La théorie de calcul - exercices 5, Exercices de Théorie de calcul
Eusebe_S
Eusebe_S10 April 2014

La théorie de calcul - exercices 5, Exercices de Théorie de calcul

PDF (45.5 KB)
4 pages
140Numéro de visites
Description
La théorie de calcul - exercices 5 sur la configuration. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le carré de centre O. les milieux respectifs des segments.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 4
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
ParisCjuin1987.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Paris 1 juin 1987 \

EXERCICE 1 5 points

Dans le plan orienté, on considère quatre points A, B, C, D distincts deux à deux. On note I le milieu de [BD], J le milieu de [AC] et O l’isobarycentre de (A, B, C, D). On construit les triangles rectangles isocèles ABM, BCN, CDP et DAQ tels que les

angles orientés (

−−→ MB ,

−−→ MA

)

, (

−−→ NC ,

−−→ NB

)

, (

−−→ PD ,

−−→ PC

)

et (

−−→ QA ,

−−→ QD

)

admettent pour me-

sure π

2 . On note K le milieu de [MP] et L le milieu de [NQ].

On se propose d’étudier la configuration (I, J, K, L). À cet effet, on pourra prendre un repère orthonormal direct d’origine O et introduire les affixes a, b, c, d de A, B, C, D, les affixes m, n, p, q deM, N, P, Q et les affixes f , g , k, l de I, J, K, L.

1. Déterminer le milieu de [IJ].

2. Prouver que m(1− i)= a − ib. Calculer de manière analogue n, p et q .

3. Déterminer l’isobarycentre de (M, N, P, Q). En déduire le milieu de [KL].

4. Effectuer une figure soignée en prenant

a =−2+2i, b =−2− i, c =−2i et d = 4+ i.

5. Soit r le quart de tour direct de centre O. Montrer que r (J) = K.

6. Caractériser les configurations (A, B, C, D) telles que I = J.

Indiquer alors la position de K et de L et la nature de (M, N, P, Q).

Ce cas étant écarté, prouver que (I, K, J, L) est un carré de centre O.

EXERCICE 2 4 points

Dans le planorienté, on considère un triangle rectangle isocèle ABC tel que (AB,AC )= π

2 modulo 2π.

On note I, J, K les milieux respectifs des segments [BC], [CA] et [AB].

1. On désigne par ΓA, ΓB et ΓC les cercles de diamètres respectifs [AI], [BI] et [CI].

a. Effectuer une figure : on dirigera (BC) suivant l’axe des abscisses et on prendra 8 cm pour longueur de [BC].

b. Soit r la rotation de centre I et d’angle ayant pour mesure π

2 . Déterminer

les images par r de ΓC et ΓA.

Par quelle transformation simple passe-t-on de ΓC à ΓB ?

2. Pour tout point M de ΓA distinct de I, J et K, on note N le point où la droite (MK) recoupe ΓB et P le point où la droite (MJ) recoupe ΓC.

a. Établir que les droites (IM) et (IP) sont orthogonales. (On pourra utiliser la cocyclicité des points A, M, I, J et des points C, P, I, J).

b. Déterminer les images par r de P et de M. En déduire que I est le milieu de [NP] et que le triangle MNP est rectangle isocèle. Préciser ce triangle sur la figure.

c. Déterminer une similitude directe transformant ABC en MNP.

1. Paris, Créteil, Versailles

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

PROBLÈME 11 points

Dans ce problème, on étudie la fonction f définie sur [ ; +∞[ par

f (x)= sinx

x si x > 0 et f (0)= 1

ce qui fait l’objet de la partie I. Dans la partie II, on décrit une méthode de calcul d’une valeur approchée de l’intégrale

J =

π

π

2

sinx

x dx.

Partie I Étude de la fonction f

1. Dérivation de f

Montrer que f est dérivable sur ]0 ; +∞[ et calculer la dérivée de f sur cet intervalle.

2. Signe de f

a. Déterminer les nombres réels x > 0 tels que f (x) = 0. On rangera ces nombres en une suite strictement croissante (a1, a2, · · · , ak , · · · ).

b. Étudier le signe de f

3. Encadrement de f

a. Prouver que pour tout nombre réel x > 0,

1

x 6 f (x)6

1

x .

En déduire la limite de f (x) lorsque x tend vers +∞.

b. Déterminer les nombres réels x > 0 tels que f (x) = 1

x et ceux tels que

f (x)=− 1

x .

On rangera ces nombres endes suites strictement croissantes (b1, b2, · · · , bk , · · · ) et (c1, c2, · · · , ck , · · · ).

c. En déduire la position relative de la courbe représentative C de f et des

courbes représentatives H+ de x 7−→ 1

x et H− de x 7−→−

1

x .

Comparer les tangentes à C et H+ au point d’abscisse bk ainsi que les tangentes à C et H− au point d’abscisse ck .

4. Variations de f

a. Étudier le signe de x 7−→ tanx x sur ]

0 ; π

2

[

.

En déduire le signe de f ′ sur cet intervalle.

b. Prouver que pour tout entier k > 1, il existe un élément xk et un seul de ]

π

2 +;

π

2 +

[

tel que tanxk = xk ; montrer que xk > .

c. Endéduire le signede f ′ sur ]0 ; x1[, puis sur chaque intervalle ]xk ; xk+1[, où k = 1, 2, · · ·

5. Étude de f en 0

a. Prouver que, pour tout nombre réel x > 0,

06 x − sinx 6 x2

6

(Pour cela, on introduira la fonction ϕ définie sur [0 ; +∞[ par

ϕ(x)= sinx x + x3

6 .

on calculera les dérivées ϕ′, ϕ′′ et ϕ′′′ et on en déduira le signe de ϕ).

Paris 2 juin 1987

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

b. Prouver que f est dérivable au point 0 et calculer f ′(0).

6. Courbe représentative de f

a. Dresser le tableau de variations de f sur l’intervalle [0 ; 3π].

b. Tracer sur une même figure les courbes H+, H− et C en se limitant à l’intervalle [0 ; 3π] et placer les points ak , bk , ck et xk .

On utilisera les valeurs approchées

x1 ≈ 4,49 et x2 ≈ 7,73.

(Unités graphiques : 1 cm sur l’axe des abscisses, 3 cm sur l’axe des or- données,)

Partie II Approximation de l’intégrale J

1. Transformation de J

Pour tout élément u de [

π

2 ; π

]

, on pose

F (u)= ∫u

π

2

sin t

t dt .

et pour tout élément x de

[

0 ; 1

2

]

on pose

G(x)= ∫x

0

sinπt

1− t dt .

a. Prouver que pour tout élément x de

[

0 ; 1

2

]

:

G(x)= F (π)−F [π(1− x)].

(On pourra comparer les dérivées des deux membres.)

b. En déduire que

J =

∫ 1 2

0

sinπt

1− t dt .

2. Approximation de J

Soit (un ) la suite définie par :

u0 =

∫ 1 2

0 sinπt dt et si n > 1, un =

∫ 1 2

0 t n sinπt dt .

a. Prouver que, pour tout n > 1,

J = u0+u1+·· ·+un−1+ rn .

rn =

∫ 1 2

0

t n sinπt

1− t dt .

b. Établir que, pour tout élément t de

[

0 ; 1

2

]

t n sinπt

1− t 6 2t n

En déduire une majoration simple de rn .

Paris 3 juin 1987

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

c. Montrer que

J = lim n→+∞

(u0+u1+·· ·+un−1) .

3. Calcul des intégrales un

a. Calculer u0 et u1.

b. Établir que pour tout entier n > 2,

un = 1

π2

[ n

2n−1 −n(n−1)un−2

]

.

4. Conclusion

À partir des résultats obtenus en 2. et 3., indiquer uneméthode de calcul d’une valeur approchée de J à la précision 10−2. (On ne demande pas d’effectuer ce calcul.)

Paris 4 juin 1987

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome