L'analyse numérique – exercices d'algèbre – 4, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

L'analyse numérique – exercices d'algèbre – 4, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

PDF (37.1 KB)
2 pages
675Numéro de visites
Description
L'analyse numérique – exercices d'algèbre 4. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: les coordonnées entières, la base orthonormée.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
LyonCjuin1983.dvi

[ Baccalauréat C Lyon juin 1983 \

EXERCICE 1 4 POINTS

Soit un plan affine P rapporté à un repère (

O, −→

ı , −→

)

; soit m un entier relatif ; soit

(D) la droite d’équation 3x−4y = 6 et (Dm ) la droite d’équation 16x+3y =m.

1. Résoudre dans Z2 l’équation 3x−4y = 6.

2. Trouver les points de (D) dont les coordonnées sont des multiples de 6.

3. Déterminer l’ensemble des valeurs de m telles que le point d’intersection de (D) et (Dm) ait des coordonnées entières.

4. Déterminer l’ensemble des valeurs de m telles que les coordonnées entières du point d’intersection de (D) et (Dm) soient divisibles par 6.

EXERCICE 2 4 POINTS

1. E est un espace vectoriel euclidien rapporté à une base orthonormée directe (

−→

ı , −→

, −→

k )

.

D est la droite vectorielle de base : −→

i − −→

j + −→

k . R est la symétrie d’axeD. (R est aussi appelé demi-tour d’axeD).

Exprimer dans la base (

−→

ı , −→

, −→

k )

, les vecteurs R( −→

i ), R( −→

j ), R( −→

k ). (On pourra

utiliser les images par R de vecteurs orthogonaux àD).

2. E est un espace affine associé àE rapporté au repère orthonormé (

O, −→

ı , −→

, −→

k )

.

Soit f l’application affine de E dans laquelle un pointM(x ; y ; z a pour image M ′(x′ ; y ′ ; z ′) défini par :

x′ = − 1

3 x

2

3 y +

2

3 z+1

y ′ = − 2

3 x

1

3 y

2

3 z+4

z ′ = 2

3 x

2

3 y

1

3 z+2

Reconnaître la nature de f et donner ses éléments caractéristiques. (Onpourra

rechercher les points M tel que −−−−−−→

M f (M) soit parallèle àD).

PROBLÈME 12 POINTS

N.B. : les parties A et B sont indépendantes

Partie A

Soit f la restriction de la fonction tangente à l’intervalle ]

π

2 ; π

2

[

et g la fonction

définie par

g (x)= ∫x

0

1

1+ t2 dt .

1. Montrer que g est définie sur R. On pose h = g f .

2. Montrer que f a une application réciproque f −1 définie sur R. Construire sur une même figure les courbes représentatives de f et de f −1.

Le baccalauréat de 1983 A. P. M. E. P.

3. Montrer que h est dérivable sur ]

π

2 ; π

2

[

et calculer sa dérivée.

4. En déduire que g = f −1.

5. Calculer I = ∫1

0

1

1+ t2 dt .

Partie B

On considère les intégrales In = ∫1

0

(

1− t2 )n

dt et Jn = ∫1

0 t2

(

1− t2 )n

dt n désigne

un entier naturel.

1. Exprimer In+1 en fonction de In et de Jn .

2. Montrer à l’aide d’une intégration par parties qu’on a, pour tout entier naturel n, In+1 = 2(n+1)In .

3. Établir alors une relation de récurrence entre In+1 et In . En déduire que pour tout n

In = 2 n ×

n!

1×3×5×·· · × (2n+1) .

Partie C

Soit (un )n∈N la suite définie par :

u0 = 1

u1 = 1+ 1

1×3

et plus généralement pour tout n ∈N par :

un = 1+ 1

1×3 +

1×2

1×3×5 +

1×2×3

1×3×5×7 +·· ·+

n!

1×3×5×·· · × (2n+1) .

1. En utilisant les résultats du B, montrer qu’on a, pour tout entier naturel n,

un = 2 ∫1

0

1− (

1−t2

2

)n+1

1+ t2 dt .

2. On pose vn = 2I un I est l’intégrale du A.

Exprimer vn à l’aide d’une intégrale. Montrer que pour tout t ∈ [0 ;1],

06 1−

(

1−t2

2

)n+1

1+ t2 6 1.

En déduire un encadrement de vn .

3. Calculer la limite de la suite (un )n∈N, puis celle de la suite (un )n∈N.

4. Déterminer un entier n0 tel que pour tout entier naturel n >n0,

π−2un 6 10 −3.

Lyon 2 juin 1983

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome