Sciences mathématiques - exercitation 2, Exercices de Logique mathématique

Sciences mathématiques - exercitation 2, Exercices de Logique mathématique

PDF (46.3 KB)
3 pages
123Numéro de visites
Description
Exercitation de sciences mathématiques sur le logarithme népérien. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: les abscisses, la dérivée seconde de f, a tangente.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
NantesCjuin1979*.dvi

[ Baccalauréat C Nantes juin 1979 \

EXERCICE 1 4 POINTS

Soit f l ?application de C dans C définie par

f (z)= z3+ (−7+3i)z2+ (12−16i)z+4(1+7i).

On considère

E = {z ; z ∈C, f (z)= 0}.

1. Montrer que E contient un élément de la forme z0 =λi où λ est un réel.

2. Déterminer les éléments z0 ,z1, z2, de E : on notera z1 l’élément de E , autre que z0, qui a une même partie imaginaire que z0.

3. Soit A, B, C les images respectives de z0 ,z1, z2 dans un plan affine euclidien rapporté à un repère orthonormé.

Déterminer les éléments de la similitude directe qui transforme le bipoint

(A, B) en le bipoint (A, C).

EXERCICE 2 4 POINTS

1. Soit deux urnesU1 etU2 ; la première contient 6 boules blanches et 4 boules noires ; la seconde contient 8 boules blanches et 2 boules noires.

D’une des deux urnes, choisie au hasard (il y a équiprobabilité pour ce choix),

on extrait une boule que l’on remet dans l’urne :

si la boule était blanche on recommence le tirage dans la même urne ;

si la boule était noire on recommence le tirage dans l’autre urne.

Cette règle est appliquée à chaque tirage et l’on suppose qu’à l’intérieur de

chaque urne les tirage sont équiprobables.

SoitPn la probabilité pour que len-ième tirage se fasse dans l’urneU1 (

n ∈N⋆ )

.

a. Déterminer P1.

b. Déterminer P2 : on se rappellera que le second tirage s’est fait dans U1 soit parce que le premier tirage a été d’une boule blanche dansU1, soit

parce que le premier tirage a été d’une boule noire dansU2.

c. Démontrer qu’il existe une relation de récurrence vérifiée par la suite (Pn), de la forme :

n, n> 2 : P n = aPn−1+b

a et b sont des réels que l’on déterminera.

2. Soit la suite réelle (un ), dont le terme général est défini pour tout n entier stric- tement positif par

u1 = 1

2

un = 2

5 un−1+

1

5 ∀n, n> 2

a. Déterminer le réel α tel que le suite (Vn), dont le terme général est défini pour n entier strictement positif par Vn = un α soit une suite géomé-

trique.

b. En déduire que la suite (un ) est convergente ; trouver alors la limite de Pn quand n tend vers l’infini.

Le baccalauréat de 1979 A. P. M. E. P.

PROBLÈME 12 POINTS

Partie A

Soit E l’ensemble des matrices carrées d’ordre 2, à coefficients réels. Si A et B appar-

tiennent à E et si ? est un réel, on note A + B la somme des matrices A et B

A × B le produit de la matrice B par la matrice A dans cet ordre

λ· A le produit de la matrice A par le réel ?.

On rappelle que (E ,+, .) est un espace vectoriel sur R et que (E ,+,×) est un

anneau unitaire, non commutatif, non intègre.

Soit M l’ensemble des matrices de la forme

M(a ; b)=

(

a+b ab

ab a+b

)

a et b sont des réels.

1. Démontrer que (M , +, .) est un espace vectoriel sur R. Préciser la dimension et une base de cet espace vectoriel.

2. Soit A = M(1 ; 0) et B = M(0 ; 1). Calculer A2, B2, A × B, B × A. En déduire que (M , +, ×) est un anneau unitaire, commutatif. Cet anneau est-il intègre ?

3. Soit M1 l’ensemble des éléments inversibles de l’anneau M .

a. Déterminer M1.

b. Quelle est la structure de (M1, ×) ?

Partie B

Soit π un plan vectoriel et B = (

−→ ı ,

−→ )

une base de ce plan.

On considèreϕa, b l’endomorphismedeπdont lamatrice dansB estM(a, b).

1. Déterminer, suivant les valeurs de a et b, le noyau et l’image de ϕa, b .

Dans chaque cas, on indiquera unebase de ces espaces vectoriels, s’il en existe.

2. Déterminer les nombres réels k pour lesquels l’équation ϕa, b (

−→ u )

k −→ u =

−→ 0

(1)

(dans laquelle le vecteur −→ u de π est l’inconnue) admet d’autres solutions que

le vecteur −→ 0 .

On explicitera, pour chacune des valeurs de k trouvées, l’ensemble des solu-

tions de (1).

3. On pose −→ I =

−→ ı

−→ et

−→ J =

−→ ı +

−→ .

Vérifier que B′ = (

−→ I ,

−→ J )

est une base de π. Quelle est la matrice M de ϕa, b

dans B′ ?

4. Déterminer les applications ϕa, b qui sont des projections vectorielles.

Dans chacun des cas, on précisera les éléments caractéristiques de la projec-

tion trouvée en remarquant, le cas échéant, s’il s’agit ou non de sous-espaces

vectoriels propres.

5. Déterminer les applications ϕa, b qui sont des automorphismes involutifs.

Dans chacun des cas, on précisera les éléments caractéristiques de l’involu-

tion trouvée.

Partie C

Nantes 2 juin 1979

Le baccalauréat de 1979 A. P. M. E. P.

Soit P un plan affine associé à π, et soit O un point de P. On note respective-

ment (R) et (R′) les repères cartésiens (

O ; −→ ı ,

−→ )

et (

O ; −→ I ,

−→ J )

.

Soit O′ le point de coordonnées (2 ; −2) dans (R). Soit f l’application affine

de P dont l’endomorphisme associé est ϕ 1 2 , 0

et qui transforme O en O′.

1. Définir la nature de f et donner ses éléments caractéristiques.

2. SiM a pour coordonnées (x ; y) dans (R), donner les coordonnées (X ; Y ) dans (R) de f (M).

3. Si M a pour coordonnées (

x′ ; y ′ )

dans (R), donner les coordonnées (X ? ; Y ?)

de f (M) dans (R′).

Partie D

On suppose maintenant que π est euclidien et que la base (B) est orthonor-

mée.

Soit O′′ le point de coordonnées (1 ; 1) dans (R).

Soit g l’application affine de P dont l’endomorphisme associé est ϕ 1 2 , −

1 2 et

qui transforme O en O′′.

1. a. Définir la nature de g et donner ses élément caractéristiques.

b. SiM a pour coordonnées (x ; y) dans (R), donner les coordonnées (ξ ; η) dans (R) de g (M).

2. Soit (C ) le sous-ensemble de P, d’équation dans (R) x2+ y2−2x+2y +1 = 0.

a. Donner une équation dans (R) de l’image (Γ) de (C ) par g . Représenter sur un même dessin les ensembles (Γ) et (C ).

b. Démontrer qu’il existe une rotation unique, centrée sur la droite de di-

rection −→ ı et passant par O, qui transforme (C ) en (Γ). Déterminer les

éléments caractéristiques de cette rotation.

Nantes 3 juin 1979

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome