Sciences mathématiques - exercitation 3, Exercices de Logique mathématique

Sciences mathématiques - exercitation 3, Exercices de Logique mathématique

PDF (43.9 KB)
3 pages
119Numéro de visites
Description
Exercitation de sciences mathématiques sur l'application de C dans C. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: l'élément de la forme, les éléments de la similitude directe.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
NiceCjuin1979*.dvi

[ Baccalauréat C Nice juin 1979 \

EXERCICE 1 4 POINTS

On considère la fonction numérique d’une variable réelle f définie par

f (x)= log (

2+ 1

x

)

où log désigne le logarithme népérien.

1. Étudier les variations de f et construire sa courbe représentative (C ) dans un

repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→ )

. (On donne log2≈ 0,7).

2. Montrer que la fonction x 7−→ Log(2+ x)−Log2

x admet pour limite

1

2 en 0.

3. Calculer, à l’aide d’une intégration par parties, l’aire A (λ) de la portion du plan comprise entre la courbe (C ), la droite d’équation y = Log2, et les droites d’équations respectives x = −1 et x = λ λ est un nombre réel strictement inférieur à −1. Déterminer la limite éventuelle de A (λ) quand λ tend vers −∞.

EXERCICE 2 3 POINTS

C désigne le corps des nombres complexes et A le point du plan complexe d’affixe z = a+ ib (a ∈R, b ∈R). On considère l’équation :

z2+ (1−b)z+a = 0.

1. Déterminer une condition nécessaire et suffisante portant sur a et b, pour que l’équation admette une racine double.

Représenter dans le plan complexe l’ensemble (Γ) des points A (d’affixe a+ib) correspondants.

2. Préciser suivant le position du point A dans le plan la nature des racines de l’équation.

PROBLME 13 POINTS

Partie A

Soit a, b, c trois nombres réels. On note f l’application de R dans R définie par

x ∈R, f (x)= a cos (πx

2

)

+b sin (πx

2

)

+c.

1. a. Démontrer par récurrence que

n N⋆,∀x ∈R, f (n)(x)= (π

2

)n [

a cos (π

2 x+n

π

2

)

+b sin (π

2 x+n

π

2

)]

sachant que f (n) désigne la fonction dérivée n-ième de f .

b. On pose ∀n ∈N⋆,un = 1

4n f (2n)(0).

Calculer u1. Montrer que la suite (un )nN⋆ , est une suite géométrique de

raison − π2

16 .

Calculer, si elle existe, lim n→+∞

(u1+u2+·· ·+un ) en fonction de a.

Le baccalauréat de 1979 A. P. M. E. P.

2. On pose a = 4α, b = 7β, c =− p 2

2 .

Écrire l’expression de f (x).

Déterminer l’ensemble des couples (α, β) appartenant àZ2 tels que f

(

1

2

)

= 0.

3. On pose a = 1, b = c = 0 et on note ϕ la restriction de f à [0 ; 2]. Écrire l’expres- sion de ϕ(x).

a. Montrer que ϕ admet une fonction réciproqueψ.

b. Quel est l’ensemble de définition deψ ? Préciser son sens de variation et tracer sa représentation graphique dans un repère orthonormé.

c. Sur quel ensemble ψ est-elle dérivable ?

4. On pose a = c = 0, b = 1. Écrire l’expression de f (x). Calculer ∫1

0 [ f (x)]2 dx.

5. On appelle f1 la fonction f obtenue pour a = 1, b = c = 0. On appelle f2 la fonction f obtenue pour a = c = 0, b = 1. On considère

S1 = 4 ∑

k=0 f1

(

4k

9

)

et S2 = 4 ∑

k=0 f2

(

4k

9

)

.

a. Exprimer S1+iS2 en fonction dunombre complexe z demodule 1 et d’ar- gument

π

9 .

b. En déduire S1.

Partie B

On note E l’ensemble des fonctions fa,b,c de R dans R définies par

x ∈R, fa,b,c (x)= a cos (π

2 x )

+b sin (π

2 x )

+c

avec (a, b, c) appartenant à R3.

1. On rappelle que l’ensemble des fonctions de R dans R, muni de l’addition et de la multiplication par un réel, est un espace vectoriel sur R. Cet ensemble sera noté F .

a. Montrer que E est un sous-espace vectoriel de F .

b. Déterminer la dimension de E .

2. On note f g le réel 1

4 [2 f (0)g (0)+ f (1)g (1)+ f (−1)g (−1)].

a. Montrer que l’application : E ×E → R ( f , g ) 7−→ f g est un produit scalaire

sur E .

Dans toute la suite, on considérera E muni de ce produit scalaire ; le réel √

f f sera noté ‖ f ‖. b. Soit les fonctions :

e1 : R → R e2 : R → R x 7−→ 1 x 7−→

p 2sin

(π

2 x )

e3 : R → R x 7−→ −2cos

(π

2 x )

+1

Montrer que (e1, e2, e3) est une base orthonormée de E.

Montrer que :

Nice 2 juin 1979

Le baccalauréat de 1979 A. P. M. E. P.

fa, b, c = (a

2 +c

)

e1+ b p 2

2 e2−

a

2 e3.

En déduire que :

fa, b, c fa′ , b′, c ′ = (a

2 +c

)

(

a

2 +c

)

+ bb

2 +

aa

4 .

3. On suppose que E est orienté et que (e1, e2, e3) est une base orthonormée di- recte.

Soit τ l’endomorphisme de E défini par

τ(e1) = f0, 0, 1 τ(e2) = f−1,

p 6 2 ,

1 2

τ(e3) = f−p3, − p 2 2 ,

p 3 2

Montrer que τ est une isométrie vectorielle dont on déterminera la nature et les éléments caractéristiques.

4. Soit P un plan affine euclidien rapporté à un repère orthonormé (R).

Déterminer l’ensemble Γ des points M de coordonnées (x ; y) dans (R) tels que les vecteurs fy, x, 1 et f2y, 23 x, −

y 2 de E soient orthogonaux.

Représenter cet ensemble dans (R).

Nice 3 juin 1979

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome