Sciences statistiques – Travaux pratiques 4 - correction, Exercices de Mathématiques et dstatistiques
Emmanuel_89
Emmanuel_8930 May 2014

Sciences statistiques – Travaux pratiques 4 - correction, Exercices de Mathématiques et dstatistiques

PDF (269.2 KB)
6 pages
370Numéro de visites
Description
Sciences statistiques - Travaux pratiques 4 - correction. Les thèmes principaux abordés sont les suivants: les fonctions f et g définies sur T, le graphique.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 6
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Concours Fesic

Terminale S mai 2010

Concours Fesic

Calculatrice interdite ; traiter 12 exercices sur les 16 en 2 h 30 ; répondre par Vrai ou Faux sans justification. +1 si bonne réponse, −1 si mauvaise réponse, 0 si pas de réponse, bonus d’1 point pour un exercice entièrement juste.

Exercice 1

On considère la fonction f définie par   1 1

ln 2 1

x f x

x

    

  . On appelle D l'ensemble de définition de f.

a.  1 ; 1D    .

b. f estpaire.

c. f est décroissante sur D.

d. Quel que soit le réel b, l’équation f(x) = b possède l'unique solution 2

2

1

1

b

b

e x

e

 

 .

Exercice 2

On considère la fonction f définie sur  par :   1

1 x

x f x e

x

  si 0x  et  0 0f  . On appelle Cla

courbe représentant f dans un repère du plan.

a. f est continue en 0.

b. f est dérivable sur * et sur * et, pour 0x  ,  'f x est du signe de x.

c. C possède la même droite pour asymptote en  et en  .

d. Quel que soit le réel x, on a f(x) < 1.

Exercice 3

On considère la fonction f définie sur  1 ;  par :    sin lnf t t . On appelle C la courbe représentant f dans un repère orthonormal du plan.

Soit F la fonction définie sur  1 ;  par     1

x

F x f t dt  .

a. On a   2

f e   .

b. Si 1 ;t e   

, alors on a   0f t  .

c.  F e représente l'aire de la surface limitée par la courbe C et les droites d'équations x=1, x= e et y=0.

d. Quel que soit x > 1, on a  ' 1F x  .

Exercice 4

On considère une fonction f définie et deux fois dérivable sur .

On appelle  la courbe représentant f et C la courbe représentant la fonction dérivée 'f de f. On a

représenté ci-dessous la courbe C de 'f : C est symétrique par rapport à l'origine du repère. La droite 

est la tangente à C au point d'abscisse 0.

a. La courbe  de f est symétrique par rapport à l'axe des ordonnées.

b.  

0 lim 1 x

f x

x  .

c. La courbe  possède une et une seule tangente parallèle à l’axe des abscisses.

d. Ona  '' 0 1f  .

Exercice 5

a. 7

5

12x dx

 J.

b.   1

0

2 5 5 3xx e dx e   .

c.   

0

1 1 lim 2

x

x

x e

x

   .

d. Soit f la fonction définie sur  par   2 2sinf x x x . f est dérivable sur  et, pour x , on a

  2 2 2' 2 sin cosf x x x x x  .

Exercice 6

a. On considère un tétraèdre ABCD. On appelle I le milieu de [AD], J celui de [BC], K le barycentre de {(A, 2), (B, 1)}, L le barycentre de {(C, 1), (D, 2)} et G le barycentre de {(A, 2),(B, 1), (C, 1), (A, 2)}.

On veut montrer que les points I, J, K et L sont coplanaires. On tient pour cela le raisonnement suivant :

« G est le barycentre de {(I, 4), (J, 2)} et de {(K, 3), (L, 3)}. Donc G, I et J sont alignés, ainsi que G, K et Z sont alignés. On en déduit que I, J, K et L sont coplanaires.» Ce raisonnement est exact.

b. On considère les deux intégrales ln 8

ln 2

3

4

x

x

e I dx

e

 

 et ln 8

ln 2

1

4x J dx

e

 . On veut calculer I et J. On

tient pour cela le raisonnement suivant : « On a ln 8

ln 2

4 ln 8 ln 2 2ln 2

4

x

x

e I J dx

e

     

 .

De plus,   ln 8 ln 8

ln 2ln 2

3 ln 4 ln 12 ln 6 ln 2 4

x x

x

e I J dx e

e           . On en déduit

7 ln 2

4 I  et

ln 2

4 J  . »

Ce raisonnement est exact.

c. On considère la fonction f définie sur +* par:   lnf x x xsi x > 0 et f(0) = 0. On appelle Cla courbe représentant f dans un repère du plan.

On cherche à savoir si C possède ou non une demi-tangente au point d'abscisse 0. On tient pour cela le raisonnement suivant :

« On sait que  lim 0f x  (limite de référence). Comme f(0) = 0, c'est que f est continue en 0. De plus

on a    

0 0

0 lim x x

f x f

x 

   . On en déduit que C possède au point d'abscisse 0 une demi-tangente

d'équation x=0. » Ce raisonnement est exact.

d. On considère la fonction f définie sur  par :   2 1

sinf x x x

    

  si x > 0 et f(0) = 0. On appelle C la

courbe représentant f dans un repère. On cherche à savoir si C possède ou non une tangente au point d'abscisse 0. On tient pour cela le raisonnement suivant :

« Pour tout 0x  , on a: 1

1 sin 1 x

     

  , donc  2 2x f x x   . Or    2 2

0 0 lim lim 0 x x

x x      donc,

d'après le théorème des gendarmes,   0

lim 0 x

f x

 . Comme f(0) = 0, c'est que f est continue en 0. De plus

f est dérivable sur −* et sur +* et, pour 0x  , on a

  2 2

1 1 1 1 1 ' 2 sin cos 2 sin cosf x x x x

x x x xx

                       

          . Or on a

1 2 sinx x x

x

     

  si x > 0 et

1 2 sinx x x

x

     

  si x < 0. Donc

0

1 lim 2 sin 0 x

x x

   

  . Mais comme

0

1 lim cos x x

     

n'existe pas, alors  f x

n'a pas de limite quand x tend vers 0. Donc f n'est pas dérivable en 0. On en déduit que C ne possède pas de tangente au point d'abscisse 0. » Ce raisonnement est exact.

Exercice 7

Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal direct ( ; , )O u v .

À chaque point M d’affixe z, on associe le point Md'affîxe z’ tel que 2' 1z z z   .

On appelle A le point d'affîxe 1 et on note E0 l'ensemble des points dont l'affixe z est solution de l'équation z’ = 0.

a. Pour tout z différent de 1, on a 31

' 1

z z

z

  

.

b. L'ensemble E0 est réduit à deux points B et C symétriques l'un de l'autre par rapport à l'axe ( ; )O u .

c. Quel que soit le point M d'affixe z appartenant à E0 et quel que soit l'entier n, zn est soit l'affixe du point A, soit celle d'un élément de E0.

d. L'ensemble des points M d'affixe z tels que 'z  est la réunion de deux droites perpendiculaires.

Exercice 8

Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal ( ; , )O u v . On considère, dans , l'équation (E):

2 2 1 0z z   .

a. Les complexes −1 + 2i et son conjugué sont solutions de (E).

b. Cette équation est une équation polynômiale de degré 2 qui possède deux solutions.

c. On pose z = x + iy, x et y étant réels. Si z est solution de (E), alors   22 1y x  .

d. La somme des solutions de (E) est égale à −1.

Exercice 9

On considère un triangle ABC et le point M milieu de [BC].

On appelle B’ l'image de B par la rotation de centre A et d'angle 2

 et Cl'image de C par la rotation de

centre A et d'angle 2

  .

On munit le plan complexe d'un repère de centre A dans lequel B, C, B’, C’ et M ont les affixes respectives b, c, b’, c’ et m.

a. c’ + ic = 0 et b’− ib = 0.

b. ' '

2 c b

i m

   .

c. (AM) et (BC’) sont perpendiculaires.

d. BC=2AM.

Exercice 10

Soient a et  une fonction définie et continue sur . On considère l'équation différentielle [E]:

 'y ay x  .

a. Si  est définie par   3 1x x   , alors quel que soit le réel a, il existe un polynôme de degré 2, solution de [E].

b. Si  est définie par   2xx e  , alors quel que soit le réel a, il existe b tel que la fonction f,

définie par   2xf x be soit solution de [E].

c. Si  est la fonction constante nulle et si f est une solution de [E], alors la courbe représentant f

possède au point d'abscisse 0 une tangente d'équation    1 0y ax f  .

d. Si a = 0, alors quelle que soit la fonction  définie et continue sur , [E] possède une solution.

Exercice 11

On considère la suite u définie par 1 1u et, pour tout *n , 1 2 1 1

n nu u n n

      

.

a. La suite u est géométrique de raison 2

1 1

n n

   

  .

b. Quel que soit *n ,  1 !n

n u

n

 .

c. La suite u est décroissante à partir de n = 2. d. La suite u est convergente.

Exercice 12

On considère la fonction f définie sur  ; 3I   par   2

3 f x

x  

. Soit u la suite définie par u0 = 1,5 et,

pour tout n ,  1n nu f u  . a. f est croissante. b. u est croissante.

c. Quel que soit n , on a : 1 < un < 2. d. Si u est convergente et si l est sa limite, alors l est solution de l'équation f(x) = x.

Exercice 13

On considère la suite u définie par 0 1

2 u et, pour n ,  

2

1 2n nu u  .On admettra que quel que soit

n , on a un > 0. On considère alors la suite v définie par  ln 2n nv u . a. La suite v est géométrique.

b. 10 512 ln 2v    .

c. Quel que soit n ,    0

ln 2 1 2

n

n k

k

v

  .

d. Pour tout n , on a 0 1 2 2

1 ...

2 n n

u u u u     .

Exercice 14

On dispose de quatre urnes numérotées de 1 à 4. Les urnes sont composées ainsi : Urne U1 : 1 boule bleue et 3 boules rouges ; Urne U2 : 2 boules bleues et 4 boules rouges ; Urne U3 : 3 boules bleues et 5 boules rouges ; Urne U4 : 6 boules rouges.

Un joueur choisit une urne au hasard, puis prélève une boule au hasard de cette urne. Le joueur est gagnant s'il tire une boule bleue; il est perdant sinon. On désigne par :

•  l'univers des possibilités et P la probabilité associée ; • PA la probabilité conditionnée par un événement A de  ; • G l'événement: « le joueur gagne » ; • Un l'événement: «le joueur choisit l'urne Un ».

a.     1 3

2

3 U UP G P G .

b.   9

8 P G  .

c.  1 1

6 P U  .

d.    22U GP G P U .

Exercice 15

L’espace est rapporté à un repère orthonormal ( ; , , )O i j k . On considère les points A(1, 2, 3), B(−1, 4, 3),

C(−2, 1, 3) et D(5, 4, −3). On appelle K le barycentre de {(C, 1); (D, −2)} et J le milieu de [BC]. On admet que les points A, B et C ne sont pas alignés. a. Dans le triangle ABC, les médianes se coupent au point de coordonnées (−2, 7, 9). b. Les coordonnées de K sont (−12, −7, 9).

c. Une équation paramétrique du segment [KJ] est

12 9

7 3

9 8

x t

y t

z t

    

   

, où 3

0 ; 2

t       

.

d. Une équation du plan perpendiculaire à (KJ) passant par A est 9x + 3y − 8z + 9 = 0.

Exercice 16

L'espace est rapporté à un repère orthonormal ( ; , , )O i j k .

On considère le plan P d'équation 2 1y x

z

   

et la droite Dd'équation 2 1

0

y x

z

   

.

Soient A(1, 1, 1), B(3, 5, −3) et C(1, −4, 2). a. A et B sont deux points de P.

b. D est perpendiculaire à P.

c. La distance de C à P est 5 (en unités de repère).

d. L'ensemble des points M(x, y, z) tels que         1 3 1 5 1 3 0x x y y z z         est la sphère de diamètre [AB].

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document