Mathématique - exercitation 13, Exercices de Mathématiques

Mathématique - exercitation 13, Exercices de Mathématiques

PDF (38.7 KB)
2 pages
156Numéro de visites
Description
Mathématique - exercitation 13. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: l’ensemble des matrices, l’espace vectoriel sur R des suites numériques.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
RouenCseptembre1978*.dvi

[ Baccalauréat C Rouen septembre 1978 \

EXERCICE 1 4 POINTS

Soit M l’ensemble des matrices de la forme

(

a a+b

b a

)

lorsque a et b sont deux

éléments de R.

1. Montrer que M , muni de l’addition desmatrices et de la multiplication d’une matrice par un réel possède une structure d’espace vectoriel sur R. Trouver une base de cet espace vectoriel.

2. P étant un plan vectoriel euclidien, on définit l’application linéaireϕ de P vers

P, dont la matrice dans la base orthonormée (

−→ ı ,

−→ ı

)

est :

(

2 3 1 2

)

est-elle un

automorphisme involutif de P ?

EXERCICE 2 3 POINTS

L’application linéaire ϕ est celle définie dans la deuxième question de l’exercice 1 précédent. λ étant un réel donné, on pose = Ker

(

ϕλidP )

(noyau de l’application linéaire ϕλidP).

1. Montrer que : = {

−→ u ∈P :ϕ

(

−→ u

)

=λ −→ u

}

.

2. Montrer qu’il existe deux valeurs réelles distinctes de λ, pour lesquelles 6= {

−→ 0

}

. (On notera λ1 la plus petite de ces valeurs, λ2 l’autre).

3. Montrer que λ1 et λ2 sont deux droites vectorielles.

PROBLÈME 13 POINTS

Soit (S , +, ·) l’espace vectoriel sur R des suites numériques (application de N dans R). On noteU la suite de terme généralUn . On considère le sous-ensemble T deS des suitesU vérifiant la propriété suivante :

(∀n ∈N) (Un+2 =−4Un+1+5Un) .

Partie A

1. Montrer que T est un sous-espace vectoriel de S .

2. Soit u et v deux suites deT . Démontrer que u = v si et seulement si (u0, u1)= (v0, v1).

3. Soit a et b deux suites de T telles que

a0 = 1, a1 = 0, b0 = 0,b1 = 1.

Démontrer que pour tout u de T :

u =u0 ·a+u1 ·b.

En déduire la dimension de T .

4. On considère la suite s de T définie par s0 = 6 et s1 = 0.

Démontrer que pour tout entier naturel non nul n, s2n est strictement positif et s2n+1 est strictement négatif.

Le baccalauréat de 1978 A. P. M. E. P.

Partie B

On considère la suite géométrique t de premier terme 1 et de raison α, α étant un réel non nul.

1. Déterminer α pour que t appartienne à T . En déduire une nouvelle base de T .

2. Calculer dans cette base les coordonnées de la suite s définie en A 4. En dé- duire que la suite s n’est pas convergente.

Partie C

Soit E un espace affine euclidiendedimension 2muni du repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

.

1. On considère la suite des points M de E de coordonnées (n ; s) dans le repère (

O, −→ ı ,

−→

)

.

Démontrer que les points M2n appartiennent à la courbe (C ) d’équation y = 5 (

1+5x−1 )

et que les points M2n+1 appartiennent à la courbe (C ′) d’équation y = 5

(

1−5x−1 )

.

2. Étudier la fonction f définie par :

f (x)= 5 (

1+5x−1 )

.

Tracer les courbes (C ) et (C ′).

3. Calculer l’aire Aλ de la portion de plan limitée par les courbes (C ) ; (C ′) et les

droites d’équations x = 0 et x = λ. (λ< 0),

Déterminer la limite de Aλ quand λ tend vers −∞.

Partie D

1. On désigne par xn et yn les coordonnées de tout point Mn . Déterminer les réels a, b, c, d tels que l’on ait, quelque soit n :

{

xn+1 = axn +b

yn+1 = cyn +d

2. SoitF l’application affinedeEdansEqui à tout pointM(x ; y) associeM ′′ (

x′′ ; y ′′ )

tel que :

{

x′′ = ax+b

y ′′ = cy +d

Démontrer que F est une bijection et déterminer le point O1 tel que

F (O1)=O.

Démontrer qu’il existe une translation T et une application affineG de E dans E telles que :

F =G T et G(O)=O.

Pour tout point M(x ; y) d’imageM ′ (

x′ ; y ′ )

parG exprimer x′ et y ′ à l’aide de x et de y .

3. Démontrer que pour l’application G :

a. l’ensemble des points invariants est une droite (D).

b. il existe une droite vectorielle −→ ∆ telle que pour tout point M d’image M

parG le vecteur −−−−→ MM ′ appartient à

−→ ∆ .

c. il existe un nombre réel k tel que pour tout point M (d’image M ′) de

projection H sur (D) suivant la direction −→ ∆ on ait

−−−→ HM ′ = k

−−−→ HM .

Préciser k.

Rouen 2 septembre 1978

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome