La modélisation mathématique  – travaux pratiques 4, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

La modélisation mathématique – travaux pratiques 4, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

PDF (40.3 KB)
3 pages
163Numéro de visites
Description
La modélisation mathématique – travaux pratiques 4 sur les limites. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la propriété, la probabilité.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
PoitiersCjuin1981.dvi

[ Baccalauréat C Poitiers juin 1981 \

EXERCICE 1

Soit n un entier naturel supérieur ou égal à 2. On désigne par fn la fonction d’une variable réelle x telle que

fn (x)= Log 2+ x

2− x nLog (x+n)

(où Log désigne la fonction logarithme népérien).

1. Quel est l’ensemble de définition de fn ? Étudier les limites et déterminer le tableau de variations de fn . (on distinguera le cas n = 2). (On ne demande pas de construire la courbe).

2. Montrer que pour tout n> 2, on a

(

1+ x

n

)n 6

2+ x

2− x

pour tout x appartenant à [0 ; 2[.

(On pourra utiliser, à condition de la justifier, la propriété fn (x)> fn (0) pour tout x appartenant à [0 ; 2[.

EXERCICE 2

1. Un dé cubique A porte inscrits sur ses faces les nombres : −2, 1, 1, 1, 2n, −n (où n est un entier relatif).

On suppose qu’à chaque lancer, les faces de A ont même probabilité d’appa- rition.

a. On lance une fois le dé A et on note X le nombre obtenu. On définit ainsi une variable aléatoire.

– Déterminer la loi de probabilité de X, en fonction du paramètre n. – Déterminer n pour que l’espérance mathématique de X soit nulle.

Dans la suite, on donnera à n cette valeur.

b. On lance A six fois de suite. Déterminer la probabilité d’obtenir au plus quatre fois le nombre 1.

2. Soit B un autre dé cubique dont les faces portent les nombres−3,−2,−1, 1, 2, 3 de telle sorte que les probabilités d’apparition respectives de ces nombres

soient six termes consécutifs d’une suite géométrique de raison 1

3 .

a. Déterminer la probabilité d’apparition de chacune des faces de B.

b. On lance simultanément les dés A et B. Quelle est la probabilité pour que la somme des nombres obtenus soit égale à −2 ?

Quelle est la probabilité pour que la somme des nombres obtenus soit égale à −1 ?

Le baccalauréat de 1981 A. P. M. E. P.

PROBLÈME

Partie A

Soit u la fonction numérique d’une variable réelle qui à x associe

u(x)= x−3

x−1 .

1. Soit h et h1 les fonctions définiies par

h(x) = u(tg x),

h1(x) = sinx−3cosx

sinx−cosx

Montrer que h et h1 coïncident sur une partie de R à préciser.

Étudier la fonction h, établir le tableau de ses variations et tracer sa courbe représentative.

2. a. Soit v une fonction dérivable sur un intervalle I. À quelle condition sup- plémentaire doit satisfaire la fonction v pour que u v soit dérivable sur I ? Préciser, lorsqu’il en est ainsi, la dérivée de u v .

b. On note

J (x) = ∫

α

0 2

(t −1)2 dt

K (x) = ∫x −1

et (

et −1 )2

dt .

Calculer J (x) et K (x) en précisant les valeurs de x pour lesquelles ces intégrales sont définies.

Partie B

SoitP unplan affine euclidienorientémuni d’un repère orthonormédirect (

O, −→

ı , −→

)

.

DansP on désigne respectivement par H1, H2, H3 les courbes d’équations :

y = x−3

x−1 xy = −2,

x2− y2 = −4.

1. Précisez la nature de la coniqueH3 son excentricité, ses sommets, ses asymp- totes, ses foyers et les directrices associées.

2. On désigne par r la rotation de centre O dont une mesure de l’angle est π

4 , et

par r−1 la transformation réciproque de r .

Étant donné un pointM de coordonnées (X ; Y ) quelles sont les coordonnées (x ; y) dem = r−1(M) ?

Quelle est l’équation de la transformée de H3 par r ?

3. Soit A, B et C les points de coordonnées A(1 ; 0), B(1 ; 1) et C(0 ; 1). On se pro- pose de déterminer l’ensemble F des déplacements du plan P qui trans- forment la paire de droites {(BA), (BC)} en la paire {(OA), (OC)}.

a. Quelle est l’image de B par un élément de F ?

b. Montrer qu’il existe un déplacement unique f1 d’endomorphisme asso-

cié ϕ1, tel que f1(B) = O et ϕ1 (

−→

ı )

=

−→

ı , et que f1 appartient à F .

Poitiers 2 juin 1981

Le baccalauréat de 1981 A. P. M. E. P.

c. Montrer qu’il n’existe que trois autres déplacements f2, f3, f4 qui appar- tiennent à F (en préciser les angles et les centres).

4. a. SoitG l’ensemble des déplacements duplanqui transforment {(BA), (BC)} en la paire des bissectrices des axes de coordonnées. Déduire des ques- tions précédentes le nombre et la nature (sans autres précisions) des élé- ments de G .

b. Soitm un point de coordonnées (x ; y). Préciser les coordonnées de son image M par r−1 ◦ f1. Préciser la nature et les éléments caractéristiques de r−1 ◦ f1.

c. Montrer que H1 est transformée en H3 par r−1 ◦ f1. Combien y a-t-il de déplacements transformant H1 en H3 (on admettra qu’un tel déplace- ment transforme toute asymptote de H1 en une asymptote de H3 ?

N.B. - Les parties A et B peuvent être traitées indépendamment l’une de l’autre

Poitiers 3 juin 1981

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome