La fonction définie – travaux pratiques de géométrie algorithmique – 18, Exercices de Géométrie Algorithmique
Eusebe_S
Eusebe_S10 April 2014

La fonction définie – travaux pratiques de géométrie algorithmique – 18, Exercices de Géométrie Algorithmique

PDF (41.7 KB)
3 pages
216Numéro de visites
Description
La fonction définie– travaux pratiques de géométrie algorithmique. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Tracer la courbe représentative C de f, Interpréter graphiquement l'intégrale.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
PolynesieCjuin1990.dvi

[ Baccalauréat C Polynésie juin 1990 \

EXERCICE 1 4 POINTS

Soit f la fonction définie sur [0, 1] par

f (x)= sinπx.

1. a. Tracer la courbe représentative C de f (unité graphique : 8 cm).

b. Calculer : I = ∫1

0 sinπx dx.

c. Interpréter graphiquement cette intégrale.

2. Pour tout entier naturel n> 2, on pose :

Sn = 1

n

[

f (0)+ f

(

1

n

)

+ f

(

2

n

)

+·· ·+ f

(

n−1

n

)]

.

a. Interpréter graphiquement Sn , en introduisant les rectangles Rk de base [

k

n ; k+1

n

]

et de hauteur f

(

k

n

)

, où 06 k 6 n−1. Faire la figure lorsque

n = 8.

b. Prouver que :

1+ei π

n +ei 2π n +·· ·+ei

(n−1)π n =

2

1−ei π

n

.

c. En déduire que :

sin π

n + sin

2π

n +·· ·+ sin

(n−1)π

n =

cos π2n sin π2n

.

d. Prouver finalement que :

lim n→+∞

Sn = 2

π .

3. Comparer les résultats des questions 1. et 2. et interpréter graphiquement.

EXERCICE 2 5 POINTS

Dans le planorienté, on considère un triangle équilatéral ABC, de centreO, tel qu’une

mesure de l’angle (

−−→ AB ,

−−→ AC

)

soit π

3 . On appelle C le cercle circonscrit à ABC, I le mi-

lieu de (A, B) et J le milieu de (O, I). Les droites (OA) et (OC) recoupent C respective- ment en D et E.

1. Placer ces points sur une figure (unité graphique : OA = 4 cm).

2. On note G l’isobarycentre des points A, B, C, D, E.

a. Exprimer −−→ OG en fonction de

−−→ OB .

b. Exprimer −−→ OG en fonction de

−→ OJ et

−−→ OD .

c. En déduire que les droites (OB) et (DJ) se coupent en G.

Placer G sur la figure.

3. À tout point M du plan, on fait correspondre le point M′ = f (M) défini par :

4 −−−→

MM’ = −−→ MA +

−−→ MB +

−−→ MC +

−−→ MD +

−−→ ME .

Le baccalauréat de 1990 A. P. M. E. P.

a. Montrer que f est une homothétie, dont on précisera le centre et le rap- port.

b. Quelles sont les images par f des points B et D ?

4. Soient r la rotation de centre O et d’angle de mesure 2π

3 , et s = r f .

a. Démontrer que s est une similitude directe ; préciser son rapport et son angle.

b. Construire le point H, image de G par s. Démontrer que le centre Ω de s appartient aux cercles circonscrits respectivement aux triangles OGH et BOD. ConstruireΩ.

PROBLÈME 11 POINTS

On considère la fonction f définie sur [0 ; 1] par : t - 1

f (0)= 0, f (1)= 1 et f (t)= t −1

ln t si t ∈]0 ; 1[.

On appelle C la courbe représentative de f dans un repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

.

Le but du problème est d’étudier f et de calculer l’intégrale :

I =

∫1

0 f (t)dt .

A. Étude de f

1. a. Montrer que f est continue en 0 et en 1.

b. Montrer que f est dérivable sur ]0 ; 1[. Calculer f ′(t) et montrer que f ′(t) a le même signe que ϕ(t), où ϕ est la fonction définie sur ]0 ; 1[ par :

ϕ(t)= ln t −1+ 1

t .

c. Étudier les variations puis le signe de ϕ ; en déduire le signe de f ′.

2. Étudier la dérivabilité de f en 0 ; que peut-on en déduire pour la tangente à C au point O ?

3. a. Prouver que, pour tout élément u de

[

0 ; 1

2

]

,

06 1

1−u − (1+u)6 2u2.

En déduire que :

06− ln(1−u)−

(

u+ u2

2

)

6 2u3

3 .

b. Soit g la fonction définie sur ]0 ; 1] par g (x) = 1

f (x) . Prouver que, pour

tout élément h de

[

1

2 ; 0

]

,

06 g (1+h)− g (1)+ h

2 6

2h2

3 .

En déduire que g est dérivable en 1 et préciser g ′(1).

c. En déduire que f est dérivable en 1 et prouver que f ′(1)= 1

2 .

4. Tracer la courbe C (unité graphique : 10 cm).

Polynésie 2 juin 1990

Le baccalauréat de 1990 A. P. M. E. P.

B. Calcul de l’intégrale I

Pour tout élément x de ]0 ; 1], on pose :

I (x)= ∫1

x f (t)dt et J (x)=

∫1

x

f (t)

t dt .

(On ne cherchera pas à calculer ces intégrales.)

1. Soit K la fonction définie sur ]0 ; 1] par :

K (x)= J (

x2 )

J (x).

a. Montrer que K est dérivable sur ]0 ; 1] et que :

K ′(x)= 1

x

[

f (x)−2 f (

x2 )]

.

b. Prouver que, pour tout élément x de ]0 ; 1],

f (x)−2 f (

x2 )

=−x f (x).

c. En déduire que, pour tout élément x de ]0 ; 1],

I (x)= ∫x

x2

t −1

t ln t dt . (1)

2. Calculer la dérivée de la fonction t 7−→ ln(− ln t) sur ]0 ; 1]. déduire que pour tout élément x de ]0 ; 1],

x

x2

−1

t ln t dt = ln2 (2).

3. Prouver que, pour tout élément x de ]0 ; 1] et tout élément t de ]0,x[,

06− 1

ln t 6

−1

lnx .

En déduire que, pour tout élément x de ]0 ; 1],

06

x

x2

1

ln t dt

6 −x

lnx . (3)

4. À partir de (1), (2) et (3), déterminer la limite de I (x) lorsque x tend vers 0.

5. Établir que, pour tout élément x de ]0 ; 1],

I I (x)= ∫x

0 f (t)dt .

En déduire que :

06 I I (x)6 x.

6. Prouver finalement que I = ln2.

Polynésie 3 juin 1990

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome