Sciences statistiques - Travaux pratiques 22, Exercices de Mathématiques et dstatistiques
Emmanuel_89
Emmanuel_8930 May 2014

Sciences statistiques - Travaux pratiques 22, Exercices de Mathématiques et dstatistiques

PDF (184.5 KB)
3 pages
487Numéro de visites
Description
Sciences statistiques - Travaux pratiques 22. Les thèmes principaux abordés sont les suivants: e volume, l'algorithme.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Concours Geipi-Eni 2006

Terminale S mai 2013

Concours Geipi – ENI - Polytech

Nous vous conseillons de répartir équitablement les 3 heures d’épreuves entre les sujets de mathématiques et de physique-chimie. La durée conseillée de ce sujet de mathématiques est de 1h 30.

L’usage d’une calculatrice est autorisé. Tout échange de calculatrices entre candidats, pour quelque raison que ce soit, est interdit. Aucun document n’est autorisé. L’usage du téléphone est interdit.

Vous ne devez traiter que 3 exercices sur les 4 proposés.

Chaque exercice est noté sur 10 points. Le sujet est donc noté sur 30 points. Si vous traitez les 4 exercices, seules seront retenues les 3 meilleures notes.

Correction sur http://www.geipi.org/resultats-corriges/index.htm

ENI : http://www.enit.fr/sr/379/index.php

1. Exercice 1

Un distributeur de café est installé dans le hall d'un lycée.

Partie A

Durant la période de réglage de l'appareil, la tasse déborde une fois sur quatre. Le technicien fait dix essais indépendants les uns des autres. On note X la variable aléatoire qui représente le nombre de fois où la tasse déborde parmi ces dix essais.

1. X suit une loi binomiale de paramètres n et p. Donner les valeurs de n et p.

2. Exprimer, en fonction de p, la probabilité P1que la tasse ne déborde jamais sur les dix essais. Puis donner une valeur approchée de P1 à 10–4 près.

3. Exprimer, en fonction de p,la probabilité P2que la tasse ne déborde qu'une fois sur les dix essais. Puis donner une valeur approchée de P2à 10–4 près.

4. Donner une valeur approchée à 10–4 près de la probabilité P3que la tasse déborde au moins deux fois sur les dix essais.

Partie B

Le distributeur de café est maintenant réglé. On appelle « durée de fonctionnement sans panne » du distributeur le temps qui s'écoule avant qu'une première tasse ne déborde. La variable aléatoire T, représentant cette durée, exprimée en jours, suit une loi exponentielle de paramètre  .

Soit a un réel positif non nul. La probabilité  P T a que la durée de fonctionnement sans panne soit

inférieure ou égale à a jours est alors donnée par :   0

a tP T a e dt    .

1. Justifier que :   1 aP T a e    .

2. Dans cette question, on suppose que 0,02  . Donner la valeur exacte puis une valeur approchée à

10–4 près de la probabilité  90P T  que le distributeur fonctionne sans panne plus de 90 jours.

3. Quelle devrait être la valeur de  pour que la probabilité que le distributeur fonctionne sans panne plus de 120 jours soit de 0,4 ? Déterminer la valeur exacte puis une valeur approchée à 10–4 près de  . Justifier les calculs.

Partie C

Le distributeur de café étant réglé, le volume de café dans une tasse en centilitres peut être modélisé par une variable aléatoire V suivant une loi normale d'espérance 6 et d'écart type 0,8.

1. Quelle est la loi suivie par la variable aléatoire 6

0,8

V Z

  ? On précisera les paramètres de cette loi.

2. Donner une valeur approchée à 10–2 près de la probabilité P4que le volume de café dans une tasse soit compris entre 5,2 et 6,8 centilitres.

2. Exercice 2

On considère la fonction f définie par : pour tout réel x de [0 ; 1],   2 5

1

x f x

x

  

.

Partie A

1. Donner les réels a et b tels que, pour tout x de [0 ; 1 ],   1

b f x a

x  

 .

2. Soit L l'intégrale définie par :   1

0

L f x dx  . Calculer la valeur exacte de L en justifiant les calculs.

Partie B

On considère maintenant la suite   1n n

u

définie par :

pour tout 1n ,   1

0

x

n nu f x e dx  .

1. Soit 1n fixé. Justifier que, pour tout réel  0 ;1x , 1

1

x

n ne e  .

2. a. Justifier alors que, pour tout entier 1n ,

1

n nL u Le  .

b. En déduire que la suite   1n n

u

est convergente et donner sa limite. Justifier la réponse.

c. Justifier que, pour tout 1n ,

1

0 1nnu L L e           

.

Partie C

On considère l'algorithme suivant :

Variables p est un entier. n est un entier. L est un réel.

Début de l'Algorithme

Fin de l'algorithme.

L prend la valeur 2 + 3ln2. n prend la valeur 1. Entrer la valeur de p.

Tant que

1

1 10 pnL e

        

faire :

n prend la valeur n + 1.

Fin de « Tant que ».

Afficher n.

Lors de l'exécution de cet algorithme, la valeur entrée pour la variable p est 5.

À la fin de l'exécution, la valeur affichée de la variable n est notée N.

1. Que représente N ?

2. Donner un réel  tel que 2 3ln 2Nu   

3. Exercice 3

On se place dans le plan complexe rapporté au repère orthonormal direct ( ; , )O u v . On considère la

fonction polynomiale P définie par : pour tout complexe z ,   4 3 26 14 6 13P z z z z z     .

1. a. Calculer  P i et  P i.

b. Pour tout complexe z, on a      2 1P z z Q z  où  Q z s'écrit sous la forme   2Q z z cz d   . Donner les valeurs des réels c et d.

c. Déterminer l'ensemble S1 des solutions, dans , de l'équation   0Q z  . Justifier le résultat.

d. En déduire l'ensemble S2des solutions, dans , de l'équation   0P z  .

2. Placer sur une figure les points A, C et  d'affixes respectives : Az i , 3 2Cz i  , 2z  .

3. a. On note Z1, Z2 et Z3 les affixes respectives des vecteurs AC , Aet C .

Donner les valeurs de Z1, Z2 et Z3.

b. Donner alors les modules 1Z , 2Z , 3Z de Z1, Z2 et Z3.

c. Déterminer alors les valeurs exactes des distances AC, A et C . Justifier les réponses.

d. Déterminer une mesure, en radians, de l'angle géométrique A C . Justifier le résultat.

e. Quelle est la nature précise du triangle A C?

4. On considère les points B et D d'affixes respectives : B Az z et D Cz z où Az et Cz désignent

respectivement les complexes conjugués de Az et Cz .

a. Placer les points B et D sur la figure.

b. Justifier que les points A, B, C et D sont sur un même cercle. Préciser son centre I et son rayon r.

c. Tracer ce cercle sur la figure.

5. Donner l'aire  ,en unités d'aires, du trapèze ABDC.

4. Exercice 4

Dans l'espace rapporté à un repère orthonormal direct ( ; , , )O i j k ,on considère les points E et F de

coordonnées : E(2 ; 2 ; 0) et F(0 ; 2 ; 4)

et la droite  définie par le système d'équations paramétriques :

3

1,

4

x t

y t t

z

      

 

.

1. a. Donner les coordonnées d'un vecteur directeur u de la droite  .

b. Justifier que le point E n'appartient pas à  .

c. Justifier que le point F appartient à  .

d. En déduire la position relative des droites (EF) et  .

2. On considère le plan Pcontenant les deux droites (EF)et  .

Soit le vecteur  2 ; 2 ;1n .

a. Donner les produits scalaires .n EF et .n u .

b. Que peut-on en déduire pour le vecteur n par rapport au plan P ?

c. Déterminer une équation cartésienne du plan P. Justifier la réponse.

3. On note H le projeté orthogonal du point E sur la droite  .

a. Donner la valeur du produit scalaire .EH u .

b. Justifier alors que les coordonnées  ; ;H H Hx y z de H vérifient 0H Hx y  .

c. Donner alors les coordonnées de H.

4. On note G le point de l'espace vérifiant : 2FG n.

a. Donner les coordonnées de G.

b. Écrire un système d'équations paramétriques de la droite  ’ parallèle à  et passant par G.

c. Que dire précisément sur la position relative des deux droites  ’ et (EH) ?

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome