Sciences mathématiques - exercitation 5, Exercices de Logique mathématique

Sciences mathématiques - exercitation 5, Exercices de Logique mathématique

PDF (35.6 KB)
2 pages
244Numéro de visites
Description
Sciences mathématiques - exercitation sur le nombre complexe. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la partie imaginaire de S, le plan vectoriel.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
OrleansToursCjuin1979*.dvi

[ Baccalauréat C Orléans–Tours juin 1979 \

EXERCICE 1 4 POINTS

On considère le nombre complexe z = cos 2π

7 + i sin

2π

7 .

1. On pose S = z+ z2+ z4 et T = z3+ z5+ z6.

Montrer que S etT sont conjugués et que la partie imaginaire de S est positive.

2. Calculer S+T, ST puis en déduire S et T .

EXERCICE 2 4 POINTS

1. a. Trouver tous les couples (p, q) d’entiers relatifs tels que 11p−9q = 2.

b. En déduire les entiers relatifs X qui vérifient

{

X ≡ −1 [9] X ≡ −3 [11].

2. Soit N = anan−1 · · ·a0 un nombre entier naturel écrit en base dix.

a. Quelles relations doivent vérifier anan−1 · · ·a0 pour que N soit divisible par 99 ?

b. Déterminer les chiffres x et y pour que l ?entier N = 10x0009y soit divi- sible par 99.

PROBLÈME 12 POINTS

Dans tout le problème, P désigneunplan affine euclidien, −→ P le plan vectoriel associé

à P, (

O, −→ ı ,

−→

)

un repère orthonormé de P.

Partie A

1. Soit g la fonction numérique de la variable réelle x définie par

g (x)=− 1

2 +

x

2 p x2+1

.

Étudier la continuité et la dérivabilité de g ; en déduire les variations de g , démontrer que g permet de définir une bijection de R sur ]−1 ; 0[.

2. Soit f la fonction numérique de la variable réelle x définie par

f (x)=− x

2 + 1

2

x2+1.

Étudier la fonction f ; étudier la position de la courbe représentative de f ,C f ,

par rapport à ses asymptotes, puis construire C f dans le repère (

O, −→ ı ,

−→

)

.

(On représentera l’unité par deux centimètres.)

3. Déduire de l’étude précédente l’existence d’un intervalle E de R, à préciser, tel que f permette de définir une bijection de R sur E.

Vérifier que la bijection réciproque (que l’on notera abusivement f −1) est telle

que, pour tout x de E : f −1(x) = 1

4(x−1) +1− x ; tracer la courbe de C f −1 re-

présentant f −1 dans (

O, −→ ı ,

−→

)

.

Le baccalauréat de 1979 A. P. M. E. P.

4. Justifier l’existence des réels suivants :

A = ∫1

0

x2+1dx, B = ∫ 3

2

1+ p 2

2

f −1(x)dx, C = ∫1

0 f (x)dx.

a. Calculer B, interpréter graphiquement le réel B.

b. En déduire C, puis A.

Partie B

Dans cette partie, −→ P est orienté, et

(−→ ı ,

−→ ı

)

est une base orthonormé directe.

1. Établir une équation cartésienne deC ′, image deC f par la symétrie de centre Ω ayant pour coordonnées (0 ; 1).

2. En déduire une équation cartésienne de H = C ′∪C f et construire H dans P

rapporté au repère (

O, −→ ı ,

−→

)

.

3. Soit s l’application affine de P dans P qui, à tout point M d’affixe z, associe le point M ′ d’affixe z ′ =

(

cos π8 + isin π

8

)

z+ i.

On note ϕ l’endomorphisme de −→ P associé à s.

a. Quelle est la nature de s ? Donner ses éléments caractéristiques.

b. Vérifier queΩ= s(O) ; soit −→ I =ϕ

(−→ ı

)

, −→ J =ϕ

(−→

)

.

Établir une équation cartésienne de H dans le repère (

Ω ; −→ I ,

−→ J

)

.

En déduire la nature de H.

Orléans–Tours 2 juin 1979

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome