Les méthodes d'analyse numérique - exercice – 13, Exercices de Les méthodes d'analyse numérique
Eusebe_S
Eusebe_S10 April 2014

Les méthodes d'analyse numérique - exercice – 13, Exercices de Les méthodes d'analyse numérique

PDF (42.5 KB)
3 pages
222Numéro de visites
Description
Les méthodes d'analyse numérique - exercice – 13 sur l’équation différentielle. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Calculer la valeur exacte de V, Montrer que O est le milieu de [PQ], Tracer la courbe repré...
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Polynĕsiesept97.dvi

[ Baccalauréat S Polynésie septembre 1997 \

EXERCICE 1 5 POINTS

1. Résoudre l’équation différentielle :

(E y ′′−5y ′+4y = 0.

2. Déterminer la solution particulière f de (E) dont la courbe représentative

dans le plan muni d’un repère orthonormal (

O, −→ ı ,

−→

)

admet pour tangente

au point d’abscisse 0 la droite d’équation y =−2x+1. 3. On pose u(x)= 2ex −e4x . Résoudre dans R l’inéquation u(x)> 0. 4. On considère la partie de la courbe d’équation y = u(x) pour −16 x 6 0. En

la faisant tourner autour de l’axe des abscisses, on délimite un solide dont le

volume est mesuré en unités de volume par l’intégrale

V =π ∫0

−1 [u(x)]2 dx.

Calculer la valeur exacte de V .

EXERCICE 2 5 POINTS Enseignement de spécialité

Partie A

Soient, dans l’espace E , 4 points A, B, C et D distincts deux à deux.

1. Montrer que ABCD est un parallélogramme si, et seulement si, D est le bary- centre du système {(A ; 1), (B ; −1), (C ; 1)} .

2. On suppose que ABCD est un parallélogramme. Déterminer l’ensemble (S)

des points M de l’espace E tels que ∥

−−→ MA −−−→ME +−−→MC

∥=BD.

3. On suppose maintenant que ABCD est un rectangle. Déterminer l’ensemble (Σ) des points M de l’espace E tels que MA2−MB2+MC2 =BD2.

Partie B

On considère dans l’espace E deux parallélogrammes ABCD et A′B′C′D′ ainsi que les milieux I, J, K et L de [AA′], [BB′], [CC′] et [DD′] respectivement.

1. Montrer que L est barycentre des points I, J, et K affectés de coefficients que l’on précisera.

En déduire que IJKL est un parallélogramme.

2. Soient O, Q et P les centres respectifs des parallélogrammes IJKL, ABCD, et A′B′C′D′.

Montrer que O est le milieu de [PQ].

EXERCICE 2 6 POINTS

Leplan complexe est rapporté à un repère orthonormal (

O, −→ u ,

−→ v

)

(Unité graphique :

1 cm).

Soient les nombres complexes a = p 3+1 4

+ i (p

3−1 4

)

et z0 = 6+6i d’image A0.

Le baccalauréat de 1997 A. P. M. E. P.

Pour tout n entier naturel non nul, on désigne par An le point d’affixe zn définie par

zn = anz0.

Partie A

1. Exprimer z1 et a2 sous forme algébrique.

. . . crire z1 sous forme exponentielle et montrer que a 2 =

1

2 ei

π 6 .

2. Exprimer z3 puis z7 en fonction de a2 ; en déduire l’expression de z3 et z7 sous forme exponentielle.

3. Placer les points A0, A1, A3 et A7 images respectives des complexes z0, z1, z3 et z7.

Partie B

Pour tout n entier naturel, on pose |zn | = rn .

1. Montrer que, pour tout n deN, rn = 12 (p

2

2

)n+1

.

2. En déduire que la suite (rn)n∈N est une suite géométrique dont on précisera le premier terme et la raison.

3. Déterminer la limite de la suite (rn) et interpréter géométriquement le résul- tat obtenu.

4. Déterminer le plus petit entier naturel p tel que OAp 6 10−3 et donner alors

une mesure de l’angle orienté (−→ u ,

−−−→ OAp

)

.

PROBLÈME 4 POINTS

Le but du problème est l’étude d’une fonction f , d’une de ses primitives et d’une

suite attachée à cette fonction. Le plan est muni d’un repère orthogonal (

O, −→ ı ,

−→

)

avec ∥

−→ ı

∥= 2 cm et ∥

−→

∥= 5 cm.

Partie A

Soit f la fonction définie sur R par

f (x)= 1

p 1+ x2

.

On note C sa courbe représentative.

1. Montrer que f est paire. . . . tudier ses variations sur [0 ; +∞[ et déterminer sa limite en +∞. Tracer sa courbe C .

2. Montrer que f établit une bijection de [0 ; +∞[ sur ]0 ; 1]. On note y un réel quelconque de l’intervalle ]0 ; 1]. Exprimer en fonction de

y le seul réel positif x vérifiant f (x)= y .

Partie B

Soit F la fonction définie sur R par

F (x)= ln (

x+ √

1+ x2 )

.

(On admettra que pour tout réel x, x+ p 1+ x2 > 0).

Polynésie 2 septembre 1997

Le baccalauréat de 1997 A. P. M. E. P.

1. Calculer F ′(x). En déduire que F est la primitive de f sur R qui s’annule en 0.

2. a. Déterminer la limite de F en +∞. b. Montrer que F est impaire.

c. En déduire la limite de F en −∞. 3. Soit λ un réel strictement positif. On note A (λ) l’aire en cm2 de la partie du

plan constituée des points M(x ; y) tels que λ6 x6 2λ et 06 y 6 f (x).

Exprimer A (λ) en fonction de λ ; donner la valeur exacte de A (1) et déter-

miner la limite de A (λ) quand λ tend vers +∞.

Partie C

On pose u0 = ∫1

0

1 p 1+ x2

dx et pour tout naturel n non nul, un = ∫1

0

xn p 1+ x2

dx.

1. Calculer u0. Calculer u3 à l’aide d’une intégration par parties.

(Remarquer que x3

p 1+ x2

= xx

p 1+ x2

).

2. Montrer que pour tout x de l’intervalle [0 ; 1],06 xn

p 1+ x2

6 xn .

En intégrant cette double inégalité sur [0 ; 1],montrer que la suite (un ) converge

et déterminer sa limite.

Polynésie 3 septembre 1997

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome