Notes sur l'équation de Klein-Gordon généralisée - 2° partie, Notes de Physique
Eleonore_sa
Eleonore_sa15 January 2014

Notes sur l'équation de Klein-Gordon généralisée - 2° partie, Notes de Physique

PDF (141.6 KB)
4 pages
156Numéro de visites
Description
Notes de physique sur l'équation de Klein-Gordon généralisée - 2° partie. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Le calcul des dérivées, la relation.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 4
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document

(43.46)

Par différence (1)-(2) :

(43.47)

Le calcul des dérivées par rapport à t des fonctions suivantes :

(43.48)

Par différence (1)-(2)

(43.49)

Ce qui nous donne finalement :

(43.50)

Soit f un champ scalaire et et un champ vectoriel. L'analyse vectorielle donne :

(43.51)

Posons :

(43.52)

Dès lors :

(1)

(43.53)

Posons maintenant :

(43.54)

Dès lors :

(2)

(43.55)

Soustrayons (1)-(2) :

(43.56)

Comme :

(43.57)

En changeant les signes :

(43.58)

Cette dernière relation et :

(43.59)

donnent :

(43.60)

A nouveau, rapprochons cette relation avec l'équation de continuité :

(43.61)

Rappelons que lors de notre première étude de l'équation de Klein-Gordon nous avons vu qu'en

mécanique quantique son équivalent est donné par la même équation mais avec les

significations suivantes : est la densité de probabilité, est la densité du flux de particules.

Nous avons donc :

(43.62)

Si la fonction d'onde associée et sa conjuguée complexe :

(43.63)

Les dérivées par rapport au temps de ces fonctions

(43.64)

Les gradients se calculent comme suit :

(43.65)

En reprenant l'expression de la densité de probabilité et compte tenu de différentielles

précédentes, il vient :

(43.66)

La densité de probabilité a donc pour expression :

(43.67)

En reprenant l'expression de la densité de courant et compte tenu de des différentielles, il vient

:

(43.68)

La densité de courant a pour expression :

(43.69)

En se plaçant dans la situation des connaissances de l'époque, l'équation de Klein-Gordon

présente plusieurs pathologies et inconvénients.

- La densité de probabilité peut devenir négative (puisque comme nous l'avons vu,

l'énergie peut l'être aussi), ce qui est inexplicable. Une telle situation n'existe pas avec

l'équation de Schrödinger.

- L'équation de Klein-Gordon a l'inconvénient d'être du second ordre en (l'équation de

Schrödinger est elle du premier ordre). L'évolution temporelle nécessite dont la connaissance

non seulement de mais également de sa dérivée

- Si nous appliquions cette équation à l'atome d'hydrogène, nous ne retrouverions pas les

mêmes niveaux d'énergie en structure fine.

Tout ceci a conduit à l'époque qui précède les travaux de Dirac, à un rejet de cette équation qui,

de plus, ne tenait pas compte du spin.

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome