Sciences mathématiques - exercitation 7, Exercices de Logique mathématique

Sciences mathématiques - exercitation 7, Exercices de Logique mathématique

PDF (44.5 KB)
3 pages
186Numéro de visites
Description
Sciences mathématiques - exercitation sur les paires d’entiers naturels. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le calcul, l'intégration par parties, l’application de C dans C.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
ParisCjuin1979.dvi

[ Baccalauréat C Paris juin 1979\

EXERCICE 1 4 POINTS

Déterminer les paires d’entiers naturels {a ; b} vérifiant

m−18d = 791

m est le P. P. C. M. et d le P. G. C. D. des nombres a et b.

EXERCICE 2 4 POINTS

Le but de cet exercice est le calcul de

I = ∫

π

4 0

cos5 x dx.

Pour tout entier naturel n on pose

In = ∫

π

4 0

1

cos2n+1 x dx.

1. Montrer qu’il existe deux réels a et b tels que

x ∈ [

0 ; π

4

]

, 1

cosx =

a cosx

1− sinx +

b cosx

1+ sinx .

En déduire le calcul de I0.

2. Montrer, par une intégration par parties, que

n ∈N⋆ 2nIn = (2n−1)In−1+ 2n p 2 .

3. En déduire le calcul de I .

N.B. On ne donnera pas de valeur décimale approchée de I0 ou de I .

PROBLÈME 12 POINTS

Soit un plan affine euclidien P muni d’un repère orthonormé (

O, −→ u ,

−→ v

)

.

À tout point M de P de coordonnées (x ; y) dans le repère choisi, on associe le nombre complexe z = x+ iy qu’on appelle son affixe. Soit F l’application de C dans C (C désignant l’ensemble des nombres complexes) qui à z fait correspondre

z ′ = z

1+|z| .

et soit Φ l’application de P dans P qui au point M d’affixe z fait correspondre le point M ′ d’affixe z ′. Pour les figures et les représentations graphiques onpourra prendre 2 cmd’unité.

Partie A

1. On pose z1 =−2 et z2 = 1+ i p 3.

Soit M1 et M2 les points d’affixes z1 et z2. Déterminer z ′1 = F (z1) , z ′ 2 = (z2) et

placer sur une figureF les points M1, M2,M ′1 =Φ (M1) , M ′ 2 =Φ (M2).

Le baccalauréat de 1979 A. P.M. E. P.

2. a. Soit l’application

f : R → R x 7−→

x

1+|x|

Étudier les variations de f ; on étudiera en particulier la continuité et la dérivabilité.

Représenter graphiquement f dans un plan affine euclidien muni d’un

repère orthonormé (

Ω ; −→ ı ,

−→

)

; déterminer les asymptotes.

b. On désigne par D0 la droite (

O, −→ u

)

de P . Montrer que Φ (D0) est une

partie de D0 que l’on déterminera ; montrer que la restriction de Φ à D0 est une application injective.

Si M et N sont deux points distincts de D0, quelle est l’image par Φ du segment [MN ] ?

3. Soit r une rotation de P de centre O. Montrer que pour tout point M de P

Φ[r (M)]= r [Φ(M)].

(On pourra associer à r une application de C dans C, de la forme z 7−→ az, a nombre complexe convenable).

4. Déterminer Φ(P ) ; montrer que l’application F est injective.

Demême déterminer F (C) et montrer que F est injective.

Partie B

Soit ∆ l’application deP ×P dans R+ qui au couple (M , N ) de points deP d’affixes respectifs (m, n) fait correspondre

∆(M , N )= |F (m)−F (n)| = ∣

m

1+|m| −

n

1+|n|

.

1. M1 etM2 étant définis en A 1, calculer :

∆(O, M1) , ∆(O, M2) , ∆(M1, M2) .

(On pourra contrôler les calculs sur la figureF .)

2. Vérifier que :

a. Pour tout (M , N ) de P ×P :

∆(M ,N )= 0) ⇐⇒ (M =N );

b. Pour tout (M, N) de P ×P :

∆(M , N )=∆(N , M);

c. Pour tout (M, N, P) de P ×P ×P :

∆(M , P )6∆(M , N )+∆(M , P ).

3. Montrer que le sous-ensemble deR dont les éléments sont les réels de la forme ∆(M , N ) où M ∈P , N ∈P , admet un plus petit majorant que l’on précisera.

Partie C

Paris 2 juin 1979

Le baccalauréat de 1979 A. P.M. E. P.

Soit C le cercle de centre O et de rayon 1.

Soit un réelα ∈ ]

0 ; π

2

[

et soit S α la corde du cercle

privée de ses extrémités et perpendiculaire à la

droite (

O, −→ u

)

au point d’abscisse cosα.

On se propose d’étudier la partie de P formée des points dont l’image parΦ appartient à S α.

O −→u

−→ v b

b

S α

1. M ′ étant l’image deM parΦ, calculer les coordonnées (

x′ ; y ′ )

deM ′ en fonc- tion des coordonnées (x ; y) de M . Former la relation (E) à vérifier par les coordonnées (x ; y) deM pour que son image M ′ appartienne à S α.

2. Déterminer et tous ses éléments géométriques. Le candidat au le choix entre les deux méthodes suivantes :

a. Traduire la relation (E) en termes de distances. (En particulier on pourra considérer la distance deM à un droite convenable).

b. est une partie d’une conique dont on formera une équation carté- sienne que l’on réduira.

3. Construire S π 3 et placer ses éléments géométriques.

Paris 3 juin 1979

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome