Math - exercice 3, Exercices de Mathématiques

Math - exercice 3, Exercices de Mathématiques

PDF (36.7 KB)
2 pages
412Numéro de visites
Description
Math - exercices sur le logarithme népérien de x. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: les racines complexes de l’équation, l’ensemble des endomorphismes.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
OrleansToursCjuin1975*.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C juin 1975 Orléans–Tours \

EXERCICE 1

Soit la fonction f : x 7−→ Log x

x où Log x désigne le logarithme népérien de x.

1. Étudier les variations de f et construire sa représentation graphique (C ) dans

un repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

.

2. En déduire, suivant les valeurs du nombre réel a, le nombre de solutions de l’équation :

eax = x

3. Calculer l’aire comprise entre l’axe (

O, −→ ı

)

la courbe (C ) et les droites d’équa-

tions respectives x = 2, x = 3.

Donner de cette aire une valeur approchée, en utilisant une table de loga- rithme.

EXERCICE 2

On désigne par α et α′ les racines complexes de l’équation :

z2−2z+2= 0

1. Calculer le module et l’argument de α et α′ (on prendra α= a+bi, avec b > 0)

2. n désignant un entier naturel, on considère, dans le plan complexe, les points Mn (d’affixe αn ) etM ′ (d’affixe αn ).

Construire ces points pour 0 6 α 6 4. Montrer que l’ensemble E′ des points M′n se déduit de l’ensemble E des points Mn par une application simple, Quel est l’ensemble E ∩ E′ ?

Soit k un entier positif donné ; comment peut-on par une transformation du plan, obtenir M

n+k à partir deMn ?

PROBLÈME

Soit E un espace vectoriel, sur le corps R des réels, de dimension 3, rapporté à la

baseB = (

−→ ı ,

−→ ,

−→ k

)

. À tout triplet (a, b, c) de nombres réels, on associe l’endomor-

phisme de E (ou application linéaire de E dans E ), noté ϕa, b, c défini par

ϕa, b, c

(

−→ ı

)

= −→ ı

ϕa, b, c

(

−→

)

= a −→ ı +

−→

ϕa, b, c

(

−→ k

)

= b −→ ı +c

−→ +

−→ k

1. Soit −→ u = x

−→ ı + y

−→ + z

−→ k un élément de E ;

soit −→ u′ = x

−→ ı + y

−→ + z

−→ k =ϕa, b, c

(

−→ u

)

Calculer x′, y ′, z ′ en fonction de x, y, z.

Soit F l’ensemble des endomorphismes ϕa, b, c lorsque (a, b, c) décrit R 3 ;

montrer que F est, pour la composition des applications, un sous-groupe du groupe linéaire de E (ou groupe des automorphismes de E ),

Terminale C A. P. M. E. P.

2. Soit f une application de R dans R. On considère, pour tout a ∈R l’endomor- phisme ϕa, f (a), a .

a. Montrer que l’application h : a 7−→ϕa, f (a), a est injective.

b. Trouver une conditionque vérifie f sih est unhomomorphismedugroupe additif R dans le groupe F . Montrer que cette condition entraîne f (0)= 0.

c. On suppose, de plus, f dérivable. Démontrer, en utilisant la condition précédente et la définition de la dérivée, que l’on a alors :

x ∈R, f ′(x)= x+ f ′(0).

d. Déduire de ce qui précède toutes les fonctions f dérivables telles que h soit un homomorphisme du groupe additif R dans F .

3. On prend f (x)= 1

2 x2 ; on désigne par Ga l’endomorphisme tel que :

Ga

(

−→ ı

)

= −→ ı , Ga

(

−→

)

= a −→ ı +

−→ , Ga

(

−→ k

)

= 1

2 a2

−→ ı +a

−→ +

−→ k .

Montrer que lesGa (a ∈R) forment un sous-groupedeF isomorphe au groupe additif R.

4. E désigne un espace affine associé à E , rapporté au repère (O, B) ; les axes

sont désignés par (

O, −→ ı

)

, (

O, −→

)

, (

O, −→ k

)

.

Ga est l’application affine associée à ga qui laisse O invariant.

On considère dans E la relation binaire R définie par :

MRM ′ ⇐⇒ il existe un a ∈R tel que M ′ =Ga(M).

a. Montrer que R est une relation d’équivalence.

b. Montrer que toute classe d’équivalence définie par R est incluse dans

un plan parallèle au plan (

O, −→ ı ,

−→

)

.

c. Soit le point A(1 ; 1 ; 1) ; la classe d’équivalence de A est une courbe du

plan (

A, −→ ı ,

−→

)

.

Définir cette courbe par une équation cartésienne, en prenant un repère

dont l’origine est le point ω(0 ; 0 ; 1) et les axes (

ω, −→ ı

)

et (

ω, −→

)

.

Donner la nature de cette courbe et ses éléments géométriques,

d. Déterminer la classe d’équivalence d’un point donné du plan (0, i, j).

Orléans–Tours 2 juin 1975

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome