Série de modélisation mathématique – exercices 6, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

Série de modélisation mathématique – exercices 6, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

PDF (42.7 KB)
3 pages
539Numéro de visites
Description
Série de modélisation mathématique - 6 sur la somme et le produit des racines. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le point de coordonnées, l'équation cartésienne.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Nancy-MetzCjuin1981*.dvi

[ Baccalauréat C Nancy-Metz juin 1981\

EXERCICE 1

Soit f (z)= z3+ (2+2i)z2+az+b a,b ∈C.

1. Déterminer les nombres complexes a et b pour que l’on ait

f (3i)= 0 et f (−1)= 110−30i.

2. Montrer qu’il existe deux nombres α et β tels que

z3+ (2+2i)z2+ (14+35i)z+123+3i= (z−3i) (

z2+αz+β )

et calculer α et β.

3. Résoudre complètement dans C l’équation

z3+ (2+2i)z2+ (14+35i)z+123+3i= 0

et calculer la somme et le produit des racines. (On remarquera que

1452 = 21025).

EXERCICE 2

SoitP le plan affine euclidien rapporté à un repère orthonormé (

O, −→ u ,

−→ v )

. Si A et B

sont deux points deP , on notera d(A, B) la distance euclidienne de ces deux points. Soit Γ l’ensemble des points M de P vérifiant la condition

d(M , F)+d(M , F′)= 4

où F désigne le point de coordonnées (1 ; 0) et F’ le point de coordonnées (−1 ; 0).

1. Vérifier que Γ contient les points A, B, C, D et E de coordonnées respectives

(−2 ; 0) (2 ; 0) (

−1 ; 3

2

) (

1 ; 3

2

)

et

(

−1 ; − 3

2

)

2. Quelle est la nature de Γ ? Montrer qu’une équation cartésienne de Γ dans le

repère (

O, −→ u ,

−→ v )

est

x2

4 +

y2

3 = 1

3. Représenter la courbeΓ et les points A, B, C, D et E (on prendra 3 cmcommune unité de longueur).

Soit M0 un point de P de coordonnées (

x0 ; y0 )

qui n’appartient ni à la droite BC ni à la tangente en B à Γ.

Déterminer les coordonnées du point P d’intersection des droites DE et BM0 ainsi que les coordonnées du point Q d’intersection des droites AE et CM0.

En déduire que le point M0 appartient à Γ si, et seulement si, les points P et Q ont la même ordonnée.

Le baccalauréat de 1981 A. P. M. E. P.

PROBLÈME

Dans tout le problème on considère les trois fonctions numériques de la variable réelle x définies par

f1(x) = p x2+1+ x

f2(x) = p x2+1− x

f3(x) = (p

x2+1+ x )

Log (p

x2+1+ x )

où Log désigne la fonction logarithme népérien.

Partie A

Dans cette partie, on note E l’espace vectoriel sur R engendré par les fonctions f1, f2 et f3 c’est-à-dire l’ensemble des fonctionsnumériques f telles qu’il existe trois nombres réels a,b et c vérifiant f = a f1+b f2+c f3

1. Montrer que f1, f2 et f3 sont définies pour tout x réel (il pourra être utile de calculer f1 et f2).

2. Montrer que B = (

f1, f2, f3 )

est une base de E.

3. Montrer que f1, f2 et f3 sont des fonctions dérivables sur R et calculer leurs dérivées.

4. Pour tout f de E, on pose ϕ( f )= F , où

x ∈R, F (x)= √

x2+1 f ′(x),

( f ′ désigne la dérivée de f ).

Montrer que ϕ est une application linéaire de E dans lui-même et déterminer l’expression analytique de ϕ dans la base B.

5. Montrer que ϕ est inversible et calculer les composantes de ϕ−1( f ) en fonc- tion des composantes de f dans la base B.

Utiliser ce résultat pour résoudre dans E l’équation

ϕ( f )= 1

2

(

f1− f2 )

En déduire les fonctions f de E qui vérifient

x ∈R f ′(x)= x

p x2+1

.

6. Soit I l’application identique de R dans R. On note

ϕ0 = I, ϕ1 =ϕ, ϕ2 =ϕϕ,

n ∈N, ϕn+1 =ϕn ϕ.

Déterminer dans la base B, les composantes de ϕ (

f1 )

, ϕ (

f2 )

.

Partie B

On note go la fonction numérique de la variable réelle x définie par

g0(x)= Log ( √

x2+1+ x )

.

1. Donner une relation simple entre les fonctions g0, f2 et f3 ; montrer que la fonction g0 est impaire.

Nancy-Metz 2 juin 1981

Le baccalauréat de 1981 A. P. M. E. P.

2. Étudier les variations de g0 et construire la courbe C0 représentative des va-

riations de g0 dans le plan rapporté à un repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→ )

.

3. En utilisant une intégration par parties, calculer l’aire du domaine plan limité par la courbe C0 l’axe des abscisses, et les deux droites d’équations x = 0 et x = 3/4.

4. Pour tout entier naturel n, n> 1, on définit gn =ϕn (

f3 )

· f2. Calculer gn(x), pour un réel x quelconque et montrer que la courbeCn repré- sentative des variations de gn se déduit de la courbe C0 par une transforma- tion géométrique simple.

Partie C

Dans cette partie, on considère un plan affine euclidien rapporté à un repère ortho-

normé (

A, −→ e1 ,

−→ e2

)

. On note Γ1 la courbe d’équation y = f1(x) et Γ2 la courbe d’équa-

tion y =− f2(x) dans le repère (

A, −→ e1 ,

−→ e2

)

.

1. Montrer que la courbe Γ2 est symétrique de la courbe Γ1 par la symétrie de centre A.

2. Soit M un point de coordonnées (x ; y). Montrer que

M ∈Γ1∪Γ2 ⇐⇒ y2−2xy = 1.

3. On pose −→ u =−

−→ e1 et

−→ v =

−→ e1 +2

−→ e2 .

Calculer les coordonnées (x ; y) de M dans le repère (

A, −→ e1 ,

−→ e2

)

en fonction

des coordonnées (X ; Y ) dumême point M dans le repère (

A, −→ u ,

−→ v )

.

En déduire une équation de Γ1∪Γ2 dans le repère (

A, −→ u ,

−→ v )

, puis la nature de

Γ1∪Γ2.

Nancy-Metz 3 juin 1981

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome