La théorie de calcul exercices 2, Exercices de Théorie de calcul
Eusebe_S
Eusebe_S10 April 2014

La théorie de calcul exercices 2, Exercices de Théorie de calcul

PDF (32.0 KB)
2 pages
166Numéro de visites
Description
La théorie de calcul exercices 2 sur le système décimal. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le plan vectoriel euclidien, l’application de R dans R, la dérivée f ′ de f .
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
LibanCjuin1987.dvi

[ Baccalauréat C Liban juin 1987 \

EXERCICE 1 4 POINTS

Dans cet exercice, pour noter les entiers, on utilise le système décimal. Soit E le sous-ensemble de N constitué des entiers n qui possède les propriétés sui- vantes :

• 4 divise n n admet au moins dix diviseurs appartenant àN • il existe un entier premier p tel que n = 37p +1.

1. Quel est le plus petit élément de E ?

2. Existe-t-il un élément n, de E , vérifiant 26800 < n < 27800 ?

EXERCICE 2 4 POINTS

Soit E un plan vectoriel euclidien rapporté à une base (

−→ a ,

−→ b

)

. (Le produit scalaire

des vecteurs −→ x et

−→ y y de E est noté

−→ x ·

−→ y ).

Soit ϕ l’application de R dans E , telle que

x ∈R, ϕ(t)= cos t −→ a + sin t

−→ b

et ϕ′ sa dérivée.

1. Montrer que ∀α ∈R, ϕ(α) et ϕ′(α) constituent une base de E .

2. Pour tout réel t , décomposer ϕ(t) dans une telle base.

3. Étudier l’ensemble des réels u tels que ϕ(u) ·ϕ′(u)= 0.

PROBLÈME 4 POINTS

1. Soit f l’application de R dans R telle que

x ∈R, f (x)= ∫ π

4

0 e −

x

cos2 t dt .

Montrer que, ∀x > 0, f (x)6 e−x .

Quelle est la limite de f quand x tend vers +∞.

2. a. Montrer que, pour tout réel b strictement positif,

(∀x ∈R)

[

x 6 b ⇒ ex −1− x 6 1

2 eb x2

]

et

[

x >−b ⇒ ex −1− x > 1

2 eb x2.

]

b. Montrer que, pour tout réel a, il existe une application ϕa , de R dans R, continue en a, telle que ϕa(a)= 0 et

x ∈R, f (x)− f (a)= (x a)

(

π

4

0

e− a

cos2 t

cos2 t dt +ϕa(x)

)

.

En déduire que f est différentiable.

Préciser la dérivée f ′ de f .

Le baccalauréat de 1987 A. P. M. E. P.

3. Soit P une primitive (sur R) de l’application f : u 7−→ e−u 2 .

À tout réel x, on associe l’application Qx , de I= ]

π

2 ; π

2

[

dans R, telle que

x ∈R, Qx (t)= P (x tan t).

Montrer que Qx est dérivable sur I ; expliciter sa dérivée.

Prouver que :

x ∈R, ∫x

0 e−u

2 du = x

π

4

0

e−x 2 tan2 t

cos2 t dt .

4. Soit g l’application de R dans R telle que

x ∈R, g (x)= f (

x2 )

.

Soit g ′ sa dérivée. Montrer que ∀x ∈R, g ′(x)=−2e−x 2 ∫x

0 e−t

2 dt .

Que peut-on dire da la fonction h telle que :

x ∈R, h(x)= g (x)+

( ∫x

0 e−t

2 dt

)2

?

Quelle est la limite de ∫x

0 e−t

2 dt quand x tend vers +∞ ?

Lille 2 juin 1987

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome