L'analyse numérique – exercices d'algèbre – 9, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

L'analyse numérique – exercices d'algèbre – 9, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

PDF (38.9 KB)
3 pages
656Numéro de visites
Description
L'analyse numérique – exercices d'algèbre 9. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le plan affine euclidien (P), la fonction de R dans R, le sous-espace vectoriel de E.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
NiceCjuin1983*.dvi

[ Baccalauréat C Nice juin 1983 \

EXERCICE 1 4 POINTS

Dans le plan affine euclidien (P), ondonneun triangle équilatéral ABC tel que ∥

−−→ AB

∥= ∥

−−→ OC

∥=

−−→ CA

∥= 1.

Soit A′ le milieu du segment [BC].

1. Montrer que le milieu G du segment [AA′] est le barycentre de A, B, C, respec- tivement affectés des coefficients 2, 1, 1.

2. Soit h l’application de (P) dans (P) qui, à tout point M de (P), associe le point M ′ de (P) tel que :

−−−−→ MM ′ = 2

−−→ MA +

−−→ MB +

−−→ MC .

Montrer que h est une homothétie affine dont on précisera le centre et le rap- port.

Calculer 2GA2 + GB2 + GC2.

Trouver l’ensemble des points Nde (P) tels que :

2NA2+NB2+NC2 = 2.

EXERCICE 2 4 POINTS

PROBLÈME 12 POINTS

Partie A

SoitU la fonction de R dans R définie par :

x ∈R, U (x)= x2e−x 2 .

1. Étudier U et tracer la courbe représentative deU dans le plan rapporté à un

repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

(unité : 6 cm).

2. Soit r la restriction deU à l’intervalle J = [1 ; +∞[.

a. Montrer que r est une bijection de I sur l’intervalle J =

]

0 ; 1

e

]

.

b. Ondésigne par r−1 la bijection réciproque de r (on n’explicitera pas r−1).

Représenter graphiquement r−1 dans le repère (

O, −→ ı ,

−→

)

.

c. Étudier la dérivabilité de r−1 sur J.

Partie B

Dans toute la suite, E désigne l’espace vectoriel des fonctions continues de R dans R muni de l’addition des fonctions et de la multiplication des fonctions par un réel. On note ϕ l’application de E dans E qui, à f élément de E, asssocie F =ϕ( f ) définie par :

x ∈R, F (x)= ∫x

0 f (t)e−t

2 dt .

Le baccalauréat de 1983 A. P. M. E. P.

1. Montrer que ϕ est un endomorphisme de E.

2. Montrer que, pour toute fonction f de E, F est dérivable sur R et en 0 ; expri- mer F ′(x) en fonction de f (x).

En déduire que ϕ est injectif.

3. a. Soit g une fonction de E, qui s’annule en 0, dérivable sur R à dérivée continue. On désigne par h la fonction définie sur R par :

x ∈R, h(x)= g ′(x)ex 2

Montrer que ϕ(h) = g ; en utilisant les résultats des questions 2. et 3. a, caractériser l’image de ϕ.

b. Déterminer les antécédents des fonctionsU , V ,W définies sur R par

x ∈R, U (x)= x2e−x 2 ; V (x)= e−x

2 ; W (x)= xe−x

2 .

4. Soit P2 le sous-espace vectoriel de E dont une base est (

f0, f1, f2 )

; f0, f1, f2 sont définies par :

x ∈R, f0(x)= 1; f1(x)= x; f2(x)= x 2.

a. Montrer que (

f0, 2 f1, f0−2 f2 )

est une base de P2

b. En déduire que (

ϕ (

f0 )

, V , W )

est une famille libre de ϕ (P2). Montrer que

(

ϕ (

f0 )

, V , W )

est une base de P2 (On ne calculera pas ϕ (

f0 )

.

Partie C

Pour n entier naturel et x réel, on pose :

In (x)= ∫x

0 tne−t

2 dt pourn> 1et I0 =

x

0 e−t

2 dt .

1. a. À l’aide d’une intégration par parties, montrer que pour tout entier su- périeur ou égal à 2 et tout réel x on a l’égalité :

(n−1)In−2(x)−2In (x)= x n−1e−x

2 .

b. Calculer I1(x) ; en déduire I3(x).

c. Calculer I2(x) en fonction de I0(x) que l’on ne calculera pas.

2. On désire prouver qu’il existe un réel A tel que :

x ∈R+, 06 I0(x)6 A.

a. Montrer que la fonction, définie sur R⋆ + par x : 7−→ I0(x) est croissante et

positive.

b. Montrer que : I0(x)− I0(1)= ∫x

1 e−t

2 dt

c. Montrer que :

t ∈ [1 ; +∞[, e−t 2 6 e−t .

En déduire que :

x ∈ [1 ; +∞[, I0(x)− I0(1)6 1

e −e−x 6

1

e .

Nice 2 juin 1983

Le baccalauréat de 1983 A. P. M. E. P.

d. Trouver alors un réel A tel que :

x R⋆+ , I0(x)6 A.

3. Déduire des questions 1. c et 2. d que l’aire de la portion de plan comprise entre les droites d’équations respectives x = 0, x = λ (λ > 0), l’axe des x et la courbe représentative de la fonction U étudiée au A, est majorée par une constante indépendante de λ.

Nice 3 juin 1983

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome