Sciences mathématiques - exercitation 10, Exercices de Logique mathématique

Sciences mathématiques - exercitation 10, Exercices de Logique mathématique

PDF (42.0 KB)
3 pages
160Numéro de visites
Description
Sciences mathématiques - exercitation sur l'entier naturel non nul. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: les trois points non alignés d’un plan affine P, les deux applications de R dans R.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
PondicheryCjuin1979*.dvi

[ Baccalauréat C Pondichéry juin 1979 \

EXERCICE 1 3 POINTS

Soit B un entier naturel non nul. Dans tout ce qui suit, les écritures surlignées représentent des nombres écrits en base B .

1. Montrer que 132 est divisible par B +1 et B +2. Pour quelles valeurs de B, 132 est-il divisible par six ?

2. Montrer que A = 1320 est divisible par six. 3. On pose C = 1430. Quelle est le p. g. c. d. de A et C ?

EXERCICE 2 4 POINTS

A, B, C sont trois points non alignés d’un plan affine P et P′ le plan P privé de la droite AB.

1. Soit E l’ensemble des couples (a, b) de R2 tels que a+b+1 6= 0. Démontrer que l’application f qui à tout élément (a, b) de E associe le bary- centre G de (A, a), (H, b), (C, 1) est une bijection de E sur P′.

2. On considère l’application g de P′ dans P′ qui au point G associe le point G′

barycentre de (A, b), (B, a), (C, 1).

a. Déterminer l’ensemble des points invariants par g .

b. Démontrer que −−→ GG′ appartient à une direction indépendante de G.

c. Démontrer que lemilieu de (G, G′) est sur une droite fixe et en déduire la nature de g .

PROBLÈME 13 POINTS

On rappelle que l’ensemble A des applications de R dans R, muni de l’addition des applications, et du produit d’une application par un réel est un espace vectoriel sur R.

Partie A

On note e1 et e2 les deux applications de R dans R définies respectivement par

e1(x)= e− x 2 sinx et e2(x)= e−

x 2 cosx,

et on appelle F le sous-espace vectoriel de A engendré par e1 et e2.

1. Démontrer que (e1, e2) est une base de F .

a. Démontrer que tout élément f de F est dérivable, et que sa dérivée f

appartient à F .

b. Écrire la matrice dans la base (e1, e2) de l’endomorphisme D de F , qui à f associe f ′.

Établir que D est bijective, et définir l’application réciproqueD−1.

c. Utiliser le résultat précédent pour calculer l’intégrale

I0 = ∫ 3π

4

π4 e−

x 2 (sinx+cosx)dx.

Le baccalauréat de 1979 A. P. M. E. P.

Partie B

Dans cette partie, on désigne par f l’application de J = [

π

4 ; +∞

[

dans R définie par

f (x)= e− x 2 (sinx+cosx),

et par C la courbe représentative de f dans un plan affine euclidien rapporté à un

repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

.

1. Résoudre dans J l’équation f (x)= 0.

Étudier le sens de variation de f sur l’intervalle

[

π

4 ; +

7π

4

[

.

On noteraα le réel de l’intervalle [

0 ; π

2

]

tel que tgα= 1

3 , et on prendraα=

π

9 ;

d’autre part, on ne cherchera pas à déterminer les valeurs maximale el mini- male).

2. a. Démontrer que, pour tout x appartenant à J, | f (x)|6 p 2e−

x 2 .

En déduire que f admdet une limite finie en +∞.

b. Soit Γ et Γ′ les représentations graphiques dans le repère (

O, −→ ı ,

−→

)

des

applications g et h de J dans R définies par

g (x)= p 2e−

x 2 ety h(x)=−

p 2e−

x 2

Calculer les abscisses des points comuns à C et Γ d’une part, à C et Γ′

d’autre part.

Établir qu’en tout point commun à C et Γ (respectivement : à C et Γ′), les deux courbes admettent la même tangente.

c. Soit M le point de coordonnées (x ; y) sur C ; calculer en fonction de y l’ordonnée du point M ′ d’abscisse x+2π sur C.

d. Utiliser les résultats précédents pour construire C, On commencera par mettre en place les courbes Γ et Γ′, puis l’arc de C correspondant à l’in-

tervalle

[

π

4 ; +

7π

4

[

.

On donne :

x − 9π

8 −π

5π

8 − π

2 − π

8

ex 0,03 0,04 0,14 0,21 0,67

Partie C

Les solutions dans l’intervalle J = [− π

4 ; +∞[ de l’équation f (x)= 0 forment la suite

de réels (

π

4 +

)

, k ∈N. On note comme au A :

I0 = ∫ 3π

4

π4 f (x)dx puis I1 =

∫ 7π 4

3π 4

f (x)dx

et d’une manière générale, pour tout entier naturel k :

Ik = ∫− π4 +(k+1)π

π4 +kπ f (x)dx.

Pondichéry 2 juin 1979

Le baccalauréat de 1979 A. P. M. E. P.

1. En utilisant les résultats du A, trouver une primitive F de f sur J, ayant la pro- priété suivante : il existe un réel λ strictement positif tel que, pour tout réel x appartenant à J, F (x+π)=−λF (x). En déduire une expression simple de Ik+1 en fonction de Ik et de λ.

2. Pour tout n ∈N, on pose Sn = n−1 ∑

k=0 |Ik |.

Exprimer Sn en fonction de I0, λ et n.

Sn admet-elle une limite lorsque n tend vers +∞ ?

Pondichéry 3 juin 1979

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome