L'analyse numérique – exercices d'algèbre – 7, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

L'analyse numérique – exercices d'algèbre – 7, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

PDF (36.5 KB)
2 pages
537Numéro de visites
Description
L'analyse numérique – exercices d'algèbre 7 Les principaux thèmes abordés sont les suivants: l'espace vectoriel euclidien, l'isométrie vectorielle.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
NancyCjuin1983*.dvi

[ Baccalauréat C Nancy-Metz juin 1983 \

EXERCICE 1 3 POINTS

Soit E un espace vectoriel euclidien rapporté à une base orthonorméedirecte (

−→ ı ,

−→ ,

−→ k )

et soit E un espace affine associé de repère (

O, −→ ı ,

−→ ,

−→ k )

.

1. On définit l’endomorphisme ϕ de E par

ϕ (

−→ ı )

= − 1

3

−→ ı +

2

3

−→ +

2

3

−→ k

ϕ (

−→ )

= 2

3

−→ ı

1

3

−→ +

2

3

−→ k

ϕ (−→ k )

= 2

3

−→ ı +

2

3

−→

1

3

−→ k

Montrer que ϕ est une isométrie vectorielle. Préciser la nature de ϕ et les élé-

ments géométriques qui la caractérisent.

2. Démontrer que l’application affine f de E dans E qui admet ϕ comme endo- morphisme associé et qui transforme O en O′ de coordonnées (−1 ; 1 ; 1) est

un vissage dont on déterminera l’axe, l’angle et le vecteur.

EXERCICE 2 3 POINTS

PROBLÈME 3 POINTS

Dans ce problèmeP désigne un plan affine euclidienmuni d’un repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→ )

et Log x désigne le logarithme népérien de x.

Partie A

Soit f la fonction numérique de la variable réelle x définie par

f (x)= x+ 1−ex

1+ex .

1. Après avoir montré que f est une fonction impaire, étudier les variations de f et construire, dans P , sa courbe représentative notée C.

2. Vérifier, pour tout x réel, la relation

2 f ′(x)−1= [ f (x)− x]2.

3. Déterminer les primitives de la fonction h : x 7−→ 1

1+ex (

on pourra remarquer que1− ex

1+ex =

1

1+ex

)

.

Si λ est un nombre réel positif, calculer l’aire A (λ) du domaine limité par la

courbe C et les droites dont les équations respectives sont y = x −1, x = 0 et

x =λ.

Quelle est la limite de cette aire lorsqueλ tend vers+∞ ? (Il est conseillé d’écrire

A (λ) sous la forme d’un logarithme unique).

Partie B

Le baccalauréat de 1983 A. P. M. E. P.

Pour tout nombre réel a, on définit les applications Sa et Ta de P dans lui-même

comme suit : à un point M de coordonnées (x ; y) dans le repère (

O, −→ ı ,

−→ )

on as-

socie les points Sa(M) de coordonnées (−x+2a,−y +2a) et Ta(M) de coordonnées

(x+a ; y +a).

On notera G l’ensemble des applications Sa et Ta pour tout a réel.

1. Déterminer la nature géométrique des transformations Sa et Ta .

2. Montrer que pour tout couple (a ; b) de nombres réels, les applications com- posées Sa Sb , Ta Tb , Sa Tb et Ta Tb appartiennent à G et que G est un

sous-groupe du groupe des bijections affines deP pour la loi de composition.

Est-ce un sous-groupe commutatif ? Montrer que l’on a, pour tout a réel,

(1)Sa = Ta S0 ◦T −1 a .

3. Dans cette question C désigne la courbe construite dans la partie A du pro- blème.

On note Ca l’image par Ta de la courbe C. Utiliser la relation (1) pour montrer

que I de coordonnées (a ; a) est centre de symétrie de Ca . Montrer qu’il existe

une fonction fa telle que l’équation de Ca soit y = fa (x). Vérifier que

fa (x)= a+ f (xa).

Partie C

Notons E l’ensemble des fonctions g définies et dérivables sur R telles que

x ∈R, 2g ′(x)−1= [g (x)− x]2.

1. Montrer que E n’est pas vide.Montrer que les éléments de E sont des fonctions croissantes et deux fois dérivables.

Calculer g ′′(x) en fonction de x et de g (x). Quelles sont les valeurs possibles

de la fonction dérivée g ′ en un point x0 tel que g ′′ (x0)= 0 ?

2. Caractériser les fonctions dont la dérivée seconde est identiquement nulle et qui appartiennent à E. Montrer que les fonctions fa définies par

fa (x)= a+ f (xa), où f est la fonction introduite dans la première question

du problème et a un nombre réel, sont des éléments de E.

3. Soit g un élément de E vérifiant

x ∈R, [g (x)− x]2 6= 1.

Montrer que la quantité g (x)− x−1

g (x)− x+1 garde un signe constant quand x décritR

et que la fonction

G : x 7−→ Log

g (x)− x−1

g (x)− x+1

est dérivable sur R.

Calculer la dérivéeG ′ et en déduire qu’il existe une constante réelle c telle que

x ∈R, G(x)= x+c.

Montrer qu’il existe alors un nombre réel k non nul tel que 1+k

x ∈R, g (x)= x+ 1+kex

1−kex .

Nancy-Metz 2 juin 1983

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome