (P) qui, à m d’affixe 1 z, associe M d’affixe Z .

1. L’affixe d’un point de coordonnées (x ; y) est le nombre complexe x + iy

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

1. Vérifier que le milieu du segment [mM] appartient à l’axe Ox et que, si m est distinct de M , la droite (mM) a une direction fixe.

On pourra, par exemple, exprimer d’abord les coordonnées X et Y du point M en fonction des coordonnées x et y du point m (dans le repère R).

En déduire que la transformation T est une symétrie oblique d’axe Ox, dont on précisera la direction.

2. a. Soit R′ le nouveau repère orthonormé (

O, −→ u ,

−→ v

)

défini dans le plan (P)

par (−→

u , −→ u

)

=α (où α est un nombre réel donné) et par (−→ u′ ,

−→ v

)

= π

2 .

Montrer que les affixes z et z ′ d’un même point m dans les repères res- pectifs R et R′ sont liées par la relation z = z ′(cosα+ i sinα). Exprimer, en fonction de z ′ et z ′, l’affixe Z ′ (dans le repèreR′) de l’image M de m par la transformation T .

b. On prend α= π

8 . Montrer que Z ′ = iz ′− i

p 2z ′.

Calculer alors les coordonnées X ′ et Y ′ du point M en fonction des co- ordonnées x′ et y ′ du point m (dans le repère R′).

En déduire une équation, dans R′, de l’image (Γ)= T (γ) par T du cercle (γ) de centre O et de rayon 1.

Quelle est la nature de (Γ) ?

Dessiner (γ) et (Γ) sur une même figure ; préciser quels sont leurs points communs, en s’appuyant sur la nature géométrique, trouvée au 1., de la transformation T .

Partie B

On associe à tout couple (a, ; b) de nombres complexes l’application, fa, b , de C dans C, définie par

fa, b(z)= az +bz.

1. Mettre fa, b fa, b)(z)−z, c’est à-dire fa, b [

fa, b(z) ]

z, sous la forme Az+B z , A et B étant deux constantes complexes.

Démontrer que Az +B z est nul pour tout z si, et seulement si, A = B = 0. (On pourra pour cela donner à z les valeurs 1 et i.)

Traduire alors par un système, S, de deux relations entre a,b,a et b la condi- tion pour que fa, b soit involutive.

Que deviennent ces relations pour b = 0 (on montrera qu’il existe deux appli- cations fa, b involutives) et pour b 6= 0. Vérifier que les valeurs a = i et b = 1− i, utilisées dans la partie A, conviennent dans ce dernier cas.

2. Dans cette question, fa, b est supposée quelconque, involutive ou non.

On considère maintenant C comme un espace vectoriel sur R.

a. Démontrer que l’application fa, b de C dans C est linéaire. On prend

B = (1, i) comme base de C ; calculer fa, b(1) et fa, b(i). b. Soit ϕ une application linéaire quelconque de C dans C, définie par sa

matrice M = (

p s

r q

)

relativement à B, p,q,r et s étant quatre réels.

Démontrer qu’il existe une application fa, b qui coïncide avec ϕ ; à cet effet, on calculeraϕ(1) etϕ(i) et l’on exprimera a et b aumoyen de p,q,r et s.

c. Déduire alors du système S de relations trouvées, précédemment, un système de relations entre p,q,r et s traduisant la condition pour que ϕ soit involutive.

Trouver directement ces relations, en calculantM 2, c’est-à -direM×M .

Paris 2 juin 1972

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome