Math - travaux pratiques 10, Exercices de Mathématiques

Math - travaux pratiques 10, Exercices de Mathématiques

PDF (40.6 KB)
3 pages
266Numéro de visites
Description
Math - travaux pratiques 10. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le système d’équations, la fonction numérique, l'automorphisme.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
NantesCjuin1976*.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Nantes juin 1976 \

EXERCICE 1

Soit A l’anneau Z/8Z.

1. Résoudre dans A× A le système d’équations :

{

6x+4y = 4 5x+ y = 4

2. Résoudre dans A l’équation :

x2+4x+3= 0.

EXERCICE 2

On rappelle que l’ensemble C des nombres complexes a une structure d’espace vec- toriel réel dont une base est B = (1, i). Soit p un complexe donné :

p = a+ ib (a etb sont réels).

On considère l’application f de C dans C qui, à tout complexe z, associe Z défini par :

Z = z+pz (E )

(z désigne le complexe conjugué de z).

1. Démontrer que f est une application linéaire de C dans C.

2. a. Trouver en fonction de a et b la matrice M de f par rapport à la base B = (1, i).

b. Démontrer que f est une bijection si, et seulement si, a2+b2 est différent de 1.

3. À partir de la relation (E ), trouver une relation entre z, Z et Z .

Retrouver ainsi le résultat de la question 2. b.

PROBLÈME

Le plan affine euclidien P est rapporté à un repère orthonormé R = (

O, −→ ı ,

−→

)

.

Chaque point M du plan peut être repéré par ses coordonnées réelles (x ; y) ou par son affixe complexe z = x+ iy .

Partie A

Soit f la fonction numérique définie par :

f (x)= e−2x + x+1.

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

1. Étudier les variations de f et construire sa courbe représentative (C ) dans le repère R.

(On étudiera avec soin les branches infinies de (C ) : on pourra étudier le com-

portement de f (x)

x pour les valeurs de x negatives et de « grande » valeur ab-

solue.)

On indiquera les valeurs exactes des coordonnées du point correspondant au minimum de f .

Pour dessiner (C ), on utilisera l’approximation Log 2≈ 0,7).

2. Calculer l’aire A (m) de la surface plane finie limitée par la courbe (C ), l’axe (

O, −→

)

des ordonnées, l’asymptote oblique de (C ) et la droite d’équation x =

m,m étant un réel positif donné.

Étudier lim m→+∞

A (m).

Partie B

P étant le plan vectoriel associé au plan affine P, on considère l’endomorphisme ϕ de P (application linéaire de P dans P ) défini par sa matrice A dans la base (

−→ ı ;

−→

)

:

A =

(

−1 1 1 1

)

1. ϕ est-il un automorphisme ? Démontrer qu’il existe trois réels k, a, b avec

k > 0 et a2+b2 = 1

qui vérifient

A =

(

k 0 0 k

)

×

(

a b

b a

)

En déduire qu’il existe une homothétie vectorielle h et une symétrie vecto- rielle orthogonale s par rapport à une droite vectorielle (que l’on déterminera avec précision) qui vérifient :

ϕ= h s = s h.

2. Soit F celle des applications affines du plan P associée à l’endomorphisme ϕ qui transforme le point O en le point O′(−1 ; −1).

a. Le point M ayant pour coordonnées (x ; y), calculer les coordonnées (

x′ ; y ′ )

de son image M ′ par F .

Calculer l’affixe z ′ deM ′ en fonction de z (on rappelle que z désigne l’af- fixe deM et que z désigne le conjugué de z).

b. Déterminer les coordonnées du point Ω invariant par F .

Si H est l’homothétie de centre Ω, et de rapport k, déterminer la trans- formation S définie par :

F =H S = S H .

Quelle est la nature de F ?

Partie C

1. Démontrer que la courbe (

C ′ )

transformée de (C ) par F admet pour équation :

y = g (x) avec g (x)= x−Log x

(Log désigne la fonction logarithme népérien).

Nantes 2 juin 1976

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

2. Étudier les variations de la fonction g et construire la courbe (

C ′ )

.

3. n étant un entier naturel donné, déterminer les coordonnées du point d’inter- section de la courbe

(

C ′ )

et de la droite (∆n ) d’équation :

y = x+n.

4. Soit (Un) la suite numérique dont le terme général Un est égal à l’aire de la

surface plane finie limitée par la courbe (

C ′ )

, l’axe (

O, −→

)

des ordonnées et

les droites (∆n ) et (∆n+1).

a. CalculerUn et montrer que la suite (Un) est une suite géométrique dont on déterminera la raison.

b. Calculer la somme Sp des (p+1) premiers termes de cette suite, soit

Sp = n=p

n=0 Un

c. Étudier lim n→+∞

Sp .

Justifier le résultat obtenu en utilisant la limite de l’aire calculée en A 2. et l’application F définie dans B.

Nantes 3 juin 1976

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome