Math - exercice 9, Exercices de Mathématiques

Math - exercice 9, Exercices de Mathématiques

PDF (36.7 KB)
2 pages
474Numéro de visites
Description
Math - exercices sur l'entier relatif. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la fonction numérique de la variable réelle, les paramètres réels.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
PondicheryCavril1975*.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Pondichéry avril 1975 \

EXERCICE 1

Résoudre, dans C l’équation :

z2−2iz−2= 0

On désigne par z ′ la racine dont la partie réelle est positive et par z ′′ l’autre racine.

Calculer

(

z

z ′′

)2n

n est un entier relatif.

EXERCICE 2

1. Soit f la fonction numérique de la variable réelle ainsi définie

{

f (0) = 0 f (x) = x(Log x)3

pour tout x strictement positif.

a. Démontrer que la fonction f est continue au point 0. Est-elle dérivable au point 0 ?

b. Étudier la variation de f .

Étudier f aux bornes de son domaine de définition.

Tracer la représentation graphiquede f dans le plan rapporté à un repère

orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

.

2. Soit In = ∫1

a x(Log x)n dx avec a ∈]0 ; 1[ ; n ∈N⋆.

a. Calculer I1.

b. Calculer In en fonction de In−1 lorsque n est aumoins égal à 2.

c. Calculer I2 et I3. Que représente |I3| ?

PROBLÈME

Première partie

Le plan vectoriel −→ P étant rapporté à la base

(

−→ ı ,

−→

)

, on définit l’application linéaire

φ de −→ P dans

−→ P par la matrice :

=

(

a 1−b 1−a b

)

a et b représentent des paramètres réels quelconques.

1. Quelle relation doivent vérifier a et b pour que le noyau de ϕ soit distinct de {0} ?

Cette relation étant supposée vérifiée déterminer le noyau et l’image de ϕ.

Démontrer que ces deux sous-espaces vectoriels sont supplémentaires et re- connaître φ.

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

2. On suppose ici que le noyau de ϕ est égal à {

−→ 0

}

. Caractériser les applications

φ qui sont involutives ; démontrer que les automorphismes ainsi obtenus sont tous, sauf l’un d’eux, des symétries vectorielles que l’on notera sa et dont on

déterminera, en fonction de a, la direction −→ ∆ et l’axe

−→ D .

On appellera σa la symétrie vectorielle d’axe −→ ∆ et de direction

−→ D ; déterminer

pour tout vecteur −→ v de

−→ P une relation entre sA

(

−→ v

)

et σA (

−→ v

)

. En déduire,

dans la base (

−→ ı ,

−→

)

, la matrice de σa . Déterminer sa σa et σa sa .

3. La base (

−→ ı ,

−→

)

étant supposée orthonormée, l’application φ peut-elle être

une isométrie positive ? Une isométrie négative ? Dans l’affirmative, préciser l’isométrie obtenue.

Deuxième partie

On considère le plan affine P associé au plan vectoriel −→ P et rapporté au repère

(

O, −→ ı ,

−→

)

. On considère les deux applications f et g de P dans P , qui au point M

de coordonnées x et y , associent respectivement les pointsM1 = f (M) etM2 = g (M) dont les coordonnées sont :

pour M1

{

x1 = 2x+3y +2 y1 −x−2y −2

pour M2

{

x2 = −2x−3y y2 = x+2y

1. Démontrer que f et g sont des applications affines de P ; écrire les matrices

des endomorphismes associés dans −→ P .

2. En utilisant 1. b., déterminer entièrement f , g , f g et g f .

3. Ondonne trois points deP par leurs coordonnéesA(4 ; −2) ; B(2 ; −2) ; C(−2 ; 0).

On note E l’ensemble de points : E = {O, A, B, C} et F l’ensemble d’applica- tions (où I est l’identité de P ) :

F = {I , f , g , f g }.

Démontrer que (F, ◦) est un groupe laissant E invariant.

Pondichéry 2 avril 1975

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome