Sciences statistiques – Travaux pratiques 1, Exercices de Mathématiques et dstatistiques. Université Claude Bernard (Lyon I)
Emmanuel_89
Emmanuel_8930 May 2014

Sciences statistiques – Travaux pratiques 1, Exercices de Mathématiques et dstatistiques. Université Claude Bernard (Lyon I)

PDF (257.0 KB)
8 pages
168Numéro de visites
Description
Sciences statistiques - Travaux pratiques 1 Les thèmes principaux abordés sont les suivants: Le plan complexe, Le nombre réel.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 8
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Concours Fesic

Terminale S mai 2006

Concours Fesic

Calculatrice interdite ; traiter 12 exercices sur les 16 en 2 h 30 ; répondre par Vrai ou Faux sans justification. +1 si bonne réponse, −1 si mauvaise réponse, 0 si pas de réponse, bonus d’1 point pour un exercice entièrement juste.

Exercice 1

Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal ( ; , )O u v . Soit la fonction f qui, à tout point M

d’affixe z, z différent de 1, associe le point M’ d’affixe z’ telle que 2 1

' 1

z z

z

  

.

a. f possède deux points invariants conjugués.

b. L’ensemble des points M d’affixes z tels que 'z  est l’axe des abscisses.

c. L’ensemble des points M d’affixes z tels que ' 2z  est un cercle.

d. A tout point M’ du plan d’affixe z’, on peut associer un point M d’affixe z tel que ( ) 'f M M sauf au

point M’ d’affixe ' 2z  .

Exercice 2

Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal ( ; , )O u v . On considère les complexes 1z de

module 2 et d’argument 3

 , 2 1z z et 3 1z i  .

a. 8 9 3 1

11 2

4 z z

z

  .

b. 4 7 1 2

6 3

z z

z

 est un nombre réel.

c.   4

1 3 28 16 3z z   .

d. L’ensemble des points M d’affixe z telles que    3arg argz z est la droite d’équation y x .

Exercice 3

Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal ( ; , )O u v . On considère le point A d’affixe

5 3a i  . On appelle :

* B le point d’affixe b, image de A par la rotation de centre O et d’angle 3

 ,

* C le point d’affixe c, milieu de [OA],

* D le point d’affixe d donnée par   1

2 d c b a   ,

* E le point d’intersection des droites (AD) et (BC).

a. Le point B a pour affixe 3 3b i  .

b. D est le milieu de [OB].

c. E est le barycentre de {(B, 1) ; (C, 2)}.

d. La droite (OE) est perpendiculaire à (AB).

Exercice 4

a. La courbe représentant la fonction  sinx x est la courbe C2.

b. On considère les trois courbes de la page suivante : la courbe représentant la fonction 1xx e  est C1.

c. On considère la fonction f représentée par la courbe (C) ci-dessous et la fonction

F définie sur [0 ; 4] par 0

( ) ( ) x

F x f t dt  .

F est croissante sur [0 ; 4].

d. On considère les mêmes fonctions f et F qu’au c.

La fonction F est deux fois dérivable sur

[0 ; 4] et vérifie  '' 0 0F  .

-3

-2

-1

0

1

2

3

4

-2 -1 0 1 2 3 4 5

x

y

.

-2

-1

0

1

2

-2 -1 0 1 2 3

x

y

-2

-1

0

1

2

-2 -1 0 1 2 3

x

y

-2

-1

0

1

2

-2 -1 0 1 2 3

x

y

-2

-1

0

1

2

-2 -1 0 1 2 3

x

y

C1 C2

C3 C4

Exercice 5

a. Soient f, g et h trois fonctions définies sur . On suppose que, quel que soit x , on a :

( ) ( ) ( )f x g x h x  , que lim ( ) 3 x

f x 

 et que lim ( ) 5 x

h x 

 .

Alors g(x) admet une limite quand x tend vers  et cette limite est comprise entre 3 et 5.

b. Soit f la fonction définie par

1

( ) xf x e

 pour 0x  et  0 0f  . On appelle (C) sa courbe

représentative dans un repère du plan. (C) possède une asymptote d’équation 0x  et 0

0

lim ( ) 0 x x

f x  

 .

c. La fonction F définie par 2

( ) ln 2 2

x x F x x  est une primitive de la fonction f définie par ( ) lnf x x x

sur *

d. Soient f la fonction définie par ( ) 2 lnf x x et (C) sa courbe représentative dans un repère du plan.

(C) possède au point d’abscisse −1 une tangente d’équation 2 2y x   .

Exercice 6

a. Soit u la suite définie pour tout *n par 2

1

n t

nu e dt   . On veut prouver que la suite u est

convergente. On considère pour cela le raisonnement suivant :

« Je choisis 0m  et 1M  . Soient *n et  1 ;t n , on a 2t t , donc 2

0 t te e   . Il s’ensuit que

1

0 n

t nu e dt

   , soit 10 nt

nu e    

  , soit enfin 10 1nnu e e

     . Ceci étant vrai pour tout *n ,

la suite apparaît bornée par 0m  et 1M  .

Soit de plus *n . La fonction 2tt e est continue et positive sur  1 ; n . nu représente donc l’aire de

la portion de plan comprise entre les droites d’équations x = 1, x = n, y = 0 et la courbe représentant cette fonction. Cette aire augmente quand n augmente, ce qui se traduit par le fait que la suite u est croissante. Conclusion : u est croissante et majorée par 1 donc la suite u est convergente. »

Ce raisonnement est exact.

-1

0

1

2

3

4

5

6

-3 -2 -1 0 1 2 3

x

y

C1 C2

C3

b. Soit f la fonction définie sur  0 ; ln 2 par :  ( ) 2 1 xf x x e  . On appelle (C) la courbe représentative de f dans un repère du plan. On cherche à calculer l’aire de la portion de plan limitée par les droites d’équation x = 0, x = ln2, y = 0 et la courbe (C).

On considère pour cela le raisonnement suivant (et le renseignement ln 2 0,7 ) :

« La fonction F définie par  ( ) 2 3 xF x x e  est une primitive de f sur  0 ; ln 2 . F est en effet dérivable

sur  0 ; ln 2 et    '( ) 2 2 3 2 1x x xF x e x e x e     .

On a :       ln 2 ln 2

00

( ) 2 3 2 ln 2 3 2 3 4 ln 2 3 0,2xf x dx x e              . Comme le résultat est

négatif, c’est que l’aire cherchée est la valeur absolue de ce résultat, soit 0,2 unité d’aire ».

Ce raisonnement est exact.

c. Soit f lafonction définie sur par   10

( ) 1f x x  . On cherche une approximation de  0,001f . On

considère pour cela le raisonnement suivant :

« f est définie et dérivable sur . Pour x réel,   9

'( ) 10 1f x x  et la courbe représentant f possède une

tangente au point d’abscisse 0 d’équation '(0) (0)y xf f  , soit 10 1y x  . On en déduit que

(0,001) 10 0,001 1f    , soit (0,001) 1,01f  . »

Ce raisonnement est exact.

d. Soit D l’ensemble des valeurs réelles x telles que sin 0x  . Soit f la fonction définie sur D par : cos

( ) sin

x f x

x  . On veut prouver que f est décroissante sur D. On considère pour cela le raisonnement

suivant :

« f est une fraction dont le numérateur et le dénominateur sont dérivables sur D et dont le dénominateur ne s’annule pas sur D. On en déduit que f est dérivable sur D.

Pour Dx , on a 2 2

2 2

sin cos 1 '( )

sin sin

x x f x

x x

     . Pour tout Dx , on a '( ) 0f x  . Comme le signe de

la dérivée donne le sens de variation de la fonction, c’est que f est strictement décroissante sur D. »

Ce raisonnement est exact.

Exercice 7

Soit (E) l’équation différentielle : ' 2 sinxy y e x  .

Soit f la fonction définie par   1

( ) cos sin 2

xf x e x x   .

a. f est dérivable sur et, pour x , '( ) cosxf x e x .

b. Pour n ,    

  1 1

'( ) 1 2

nn n

n

f x dx e e

 

    .

c. f est l’unique solution de l’équation (E) qui s’annule en 0.

d. Si g est une solution de (E), la courbe représentant g possède une tangente au point d’abscisse 0 dont

une équation est donnée par    1 2 0y x g  .

Exercice 8

Le plan est muni d’un repère orthonormal ( ; , )O u v . Soit f la fonction définie par   3 2

ln 5

x f x

x

      

.

On appelle Df l’ensemble de définition de f.

a. *fD  .

b. Soit g une fonction définie et dérivable sur 2

0, 3

gD  

    

telle que quel que soit gx D ,

3 1 '( )

3 2 g x

x x  

 . f et g sont égales à une constante additive près.

c. 1

( ) 2 lim

1 5x

f x

x  

 .

d. 0

0

lim ( ) 0 x x

xf x  

 .

Exercice 9

Soient *  et les fonctions f1 et f2 définies sur par 3

1( ) xf x e , 2 22( ) 2

x xf x e e    . On appelle C1

et C2 leurs courbes représentatives dans un repère du plan.

a. C1 et C2 se coupent au point  ln ; 3A   .

b. Quel que soit *  , C1 est au-dessus de C2.

c. Il existe un point B en lequel C1 et C2 possèdent la même tangente.

d. Lorsque  est supérieur à 1, l’aire de la portion du plan comprise entre les courbes C1 et C2 et limitée

par les droites d’équation x = 0 et lnx  est, en unités d’aire,  

2 1

3

  .

Exercice 10

On considère une suite v strictement croissante dont tous les termes appartiennent à l’intervalle  0 ; .

On définit les suites c et s pour n par  cosn nc v et  sinn ns v .

a. La suite v converge vers  .

b. La suite c est croissante.

c. La suite s est périodique.

d. Les suites c et s sont adjacentes si et seulement si la suite v converge vers 4

 .

Exercice 11

Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal ( ; , )O u v . On considère la suite  nz définie

pour n par

2

3

n i

nz e

 et on appelle nA le point d’affixe nz .

a. Quel que soit n , nA appartient au cercle de centre O et de rayon 1.

b. Quel que soit n , 1 1 1n nz z z    .

c. La suite  nz est périodique de période 5.

d.

4

0 1 4

0

... 0k k

z z z z

     .

Exercice 12

On considère la suite u définie pour *n par : 1 1u  et 1 2 1 1

n nu u n n

      

.

a. Pour *n , on a  1 !

n

n u

n

 .

b. La suite u est croissante.

c. Quelque soit *n , si on a 2n  , alors on aura : 2

3 0 2

4

n

nu

  

     

.

d. La suite u est convergente et de limite nulle.

Exercice 13

On considère un espace probabilisé fini  , p dans lequel un événement A a les trois possibilités A1,

A2, et A3 deux à deux distinctes de se produire et un événement B a les deux possibilités B1 et B2 distinctes de se produire. Le tableau suivant donne en pourcentages la probabilité de certains événements de se produire par rapport à l’univers  .

A1 A2 A3 Total / A

B1 20

B2 30

Total / B 10 100

On donne aussi les renseignements suivants :  2A 60 %p  et  B 31 1

A 6

p  .

a. A1 et B1 sont incompatibles.

b. La probabilité d’obtenir B1 est 24 % .

c. Si A3 est réalisé, la probabilité d’obtenir A3 et B1 est 4 %.

d. La probabilité d’obtenir A3 et B1 est 4 % .

Exercice 14

Une rampe lumineuse est constituée d’ampoules bleues, rouges ou jaunes provenant de deux usines U1 et U2. U1 produit 60 % de ces ampoules. La durée de vie en années de chacune de ces ampoules suit une loi exponentielle dont les paramètres sont les suivants :

Ampoules bleues Ampoules rouges Ampoules jaunes

Ampoules de U1 B1 0,25  1 0,20R  1 0,15J 

Ampoules de U2 B2 0,20  R2 0,15  J2 0,10 

a. La probabilité qu’une ampoule rouge dure moins de 5 ans sachant qu’elle vient de U1 est  10,6 1 e .

b. La probabilité qu’une ampoule rouge dure moins de 5 ans est 1,25 11 0,6 0, 4e e   .

c. La probabilité qu’une ampoule jaune dure entre 5 et 10 ans est    0,75 1,5 0,5 10,6 0, 4e e e e      .

d. La demi-vie en années d’une ampoule jaune de U2 est 4 ln 2 .

Exercice 15

Le schéma ci-dessous représente une situation de l’espace dans un repère approprié dont le centre est un point O. On sait que la droite d est orthogonale au plan P. On appelle A le point de coordonnées (2 ; −1 ; −2).

P

d

-1

2

-2

1

1

1

x

z

yO

a. Le plan P a pour équation cartésienne 2 1 0x y z    .

b. La droite d a pour équations paramétriques :

2

1 2 , .

2 4

x t

y t t

z t

     

  

c. La demi-droite [OA) a pour équations paramétriques :

2 2

1 , .

2 2

x t

y t t

z t

      

   

d. La sphère de centre O et de rayon 1

2 est cachée par P.

Exercice 16

L’espace est muni d’un repère orthonormal ( ; , , )O i j k .

Pour   , on désigne par P et Q les plans d’équations respectives 2sin

P : y x

z

    

,

2cos Q :

z y

x

    

. On appelle  la droite d’intersection de ces deux plans.

a. Pour tout   , les plans P et Q sont orthogonaux.

b. Pour tout   , la droite  est contenue dans le plan d’équation 1z x

y

   

.

c. Pour tout   , la droite  est orthogonale au plan d’équation 0x y z   .

d. Il existe un réel  tel que  soit parallèle au plan ( ; , )O i j .

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome