Géométrie - travaux pratiques 14, Exercices de Géométrie Algorithmique

Géométrie - travaux pratiques 14, Exercices de Géométrie Algorithmique

PDF (36.5 KB)
2 pages
136Numéro de visites
Description
Géométrie - travaux pratiques 14 sur la théorie des congruences. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le transformé de P, le raisonnement géométrique.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
RennesCjuin1972*.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Rennes juin 1972 \

EXERCICE 1

1. Résoudre l’équation

x ∈R, e 1 x −2= 0

2. x0 étant la solution de l’équation précédente, on désigne par R1 l’ensemble des nombres réels positifs, dont on a exclu le nombre x0. On considère alors la fonction f définie sur R1 de la façon suivante :

  

f (0) = 0 et

f (x) = 2

e 1 x −2

, pour tout x non nul deR1,

e 1 x désignant l’exponentielle de

1

x .

Étudier les variations de la foncLion f . La fonction f est-elle continue à droite du point O ?

Construire la courbe représentative (C ) de la fonction f dans un plan rapporté

à un repère orthonormé ( O,

−→ ı ,

−→ ) . On précisera la demi-tangente à la courbe

(C ) pour x = 0.

EXERCICE 2

En utilisant la théorie des congruences ou l’anneau Z/7Z, calculer les restes des di- visions euclidiennes par 7 des puissances successives de 5 :

50, 51, 52, . . . , 5n , . . .

avec n ∈N. Quel est le reste de la division euclidienne de l’entier naturel 197257 par 7. Déterminer l’ensemble des naturels n tels que 1972n soit congru à 4 modulo 7 ?

PROBLÈME

Ondonneunplan affine euclidienorienté rapporté à un repère orthonormé ( O,

−→ u ,

−→ v )

de sens direct d’axes −−−→ x′Ox ,

−−−→ y ′Oy .

À tout point M de ce plan, de coordonnées x, y , on associe le nombre complexe z = x+ iy appelé affixe de ce point. Dans tout le problème, Q désigne un point variable de l’axe xx, de coordonnées (q ; 0),P unpoint variable de l’axe y y , de coordonnées (0 ; p) etM unpoint variable, de coordonnées (x ; y).

1. Dans cette première partie le triplet des points P,Q et M vérifie la propriété P1 :

le triangle (PMQ) est équilatéral avec á(−−→

MP , −−−→ MQ

) = +

π

3 (mod 2π) ; autre-

ment dit,Q est le transformé de P dans une rotation de centre M d’angle + π

3 .

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

a. Quelle relationnécessaire et suffisante doivent vérifier les affixes des points M ,P etQ pour que la propriété P1 soit satisfaite ? Montrer que cette re- lation est équivalente à

p = x p 3− y et q =−x+ y

p 3.

b. On suppose, en outre, que le segment [PQ] a pour longueur p 2(

on a donc ∥∥∥−−→PQ

∥∥∥= p 2 ) .

Quel est alors l’ensemble, (E ), des positions deM ? Préciser les éléments de symétrie de (E ).

Pour déterminer l’équation réduite de (E ), on remplace le repère ( O,

−→ u ,

−→ v )

par le repère ( O,

−→ u′ ,

−→ v

) défini de la façon suivante :

−→ u′ =

p 2

2

(−→ u +

−→ v )

et −→ v ′ =

p 2

2

(−→ u

−→ v ) .

un point M ayant comme coordonnées x et y dans le repère ( O,

−→ u ,

−→ v ) ,

x′ et y ′ dans le repère ( O,

−→ u′ ,

−→ v

) , établir les formules qui expriment

x et y en fonction de x′ et de y ′. En déduire l’équation de (E ) dans le deuxième repère. Préciser la nature de la courbe (E ) ; la construire.

2. Dans cette deuxième partie, le triplet de points (P,Q ,M) vérifie la propriété P2 :

il existe une rotationde centreM dans laquelle le pointP a pour image le point Q .

On pose

á(−−→ MP ,

−−−→ MQ

) = θ (mod 2π),

avec θ ∈]−π ; π]− { − π

2 ; +

π

2

} .

a. On suppose que θ est fixé. Montrer par un raisonnement géométrique que, à tout pointM duplan, est associé un, et un seul, couple (P, Q) donc un, et un seul, pointQ , tel que la propriété P2 soit satisfaite.

On définit ainsi une application de l’ensemble des points M du plan dans l’ensemble des points Q de la droite xx. Définir analytiquement cette application en exprimant q au moyen de x et de y . Montrer que est une application affine, surjective si θ 6= 0. Quel est le noyau de l’application linéaire ϕθ associée à ? Retrouver ce noyau par un raisonnement géométrique.

b. On suppose maintenant que l’on fixe les coordonnées x0 et y0 du point M , θ étant variable. Quelle relation nécessaire et suffisante les normes

des vecteurs −−→ MP et

−−−→ MQ doivent-elles vérifier pour que la propriété P2

soit satisfaite ?

Traduire analytiquement cette relation. En déduire l’ensemble, (F ), des milieux du segment [PQ]. Préciser la nature de cet ensemble (F ) suivant la position du point donné M dans le plan.

Rennes 2 juin 1972

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome