Série de modélisation mathématique – exercices 4, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

Série de modélisation mathématique – exercices 4, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

PDF (40.5 KB)
3 pages
617Numéro de visites
Description
Série de modélisation mathématique - 4 sur l’image de F. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: l’endomorphisme de E, les entiers x.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
MontpellierCjuin1981*.dvi

[ Baccalauréat C Montpellier juin 1981\

EXERCICE 1

E est un espace vectoriel réel euclidien de dimension 3, (

−→ ı ,

−→ ,

−→ k )

une base ortho-

normée de E, F l’endomorphisme de E tel que 

F (

−→ ı )

= 1

3

(

−→ ı −2

−→ +5

−→ k )

;

F (

−→

)

= 1

3

(

−2 −→ ı −2

−→ +2

−→ k )

;

F (

−→ k )

= 1

3

(

5 −→ ı +2

−→ +

−→ k )

.

1. Démontrer que l’image de F est un plan vectoriel P orthogonal au noyau de F .

2. Démontrer que le couple B = (

−→ ı +

−→ k ;

−→ ı +

−→

−→ k )

est une base orthogonale

de P ; f désignant la restriction de F à P, déterminer la matrice de f relative à

la base B et reconnaître 1

2 f .

3. Montrer que F peut être considéré comme composée de trois applications simples que l’on déterminera.

EXERCICE 2

Soit A = Z/11Z.

1. Discuter suivant a le nombre de solutions de l’équation

x2 = a, a ∈ A, x ∈A.

2. Montrer que dans A, l’équation x2− 2̇px+q = 0̇ (p ∈ A,q ∈ A) a deux solutions (distinctes ou confondues) si, et seulement si, p2 − q appartient à un sous- ensemble B (à déterminer) de A.

3. Résoudre alors l’équation x4+3x2+ 4̇= 0̇ dans A.

4. Déterminer les entiers x tels que le nombre qui s’écrit 10304 en base x soit divisible par 11.

PROBLÈME

On note E l’ensemble des fonctions numériques définies sur ]0 ; +∞[ et admettant pour tout n de N⋆ une dérivée n-ième sur ]0 ; +∞[. On rappelle que E muni de l’addition des fonctions et de la multiplication par un réel est un espace vectoriel sur R.

Partie A

Pour tout élément f de E, on désigne par g l’application de ]0 ; +∞[ dans R définie par : g (x)= x f ′(x), où f ′ désigne la fonction dérivée première de f

1. a. Calculer g ′(x), pour tout x de ]0 ; +∞[.

b. Vérifier, par récurrence, que pour tout n de N⋆ :

x ∈]0 ; +∞[, g (n)(x)= x f (n+1)(x)+n f (n)(x),

f (n) désigne, pour tout n de N⋆, la dérivée n-ième de f .

En déduire que g est élément de E.

Le baccalauréat de 1981 A. P. M. E. P.

2. Soit ϕ l’application de E dans E définie par ϕ( f ) = g . Montrer que ϕ est une application linéaire de E dans E.

3. On pose ϕ2 =ϕϕ.

a. Pour toute application f de E, on pose h =ϕ2( f ).

Montrer que

x ∈]0 ; +∞[, h(x)= x2 f ′′(x)+ x f ′(x).

b. Enutilisant 1. a,montrer que le noyaudeϕ2 ( f ) est un sous-espace vecto- riel de E, de dimension 2, dont une base est formée des deux applications f1 et f2 de E définies par :

x ∈]0 ; +∞[, f1(x) = Logx

x ∈]0 ; +∞[, f2(x) = 1

Partie B

1. Étudier les variations de la fonction f définie de ]0 ; +∞[ dans R par

f (x)= Log x

x .

Construire, dans le plan affine P rapporté au repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

tel que ∥

−→ ı

∥=

−→

∥= 2 cm, la courbe représentative de f .

2. Vérifier par récurrence que, pour tout n de N⋆, il existe un couple (un ; vn) de R 2 tel que

x ∈]0 ; +∞[, f (n)(x)= un + vnLog x

xn+1 .

En déduire que f est élément de E.

3. Soit les suites (un )n∈N⋆ et (vn)n∈N⋆ définies par

u1 = 1,

v1 = −1,

un+1 = vn − (n+1)un , ∀n ∈N⋆

vn+1 = −(n+1)vn , ∀n ∈N⋆

a. Exprimer vn en fonction de n.

b. Vérifier que, pour tout n deN⋆, on a

un = (−1) n+1n!

(

1+ 1

2 + 1

3 +·· ·+

1

p +·· ·+

1

n

)

Partie C

Soit F l’ensemble des fonctions fa, b de ]0 ; +∞[ dans R définies par

fa, b(x)= aLog x+b

x où(a, b) ∈R2.

1. Montrer que F est un sous-espace vectoriel de E dont (

f1, 0, f0, 1 )

est une base.

2. a. Établir : ∀ f F, ϕ( f ) ∈ F (ϕ est l’application définie au A 2.).

Montpellier 2 juin 1981

Le baccalauréat de 1981 A. P. M. E. P.

b. On note ϕ la restriction de ϕ à F .

Écrire la matrice M de ϕ dans la base (

f1, 0, f0, 1 )

.

Montrer que ϕ est bijective.

Écrire, dans la même base (

f1, 0, f0, 1 )

les matrices de ϕ2 et de ϕ−1.

c. Montrer que, pour tout n deN⋆.

Mn =

(−1)n 0

n(−1)n+1 (−1)n

Partie D

On se propose de déterminer les éléments f de E vérifiant

(1) ϕ2( f )= f1, 4

c’est-à-dire

x ∈]0 ; +∞[, x2 f ′′(x)+ x f ′(x)= 4+Logx

x .

1. Montrer qu’il existe un unique élément f0 de F vérifiant (1 ).

2. Soit f ∈ E. Établir que f vérifie (1) si, et seulement si, (

f f0 )

∈ Ker (

ϕ 2 )

. En déduire l’ensemble des fonctions de E qui vérifient (1).

Montpellier 3 juin 1981

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome