La modélisation mathématique  – travaux pratiques 2, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

La modélisation mathématique – travaux pratiques 2, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

PDF (34.2 KB)
2 pages
233Numéro de visites
Description
La modélisation mathématique – travaux pratiques 2 sur la fonction logarithme népérien. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Étudier les variations de fm, Déterminer les entiers naturels.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
ParisCjuin1981*.dvi

[ Baccalauréat C Paris juin 1981 \

EXERCICE 1

Pour chaque m réel strictement positif, on définit une application fm de R dans R qui à tout x associe

fm (x)= Log (

ex +me−x )

.

(Log désigne la fonction logarithme népérien.) On appelle Cm la courbe représentative de fm dans un plan affine euclidien muni

d’un repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

.

1. a. Étudier les variations de fm .

b. Montrer queCm admet deux asymptotes dont l’une est indépendante de m.

c. Construire sur une même figureC1 et C 1 16 .

2. Dans quelle transformation simple C1 a-t-elle pour image Cm ?

3. Discuter et résoudre dans R l’équation fm (x)= 0.

EXERCICE 2

Déterminer les entiers naturels s’écrivant abca dans le système de numération dé- cimale, divisibles par 7 et congrus à 1 modulo 99.

PROBLÈME

N.B. Dans ce problème, les questions 2., 3. et 4. de la partie B peuvent être traitées indépendamment de A.

Dans un plan affine rapporté à un repère (

O, −→ ı ,

−→

)

, on désigne par A et B les points

définis par −−→ OA =

−→ ı et

−−→ OB =

−→ .

Soit v un réel donné ; on construit une suite de points (An)n∈N de la façon suivante :

A0 est le barycentre de (O, 1+ v) et (A, −v) ;

A1 est le barycentre de (A0, 1+ v) et (O, −v) ;

An+2 est le barycentre de (An+1, 1+ v) et (An , −v), pour tout n ∈N.

Partie A

On désigne par xn l’abscisse de n .

1. Démontrer que pour tout n deN : xn+1 = vxn v .

2. On suppose, dans cette question, v = 1.

Exprimer xn en fonction de n et étudier la limite de la suite (xn)n∈N.

3. On suppose v 6= 1.

a. On pose pour tout n de N : Xn = xn +λ ; déterminer λ pour que la suite (Xn)n∈N soit géométrique.

b. Exprimer Xn puis xn en fonction de n et v .

c. Étudier la limite de la suite (xn )n∈N.

d. Étudier les suites (An)n∈N pour v = 0 et v =−1.

Partie B

Le baccalauréat de 1981 A. P. M. E. P.

1. Montrer qu’il existe une application affine unique fv du plan affine telle que

fv (O)= A0, fv (A)=O et fv (B)=B.

Si ϕv désigne l’endomorphisme associé à fv , donner la matrice de ϕv dans la

base (

−→ ı ,

−−−−−→ jmath

)

.

Si un point M du plan de coordonnées (x ; y) a pour image par fv , le point M

de coordonnées (x′ ; y ′), donner les expressions de x′ et y ′ en fonction de x, y et v.

2. Démontrer que, pour tout n ∈N, fv (An)= An+1.

3. Montrer que fv admet une droite de points invariants notéeDv . Discuter, sui- vant les valeurs de v , la position deDv .

4. Montrer que, quel que soit v , la droite (OA) est stable par fv (i. e. fv (OA) est inclus dans (OA)).

On désigne par gv l’application de (OA) dans (OA) définie par gv (M)= fv (M) pour tout pointM de la droite (OA). Discuter suivant les valeurs de v la nature de l’application gV .

5. On suppose v = 1. Donner une construction géométrique simple de l’image d’un point du plan par fv . (On pourra utiliser l’application gv pour v = 1 défi- nie précédemment.)

6. On suppose v 6= 1. Soitm la projection sur D suivant la direction de (OA) d’un point M quelconque du plan. Montrer qu’il existe un réel k tel que pour tout

point M , −−−−−−→ mfv (M) = k

−−−→ mM .

En déduire la nature de fv pour v = 0 et v =−1.

Paris 2 juin 1981

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome