Le carré direct de centre I – travaux pratiques de géométrie algorithmique – 17, Exercices de Géométrie Algorithmique
Eusebe_S
Eusebe_S10 April 2014

Le carré direct de centre I – travaux pratiques de géométrie algorithmique – 17, Exercices de Géométrie Algorithmique

PDF (39.2 KB)
3 pages
211Numéro de visites
Description
Le carré direct de centre I – travaux pratiques de géométrie algorithmique. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: A et B les images deMpar r et s, C et D les images de N par r et s.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Paris1990.dvi

[ Baccalauréat C Paris–Créteil–Versailles juin 1990 \

EXERCICE 1 5 POINTS

Dans le plan orienté on suppose donnés deux points distincts O et I. On note r le quart de tour direct de centre O et s la symétrie centrale de centre I. I.

1. Soit OJO′G le carré direct de centre I c’est-à-dire que (

−→ OI ,

−−→ OG )=

π

2

)

. PIacer

ces différents points sur une figure (on prendra OI = 4 cm).

2. Prouver que s r est la rotation de centre J d’angle − π

2 .

3. En déduire que J est le seul point du plan tel que r (J) = s(J).

Désormais, pour tout couple (M, N) de points du plan, on note,

A et B les images deM par r et s ;

C et D les images de N par r et s.

II. Soit M un point donné distinct de J. On suppose que J est le milieu du segment [MN]. Démontrer que ABCD est un carré de centre G. Placer M et N et le carré ABCD sur la figure.

III. Le point M étant toujours donné distinct de J, on suppose inversement que N est tel que ABCD soit un carré. Prouver que J est le milieu de [MN] et que G est le centre du carré ABCD (on introduira le milieu J′ de [MN] et le centre G′ du carré ; on comparera alors r (J′) et s(J′). Soit r ′ le quart de tour direct de centre G. Prouver que r ′◦r = s. En déduire que sous les hypothèses de la question II, le carré ABCD est direct (c’est-à-dire que r ′(A) = B).

EXERCICE 2 4 POINTS

A D

C

C′B′

A′ D′

B

ABCDA′ B′C′D′ est un cube (voir figure). On note, s1 la réflexion de plan (AA′BB′) ; s2 la réflexion de plan (BB′CC) ; s3 la réflexion de plan (CCDD′) ; s4 la réflexion de plan (DD′AA′). I.

1. Montrer que r ′ = s2 ◦ s1 est un demi-tour dont on précisera l’axe.

2. Déterminer de même la nature de r ′′ = s4 ◦ s3.

Le baccalauréat de 1990 A. P. M. E. P.

II.

1. On note s la réflexion de plan (BB′ DD′).

Déterminer les réflexions s′ et s′′ telles que, r ′ = s s′ et r "= s4 ◦ s3.

2. En déduire que t = r ′′ ◦ r ′ est la translation de vecteur 2 −−→ BD .

PROBLÈME 11 POINTS Partie A.

Le but de cette partie est d’étudier la fonction f définie sur [0 ; +∞[ par

f (x)= x lnx

x+1 si x > 0 et f (0)= 0.

I. Étudier la continuité et la dérivabilité de f en 0.

II.

1. Soit ϕ la fonction définie sur ]0 ; +∞[ par

ϕ(x)= lnx+ x+1.

Étudier les variations deϕ. Établir que l’équation ϕ(x)= 0 admet une solution β et une seule, et que 0,27 6 β6 0,28. (On ne demande pas de construire la courbe représentative de ϕ.)

2. Pour x > 0, exprimer f ′(x) à l’aide de ϕ(x). En déduire les variations de f .

III. Déterminer la limite de f en +∞, puis la limite de lnxf (x) lorsque x tend vers +∞.

IV. Construire les courbes représentatives C de f et Γ de x 7−→ lnx dans le plan

rapporté à un repère orthonormal (

O, −→ ı ,

−→

)

[unité graphique 4 cm].

Partie B. On se propose d’étudier l’équation f (x)= 1 À cet effet on introduit la fonction g définie sur ]0 ; +∞[ par :

g (x)= e ·e 1 x .

I.Montrer que l’équation f (x)= 1 admet une solutionα et une seule, et que 3,5 6 α 6 3,7. Placer le point de C d’abscisse α.

II.

1. Prouver que l’équation f (x)= 1 équivaut à l’équation g (x)= x.

2. Étudier la monotonie de g .

3. Prouver quepour tout élément x de [3,5 ; 3,7], g (x) appartient aussi à [3,5 ; 3,7].

4. Établir que pour tout élément x de [3,5 ; 3,7]

g ′(x) ∣

∣6 ∣

g ′(3,5) ∣

∣6 1

3

En déduire que

|g (x)−α|6 1

3 |xα|.

Paris–Créteil–Versailles 2 juin 1990

Le baccalauréat de 1990 A. P. M. E. P.

III. Soit (un ) la suite d’éléments de [3,5 ; 3,7] définie par la relation de récurrence un+1 = g (un ) et la condition initiale u0 = 3,5.

1. Montrer que pour tout entier n> 0

|un α|6 1

5 · 1

3n

En déduire la limite de (un ).

2. Donner une valeur décimale approchée de α à 10−3 près.

Partie C

On se propose d’étudier l’équation f (x)=n, où n est un entier naturel non nul.

I. Montrer que, pour tout n, cette équation admet une solution αn et une seule (en particulier, α1 =α).

II. Comparaison de αn à en .

1. Établir que f (en)6n. En déduire que αn > en .

2. Prouver que la relation f (αn )=n peut s’écrire sous la forme :

ln (αn

en

)

= n

αn (1)

3. En déduire, à l’aide de 1., la limite de αn

en lorsque n tend vers l’infini.

III. Comparaison de αn à en +n. On écrit αn sous la forme

αn = e n (1+ǫn ) où ǫn > 0 (2)

1. À l’aide de (1), exprimer (1+ǫn ) ln(1+ǫn ) en fonction de n.

2. Établir que pour tout t > 0

06 (1+ t) ln(1+ t)− t 6 t2

2 .

3. Déduire de (1) et (2) que pour tout n> 1

ǫn 6 ne −n

6 ǫn + ǫ2n

2 ,

puis que

06 ne−n ǫn 6 n2

2 e−2n (3)

4. À l’aide de (2) et (3), déterminer la limite de en +n αn lorsque n tend vers +∞.

Paris–Créteil–Versailles 3 juin 1990

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome