Sciences statistiques - Exercice 2 - 3° partie, Exercices de Statistiques
Emmanuel_89
Emmanuel_8930 May 2014

Sciences statistiques - Exercice 2 - 3° partie, Exercices de Statistiques

PDF (458.1 KB)
12 pages
130Numéro de visites
Description
Sciences statistiques - Exercice 2- 3° partie -Fonctions Logarithmes. Les thèmes principaux abordés sont les suivants: Fonction inconnue, Une fonction assez simple, Etude d’une fonction auxiliaire.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 12
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document

5. Intersection de (C) et de l'axe des abscisses

a. Montrer que l'équation f(x) = 0 admet dans I une unique solution, notée x0.

b. Déterminer graphiquement un encadrement de x0 d'amplitude 0,5.

c. À l'aide de la calculatrice, déterminer un encadrement de x0 d'amplitude 10 2. On explicitera la méthode employée.

Correction

1. a. Lorsque x tend vers 4, 1

4

x

x

 tend vers  ainsi que

1 ln

4

x

x

 donc f tend vers  .

Lorsque x tend vers  , 1

4

x

x

 tend vers 1,

1 ln

4

x

x

 tend vers 0, −2x+5 tend vers  donc f tend vers

 .

b.   1 1 1 2( 1)( 4) 15

'( ) 2 3 ln 2 3 ln( 1) ln( 4) 2 3 4 1 4 ( 1)( 4)

x x x f x x x

x x x x x

                               .

Lorsque x > 4, x+1 est positif, x−4 est positif donc le numérateur est négatif et le dénominateur est positif. Moralité, f’ est négative.

c. 1

( ) ( 2 5) ln 4

x f x x

x

    

 ; nous avons dit que ce terme tend vers 0 lorsque x tend vers  donc la

droite (D) est une asymptote à (C). Lorsque x > 4, 1

0 4

x

x

 

 donc (C) est au-dessus de (D).

2. a. On pose 1

ln , ' 1 ' ,u x v u v x x

     d’où une primitive de ln x est 1

ln lnx x xdx x x x x

   .

b. On dérive G : 1

'( ) 1.ln( 1) ( 1) 1 ln( 1) 1

G x x x x x

       

.

c. Exactement pareil.

c. On cherche 6 6

5 5

A ( ) ( 2 5) ln( 1) ln(4 ) [ (6) (5)] [ (6) (5)]f x x dx x x dx G G H H             ;

(6) (5) 7 ln 7 6 6 ln 6 5 7 ln 7 6 ln 6 1G G        ,

(6) (5) 2ln 2 6 1ln1 5 2ln 2 1H H       ,

et le résultat A 7 ln 7 6 ln 6 2ln 2 1,48 U    .

1. 18. Fonction inconnue

Partie A

Soit la fonction f définie sur  0 ;  par : ( ) ( )lnf x ax bx c x   avec a, b et c des réels. La courbe (C) de f est donnée ci-dessous.

En utilisant ce graphique et en sachant que (2) 2 3ln 2f   , justifier que l’on a 1a c  et 2b   .

Partie B

On considère alors la fonction g définie sur  0 ;  par : ( ) (1 2 )lng x x x x   .

1. a. Déterminer la limite de g en 0.

b. Déterminer la limite de g en  .

2. a. Déterminer la fonction dérivée de g.

b. Etudier, pour x dans  0 ;  , le signe de −2lnx et celui de 1 x

x

 . En déduire le signe de '( )g x et les

variations de g.

3. Dresser le tableau complet des variations de g.

4. Soit la droite  d’équation y x .

a. Résoudre dans l’équation (1 2 )ln 0x x  et donner une interprétation graphique des solutions.

b. Etudier la position de la courbe représentative de g par rapport à  .

Correction

Partie A

(2) 2 3ln 2 2 (2 )ln 2 2 3ln 2f a b c       ; par ailleurs la dérivée s’annule en 1 et f(1) = 1 :

'( ) ln 0 0 0 1

bx c b c f x a b x a a b c

x

             ; (1) 0 1f a a    .

On a donc 2 (2 )ln 2 2 3ln 2 2 3b c b c        ; avec 1 0b c   on tire 1c et 2b   .

Partie B

1. a. En 0, ln x tend vers  , donc g tend vers  .

b. Mettons x en facteur :   1

( ) 1 ( 2)ln 1 (0 2)g x x x x

             

.

2. a. 1 2 2 ln 1 2 1 2 ln

'( ) 1 2ln x x x x x x x x

g x x x x x

           .

b. −2lnx change de signe en 1, de même que 1 x

x

 puisque x est positif. La dérivée est constituée de

deux morceaux qui changent de signe au même endroit : avant 1 elle est positive, après 1 elle est négative.

3.

x 0 1 

g '(x) + 0 –

g(x)



1



4. a. 1 2 0 1

(1 2 )ln 0 ou 1 ln 0 2

x x x x x

x

       

 : la courbe coupe la droite  en ces deux points.

b. ( ) (1 2 )lng x x x x   est positif sur 1

;1 2

    

: C au-dessus de  ; sinon C est en dessous de  .

1. 19. Une fonction assez simple

On considère la fonction f définie sur *+ par :

ln ( )

²

x xe f x

x

 

On note (C) la courbe représentative de f dans un repère ( ; , )O u v , unité graphique 2 cm.

Partie A : Etude d’une fonction auxiliaire

On considère la fonction g définie sur *+ par : g(x) = –2ln xxe + 1.

1. Déterminer les limites de g en 0 et en  .

2. Etudier le sens de variation de g.

3. Montrer que dans [0,5 ; 1] l’équation g(x) = 0 admet une solution unique  dont on déterminera une valeur approchée à 10–2 près.

4. En déduire le signe de g(x) suivant les valeurs de x.

Partie B : Etude de la fonction f

1. Déterminer les limites de f aux bornes de son ensemble de définition.

2. Etudier le sens de variation de f.

3. Montrer que 1 e

( ) 2 ²

f

 

  et en donner une valeur approchée à 10−1 près.

4. Donner le tableau de variation de f.

5. Tracer (C).

Correction

A. 1.  lim ( ) lim 2ln 1 2 lim ln lim 1 x x x x

g x x xe x e x    

          ,

  0 0 0 0

lim ( ) lim 2ln 1 2lim ln lim 1 x x x x

g x x xe x e x    

          .

2. 1 2

'( ) 2 ex

g x e x x

       du signe de – 2 – ex ; – 2 – ex > 0  x < –2/e ce qui est impossible

puisque x est positif. La fonction g’ est donc négative quel que soit x positif. Donc la fonction g est strictement décroissante sur *+.

3. g(0,5)  1,027 et g(1)  – 1,718 (à la calculatrice). La fonction g est continue, strictement décroissante, et change de signe sur l’intervalle [0,5 ; 1] donc il existe une valeur unique  de cet

intervalle telle que g( ) = 0. A la calculatrice : 0,67  .

4. On en déduit que, quel que soit x <  on a g(x) positif, et x >  , g(x) négatif.

B. 1. ln ln

lim ( ) lim lim lim 0 ² ²x x x x

x xe x e f x

x x x   

     car

ln 1 ln lim lim lim 0

²x x x

x x

x x x     et lim 0

x

e

x  .

0 0 0 0 0 0 0 0

ln ln

ln lim ( ) lim lim lim

² ²x x x x x x x x

x xx e e x xe x xf x x x x   

   

    

        .

2. f est dérivable sur son domaine de définition.

ln ln ( )

² ²

x xe x e f x

x x x

    ,

4 2 4 3 3

1 ² ln 2

( )2 ln ² 1 2ln '( )

x x x g xe x x x ex x exxf x

x x x x x

      

     .

f ’ est donc du signe de g car x3 est strictement positif sur *+.

Par conséquent, f ’ est positive quel que soit x inférieur à  et négative ailleurs et donc f croissante

sur ]0 ;  [ et décroissante sur ] ;  [.

3. On sait que g( ) = 0 c'est-à-dire que 1 – 2ln – e = 0 ou encore 1

ln 2

e 

  , soit

1

ln 1 e2( ) 3,165 3,2 ² ² 2 ²

e e

e f

 

   

  

 

       .

x 0  

f ’(x) || + 0 –

f (x)

|| 

f( )

0

Courbe de g

Courbe de f

1. 20. Logarithmes

7 points

Partie A

On considère la fonction g définie sur ]0 ;  [ par   22 1 lng x x x    .

1. Calculer  'g x pour tout x de ]0 ;  [. Étudier son signe sur ]0 ;  [.

2. Dresser le tableau de variations de g sur ]0 ;  [. (On ne demande pas les limites de g aux bornes de son ensemble de définition).

3. En déduire que pour tout x de ]0 ;  [, g(x) < 0.

Partie B

Soit f la fonction définie sur ]0 ;  [ par   1 ln

1 2

x f x x

x     .

On désigne par Csa courbe représentative dans le plan muni d’un repère orthogonal ( ; , )O i j d’unités

graphiques 2 cm sur l’axe des abscisses et 1 cm sur l’axe des ordonnées.

1. a. Calculer la limite de f en 0. Interpréter graphiquement ce résultat.

b. Calculer la limite de f en  .

c. Démontrer que la droite  d’équation y =x+1 est asymptote à la courbe C.

d. Étudier la position relative de Cet  sur ]0 ;  [.

2. a. Calculer  'f x pour tout x > 0.

b. Vérifier que pour tout x de ]0 ;  [,    

2 '

2

g x f x

x  .

c. Déduire de la partie A. le tableau de variations de f sur ]0 ;  [.

d. Calculer f(1). En déduire le signe de f sur ]0 ;  [.

3. Dans le plan muni du repère ( ; , )O i j , tracer la droite  et la courbe C.

Partie C (version 1)

1. Vérifier que la fonction F définie sur ]0 ;  [ par     221 1 ln

2 4 F x x x x    est une primitive de f.

2. Calculer l’intégrale   1

e

I f x dx  (on donnera la valeur exacte).

3. a. Hachurer sur le graphique la partie Edu plan limitée par la courbe C, l’axe des abscisses et les droites d’équations x =1 et x = e.

b. Déduire de la question 2. de la partie C. la valeur exacte de l’aire S de E en cm2, puis en donner la valeur arrondie en cm2, au mm2 près.

Partie C (version 2)

1. Démontrer qu’il existe une unique tangente à C parallèle à  , préciser les coordonnées du point de contact J et l’équation de cette tangente T. Tracer T dans le repère précédent.

2. Soit x un réel supérieur ou égal à 1. M et N sont les points d’abscisse x situés respectivement sur C et sur  .

a. Préciser, en fonction de x, la valeur de la distance MN.

b. Etudier sur [1 ;  [ les variations de la fonction h définie sur [1 ;  [ par   1 ln

2

x h x

x  .

c. Déduire des questions précédentes que la distance MN est maximale lorsque M est en J et préciser la valeur de cette distance maximale.

Correction

Partie A

1.   22 1 lng x x x    ,     2 1 2 1 21 1 4

' 4 x xx

g x x x x x

       . Sur ]0 ;  [ seul le terme 1 2x

change de signe : positif avant 1/2, négatif après 1/2.

2.

x 0 1/2 

g’(x) + −

g(x)

3 ln 2

2  

3. Le maximum de g est 3

ln 2 2   donc  

1 3 ln 2 0

2 2 g x g

         

.

Partie B

1. a.   1 ln

1 2

x f x x

x     :

ln 1 ln

x x

x x  ; or en 0 ln x tend vers  et

1

x tend vers  . Conclusion, f

tend vers  quand x tend vers 0 ; la droite x = 0 est asymptote de C.

b. On sait que ln x

x tend vers 0 quand x tend vers  donc f tend vers  car 1x  tend vers  .

c.     1 ln 1 ln

1 1 1 0 2 2 x

x x f x x x x

x x              donc la droite  y =x+1 est asymptote à la

courbe C.

d. Lorsque 1x  , 1 ln

0 2

x

x   car ln 0x  . Donc sur  1 ;  C est au-dessus de  ; sur  0 ;1 C est en

dessous de  .

2. a. b. c.    2

2 2 2

1 ln

1 2 1 ln ' 1

2 2 2

x x g xx xxf x

x x x

   

     . Donc f’ est négative et f décroissante.

x 0 1 

f’(x) − −

f(x)



0



d. f(1) = 0 : lorsque x est inférieur à 1,    1 0f x f  car f est décroissante. Lorsque x est supérieur à 1,

   1 0f x f  .

3.

Partie C (version 1)

1.       1 1 1 1 ln

' 2 1 2 ln 1 2 4 2

x F x x x x f x

x x

           

  : F est une primitive de f.

2.           2 22 2 2

1

1 1 1 1 1 3 1 ln 1 1 ln 1 1,726

2 4 2 4 2 4

e

I f x dx F e F e e e e e    

                       .

3. b. L’unité d’aire est 21 cm 2 cm 2 cm  ; on prend la valeur absolue de l’intégrale multipliée par

l’unité d’aire, ce qui nous fait 2 3

2 2

e e  , soit environ 3,45 cm2 au mm2 près.

Partie C (version 2)

1. Pour avoir une tangente parallèle à  , il faut trouver x tel que  ' 1f x   , soit 2

2

2 1 ln 1 ln 1

2

x x x x e

x

         . L’ordonnée est alors  

1 1

2 f e e

e     ; l’équation de T est

1 1 1 1

2 2 y x e e x

e e           .

2. a. Comme C est en dessous de  , on a       1 ln

1 2

x MN x f x h x

x       .

-6

-4

-2

0

2

4

6

8

10

0 1 2 3 4 5 6

x

y

b.   2

1 1 ln '

2

x h x

x

  qui change de signe en x e ; la distance MN est maximale lorsque M est en J et

cette distance vaut   ln 1

2 2

e h e

e e   .

1. 21. Ln+second degré+intégrale, Antilles 2001

Le plan est rapporté à un repère orthonormal ( ; , )O i j . On considère la fonction f, définie sur

l’intervalle ]0 ;  [ par :

    2

3 ln 2 lnf x x x    .

On note (C ) sa courbe représentative.

Partie A - Étude de la fonction f et tracé de la courbe (C)

1. a. Résoudre dans ]0 ;  [ l’équation   0f x  . (On pourra poser lnx = X).

b. Résoudre dans ]0 ;  [ l’inéquation   0f x  .

2. a. Déterminer les limites de f en 0 et en  .

b. Calculer  'f x .

c. Étudier le sens de variation de f et dresser son tableau de variations.

3. Déterminer une équation de la tangente (T) à la courbe (C) au point d’abscisse

5

4e .

4. Tracer la courbe (C) et la droite (T). (Unité graphique : 2 cm sur chaque axe.)

Partie B - Calcul d’une aire

1. Restitution organisée des connaissances :

Démontrer que la fonction h, définie par : lnh x x x x est une primitive de la fonction logarithme népérien sur ]0 ;  [ (attention on ne demande pas simplement de le vérifier…)

2. On pose

3

2

1 1 ln

e I xdx

e

  et   3

2 2

2 1 ln

e I x dx

e

  .

a. Calculer 1I .

b. Montrer que

3

2 2

5 5

4 I e

e   .

c. Calculer  

3

2

1

e I f x dx

e

  . En déduire l’aire, en unités d’aire, de l’ensemble des points M(x ; y) du plan

tels que

3

2 1

x e e   et   0f x y  .

Correction

Partie A     2

3 ln 2 lnf x x x    .

1. a.     2

3 ln 2 ln 0f x x x     : on pose lnX x d’où 2 1 2 3

3 2 0 1, 2

X X X X        d’où

1x e ou

3

2x e .

b.   3

2 1 2 3

3 2 0 ln ; 1 ; 0 ; ; 2

X X X x x e e                           

.

2. a. Toujours avec lnX x , lorsque x tend vers 0, X tend vers  donc 23 2X X   se comporte

comme 22X qui tend vers  ; lorsque x tend vers  , X tend vers  donc 23 2X X   se comporte

comme 22X qui tend vers  .

b.   1 1 1 4ln

' 2 2 ln x

f x x x x x

         .

c. f est croissante lorsque

1

4 1

4ln 1 0 ln 4

x x x e      .  1/ 4 1 1 25

3 2 4 16 8

f e       .

x 0 1 4e



Signe de f'(x) − 0 +

Variation de f



25

8



3.

5

4 5 25 24 10 25 9

3 2 4 16 8 8

f e                  

; 5 / 4 5 / 4

5 1 4

5 4' 4 4

f e e

  

    

  ;  5 / 4 5 / 4

9 4

8 y e x e   .

4.

Partie B

1. Restitution organisée des connaissances : on fait une intégration par parties en posant ' 1u  et

lnv x d’où on tire 1

ln ln ln 1 lnxdx x x x dx x x dx x x x x

         .

2. On pose

3

2

1 1 ln

e I xdx

e

  et   3

2 2

2 1 ln

e I x dx

e

  .

a.    

3

3 3 32 3 / 2 2 2 2

1 1 1/

3 1 1 1 2 ln ln 1

2 2

e

e

e I xdx x x x e e e

e e e e

          .

b.  

3

2 2

2 1 ln

e I x dx

e

  : intégration par parties en posant ' 1u  et   2

lnv x , soit u x , 1

' 2 lnv x x

 , soit

   

3 3

3 3 3 33 / 22 2 2 2 2 2 2 2

2 11 1 1/

9 1 9 1 4 5 5 ln ln 2ln 2

4 4 4

e

e

e e I x dx x x xdx e I e e e

e e e e e e

                .

c.  

3

3 3 3 3 32 2 2 2 2 2 2

1 21

1 3 1 2 5 5 9 3 ln 2 ln 3 2 3 2

2 4

e I x x dx e I I e e e e

e e e e e e

                                         

 .

Comme on a pu le remarquer les bornes

3

2 1

x e e   correspondent précisément aux valeurs de x pour

lesquelles f s’annule. La valeur de I est négative car f est négative sur cet intervalle ; on a donc l’aire, en

unités d’aire, égale à

3

2 9

7,8I e e

    .

1. 22. Ln et calculatrice, N. Caledonie 2005

6 points

Le plan est rapporté à un repère orthonormal ( ; , )O i j .

Soit f la fonction définie sur ]1 ;  [ par : 2( ) 2,2 2,2ln( 1)f x x x x    .

1. Faire apparaître sur l’écran de la calculatrice graphique la courbe représentative de cette fonction dans

la fenêtre 2 4x   , 5 5y   .

Reproduire sur la copie l’allure de la courbe obtenue grâce à la calculatrice.

2. D’après cette représentation graphique, que pourrait-on conjecturer :

a. Sur les variations de la fonction f ?

b. Sur le nombre de solutions de l’équation f (x) = 0 ?

3. On se propose maintenant d’étudier la fonction f.

a. Étudier le sens de variation de la fonction f.

b. Étudier les limites de la fonction f en 1 et en  , puis dresser le tableau de variations de f.

c. Déduire de cette étude, en précisant le raisonnement, le nombre de solutions de l’équation f (x) = 0.

d. Les résultats aux questions 3. a. et 3. c. confirment-ils les conjectures émises à la question 2.?

4. On veut représenter, sur l’écran d’une calculatrice, la courbe représentative de la fonction f sur l’intervalle [0,1 ; 0,2], de façon à visualiser les résultats de la question 3.

a. Quelles valeurs extrêmes de l’ordonnée y proposez-vous pourmettre en évidence les résultats de la question 3. c. dans la fenêtre de votre calculatrice ?

b. À l’aide de la calculatrice determiner une valeur approchée par défaut à 102 près de la plus grande solution  de l’équation f (x) = 0.

5. Soit F la fonction définie sur ]1 ;  [ par 3 2 1

( ) 1,1 2,2 2,2( 1)ln( 1) 3

F x x x x x x      .

a. Démontrer que F est une primitive de f sur ]1 ; +∞[.

b. Interpréter graphiquement l’intégrale 0

( )f x dx

c. Calculer 0

( )f x dx

et exprimer le résultat sous la forme 3 2b c  (b et c réels).

Correction

f sur ]1 ;  [ par : 2( ) 2,2 2,2ln( 1)f x x x x    .

1.

2. a. f semble croissante.

b. Il semble n’y avoir qu’une solution à l’équation f (x) = 0, mais c’est douteux.

3. a. 2 2 (2 0,2)2,2 2 2 2,2 2,2 2,2 2 0,2

'( ) 2 2,2 1 1 1 1

x xx x x x x f x x

x x x x

          

    ; on a deux racines, 0 et

0,1 ; le signe du trinôme donne f croissante avant 0, décroissante entre 0 et 0,1 puis de nouveau croissante.

b. En −1, ln( 1)x  tend vers  de même que f ; en 

les croissances comparées donnent le terme 2x gagnant et f tend vers  .

c. f s’annule donc deux fois : en 0 évidemment puis une deuxième fois après 0,1 puisque f est croissante entre 0,1 et  et passe d’un nombre négatif à des valeurs positives.

d. Evidemment non…

4. a. Le minimum est aux environs de −0,0003, et on peut prendre (0,2) 0,0011f  en positif.

b. On a 0,1517  , soit 0,15 à 102 près.

5. 3 2 1

( ) 1,1 2,2 2,2( 1)ln( 1) 3

F x x x x x x      .

a. On dérive F :

2 21 1'( ) .3 1,1.2 2,2 2,2 1. ln( 1) ( 1) 2,2 2,2 2,2 ln( 1) 2,2 ( ) 3 1

F x x x x x x x x f x x

                 

.

b. 0

( )f x dx

 représente l’aire algébrique (ici négative) comprise entre la courbe de f, les droites x = 0 et x  .

c. 3 2

0

1 ( ) ( ) (0) 1,1 2,2 2,2( 1)ln( 1)

3 f x dx F F

             ; comme ( ) 0f   , on a

x

f

−1

0

0 

f− +

 −0,000 3



0,1

0

0

2 22,2 2,2 ln( 1) 0 2,2 ln( 1) 2,2             ,

soit

 3 2 2 3 2 0

1 2 ( ) 1,1 2,2 ( 1) 2,2 0,1

3 3 f x dx

                .

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome