Sciences Math - exercices 7, Exercices de Mathématiques

Sciences Math - exercices 7, Exercices de Mathématiques

PDF (35.4 KB)
2 pages
439Numéro de visites
Description
Math - exercices sur l’ensemble des entiers naturels diviseurs de 400. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: les paires d’entiers strictement positifs, la fonction numérique f de la variable réelle x, le corps...
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
ToulouseCjuin1975*.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C juin 1975 Toulouse \

EXERCICE 1

1. Déterminer l’ensemble des entiers naturels diviseurs de 400.

2. Soit a et b deux entiers naturels strictement positifs, d leur plus grand com- mun diviseur. Trouver une condition nécessaire et suffisante liant les nombres

a

d et

b

d pour que d soit égal à ab.

3. Trouver les paires d’entiers strictement positifs dont le plus grand commun diviseur est la différence des deux entiers et dont le plus petit commun mul- tiple est 400.

EXERCICE 2

On considère la fonction numérique f de la variable réelle x définie par

f (x) = ex x−1 pour x < 0 f (x) = 0 pour 06 x < 1

f (x) = Log x

x pour x > 1

1. Montrer que f est continue et dérivable pour x = 0. En est-il de même pour x = 1 ?

2. Etudier les variations de cette fonction et tracer sa courbe représentative dans

un plan affine euclidien rapporté à un repère orthonormé (

O, −→

ı , −→

)

.

PROBLÈME

Soit C le corps des complexes. On note z = x− iy le conjugué du nombre complexe z = x+ iy .

Partie A

C est un espace vectoriel sur R. On le rend euclidien en le munissant du produit scalaire défini dans la base (l, i) pour les deux vecteurs quelconques z = x + iy et z = x′+ iy ′ par

< z, z ′ >= xx′+ y y ′.

Il est orienté par la base orthonormée directe (1, i).

1. Résoudre dans le corps C l’équation

z2−2iz−2= 0

Soit z1 la solutiondont la partie réelle est positive, z2 l’autre solution. Calculer :

z1+ z2, zz2, z 8 1 ,

(

z2 )10

Terminale C A. P. M. E. P.

2. On considère l’endomorphisme ϕ de l’espace vectoriel C déterminé par :

ϕ(1)= z1, ϕ(i)= z 2

Montrer que ϕ est le composé d’une homothétie vectorielle par une rotation vectorielle que l’on précisera.

3. On considère l’endomorphisme ψ de l’espace vectoriel C déterminé par :

ψ(1)= z1, ψ(i)= z 2

Caractériser ψ comme composé de deux transformations simples.

Partie B

On associe à C le plan affine euclidien P muni de repère orthonormé (

O, −→

u , −→

v )

: à

tout point M de P de coordonnées (x ; y) est associé le nombre complexe z = x+ iy , appelé affixe deM .

1. Soit g l’application de P dans P qui au pointM d’affixe z associe le point g (M) d’affixe −z. Caractériser g .

2. On considère l’application affine f de P dans P, qui au point M de coordon- nées (x ; y) associe f (M) de coordonnées (X ; Y ) où

{

X = −x+ y −1 Y = x+ y

Caractériser f , préciser ses éléments remarquables.

3. Étudier l’application affine h = g f : nature, éléments remarquables.

On vérifiera que, si M a pour coordonnées (x ; y), son image M ′ par h a pour coordonnées

(

x′ ; y ′ )

avec

{

x′ = xy +1 y ′ = x+ y

4. On se propose d’étudier la nature de la courbe (C ) de P admettant pour équa-

tion cartésienne dans le repère (

O, −→

u , −→

v )

:

x2+ y2−2xy + x−3y = 0.

Dans ce but,

a. Déterminer l’équation cartésienne de la courbe (

C ′ )

image de (C ) par h. (

C ′ )

est une parabole dont on précisera le foyer F′, la directrice ∆′ et le sommet S ′.

b. En déduire une définition géométrique de la courbe (C ). Préciser ses élé-

ments, la construire dans le repère (

O, −→

u , −→

v )

.

Toulouse 2 juin 1975

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome