Sciences mathématiques - exercitation 6, Exercices de Logique mathématique

Sciences mathématiques - exercitation 6, Exercices de Logique mathématique

PDF (42.6 KB)
3 pages
197Numéro de visites
Description
Sciences mathématiques - exercitation sur le système décimal. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: l'application linéaire bijective, l’ensemble des éléments.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
OrleansToursCseptembre1979*.dvi

[ Baccalauréat C Orléans–Tours septembre 1979 \

EXERCICE 1 4 POINTS

1. Étudier la fonction f :R→R définie par

f (x)= Log x

x

et tracer sa représentation graphique.

2. Montrer qu’il y a un unique couple (x ; y) d’entiers naturels non nuls tels que :

x y = y x et x < y.

3. Pour tout entier n > 3, on pose

un = Log3

3 + Log4

4 +·· ·+

Logn

n

a. Comparer un à ∫n+1

3 f (x)dx.

b. En déduire la limite de la suite (un)n>3 lorsque n tend vers l’infini.

EXERCICE 2 3 POINTS

1. Dans le système décimal, déterminer le chiffre des unités de 2n et de 7n , sui- vant les valeurs de l’entier naturel n.

2. Application : Trouver le chiffre des unités du nombre 35489×253731 ?

PROBLÈME 13 POINTS

Les notations et résultats donnés dans l’énoncé du 1 sont utiles dans les questions 2, 3, 4 de B.

Soit le nombre complexe − 1

2 + i

p 3

2 .

On pourra utiliser sans la démontrer l’égalité 1+ + 2 = 0.

Partie A

C et considéré comme espace vectoriel sur R de base B = (1 ; i). Soit ϕ l’application de C dans C qui à tout complexe z = x + iy associe le complexe ϕ(z)= x + y .

1. Montrer que ϕ est une application linéaire bijective.

2. Pour tout z appartenant à C, on pose N (z)= |ϕ(z)|2. Montrer que N (x + iy)= x2− x y + y2.

3. SoitΩ l’ensemble des complexes z vérifiant N (z)= 1.

Ω= {z ∈C, N (z)= 1

Soit Ω′ l’ensemble des éléments de Ω dont les coordonnées dans B sont des entiers relatifs.

Ω ′ = {z ∈Ω, ∃(x ; y) ∈Z2 z = x + iy

Le baccalauréat de 1980 A. P. M. E. P.

a. Montrer que si z = x + iy appartient àΩ′, alors

|x|6 1 et |y |6 1

b. En déduire queΩ′ est formé de six éléments que l’on déterminera.

c. Déterminer ϕ (

Ω ′). Donner le module et un représentant de l’argument

de chaque élément de ϕ (

Ω ′).

Montrer que ϕ (

Ω ′) est un groupemultiplicatif commutatif.

Partie B

SoitP unplan affine euclidien rapporté au repère orthonormédirectR = (

O, −→ u ,

−→ v

)

.

Un point M de P est repéré par ses coordonnées (x ; y) dans R ou par son affixe z = x + iy .

1. Montrer que l’image d’une ellipse de foyers F et F′, de grand axe de longueur 2a par une isométrie affine est une ellipse dont on précisera les foyers et la longueur du grand axe.

2. Soit E l’ellipse dont une équation cartésienne dans R est

x2

2 +

y2

2 = 1.

a. Déterminer les foyers et la longueur du grand axe de E.

b. Trouver une équation cartésienne dansR de l’image de E par la rotation

de centre O et dont une mesure de l’angle est π

4 (en radians).

c. On appelle Γ (resp. Γ′) l’ensemble des points de P dont l’affixe appar- tient àΩ (resp.Ω′) (Ω etΩ′ définis au 1).

Déduire du b. la nature de Γ. Dessiner Γ et Γ′.

3. Soit

A = (

a b b a b

)

une matrice à coefficients réels, de déterminant égal à 1.

Soit F l’application affine deP dansP telle que F (0)= 0 et dont l’application linéaire associée a pour matrice A dans la base

(−→ u ;

−→ v

)

.

(Si M a pour affixe z, on notera f (z) l’affixe de F (M).

a. Montrer que, pour tout z appartenant à C, N ( f (z)) = N (z). En déduire que F (Γ) est inclus dans Γ.

b. Montrer que pour tout z appartenant à C on a

ϕ( f (z))= (a + b)ϕ(z).

En déduire que, pour tout z appartenant à C

(ϕf ϕ−1(z)= (a + b)z.

c. Soit φ l’application ponctuelle associée à l’application complexe ϕ. (Si M a pour affixe z, φ(M) a pour affixe ϕ(z).

Déduire du b. la nature de l’application φ F φ−1. En préciser les élé- ments caractéristiques.

Orléans–Tours 2 septembre 1979

Le baccalauréat de 1980 A. P. M. E. P.

d. Soit G une application de P dans P . On pose G1 = G et pour tout n appartenant àN⋆, on a Gn+1 =G Gn . Soit n ∈N⋆. Montrer que Gn est égale à l’application identique deP si et seulement si φGn φ−1 est égale à l’application identique de P .

4. Soit A0 le point de coordonnées (1 ; 0) dans R. Pour tout n appartenant à N⋆, on pose An = F n (A0). Soit S l’ensemble des points An lorsque n décritN.

a. Montrer que, si a = b = 1, alors S = Γ′. b. Montrer que S est inclus dans Γ′ si et seulement si a+ ib appartient àΩ′.

Préciser l’ensemble des éléments deΩ′ pour lesquels l’inclusion est une égalité.

Orléans–Tours 3 septembre 1979

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome