Notes sur le modèle hyperbolique, Notes de Astronomie. Université des Sciences et Technologies de Lille (Lille I)
Caroline_lez
Caroline_lez10 January 2014

Notes sur le modèle hyperbolique, Notes de Astronomie. Université des Sciences et Technologies de Lille (Lille I)

PDF (145.7 KB)
4 pages
153Numéro de visites
Description
Notes d'astronomie sur le modèle hyperbolique. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: démonstration, graphique.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 4
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document

Dans ce modèle, nous considérons . Donc l'équation à traiter peut s'écrire :

(51.99)

Ce qui s'écrit aussi :

(51.100)

Rappelons que nous avions supposé pour que si nous effectuons le

changement de variable , nous obtenons l'intégrale suivante :

(51.101)

Nous recherchons donc une primitive de :

(51.102)

et nous discuterons du signe ± après avoir trouvé la primitive.

Nous effectuons encore un changement de variable en

posant donc ce qui nous donne la primitive suivante à calculer:

(51.103)

en refaisant un changement de variable :

(51.104)

d'où à une constante multiplicative près :

(51.105)

nous avons :

(51.106)

Dans le chapitre de Calcul Différentiel Et Intégral nous avons vu que cette forme de primitive se

résout par la relation (nous rajoutons la constante d'intégration à la fin car nous faisons de la

physique et il faut satisfaire des conditions initiales auxquelles nous ne nous intéressions pas

nécessairement en mathématique) :

(51.107)

avec :

(51.108)

d'où :

(51.109)

Il nous faut encore calculer :

(51.110)

Enfin :

(51.111)

en remettant en place tous les changements de variables et en introduisant à nouveau la

constante multiplicative, nous avons dans le cas où :

(51.112)

Entre les deux bornes d'intégration nous avons donc (la constante d'intégration

s'annule) :

(51.113)

Nous devons évidemment avoir (nous reprenons le ± qui se trouvait initialement dans

l'intégrale) :

(51.114)

Si nous traçons cette fonction pour une valeur fixe. Nous avons le tracé suivant dans

Maple (nous ne considérerons que le cas avec le signe "-" car celui avec le signe "+" n'a pas de

sens physique même translaté) :

(51.115)

Nous voyons que plus la constante A est petite, plus l'Univers croit indéfiniment rapidement. De

plus pour une valeur de k fixée, certaines valeurs de A sont interdites (il s'agit au toujours fait

de la condition d'intégration).

Nous voyons à nouveau que le critère est naturellement parfaitement

respecté. Toutes les valeurs de F(t) inférieures à 1 sont à rejeter !

Nous avons donc dans ce modèle hyperbolique un Univers qui croit indéfiniment de façon

exponentielle (comme le modèle plat de Friedmann-Lemaître) car étant donné que , il n'y

a plus de condition limite d'intégration (contrairement au modèle elliptique précédent).

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome