Statistiques - Travaux pratiques 17, Exercices de Informatique et analyse de données statistiques
Emmanuel_89
Emmanuel_8929 May 2014

Statistiques - Travaux pratiques 17, Exercices de Informatique et analyse de données statistiques

PDF (294.5 KB)
5 pages
71Numéro de visites
Description
Statistiques - Travaux pratiques 17. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Description de la figure dans l’espace muni du repère, En déduire que l’intervalle.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 5
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Terminale S

Terminale S juin 2013

Antilles-Guyane

1. Exercice 1 (5 points)

Description de la figure dans l’espace muni du repère

orthonormé  A ; AB, AD, AE : ABCDEFGHdésigne un cube de côté 1. On appelle P le plan (AFH).

Le point I est le milieu du segment [AE].

Le point J est le milieu du segment [BC].

Le point K est le milieu du segment [HF].

Le point L est le point d’intersection de la droite (EC) et du plan P.

Ceci est un questionnaire à choix multiples (QCM). Pour chacune des questions, une seule des quatre affirmations est exacte. Le candidat indiquera sur sa copie le numéro de la question et la lettre correspondant à la réponse choisie. Aucune justification n’est demandée.Une réponse exacte rapporte un point, une réponse fausse ou une absence de réponse ne rapporte aucun point.

1. a. Les droites (IJ) et (EC) sont strictement parallèles.

b. Les droites (IJ) et (EC) sont non coplanaires.

c. Les droites (IJ) et (EC) sont sécantes.

d. Les droites (IJ) et (EC) sont confondues.

2. a. Le produit scalaire AF.BG est égal à 0.

b. Le produit scalaire AF.BG est égal à (–1).

c. Le produit scalaire AF.BG est égal à 1.

d. Le produit scalaire AF.BG est égal à 2.

3. Dans le repère orthonormé  A ; AB, AD, AE ,

a. le plan P a pour équation cartésienne : x + y +z – 1 = 0.

b. le plan P a pour équation cartésienne : x y + z = 0.

c. le plan P a pour équation cartésienne : −x + y + z = 0.

d. le plan P a pour équation cartésienne : x + y – z = 0.

4. a. EG est un vecteur normal au plan P.

b. EL est un vecteur normal au plan P.

c. IJ est un vecteur normal au plan P.

d. DI est un vecteur normal au plan P.

5. a. 1 1

AL AH AF 2 2   b.

1 AL AK

3  . c.

1 ID IJ

2  . d.

1 1 2 AL AB AD AE

3 3 3    .

2. Exercice 2 (5 points)

Partie A

Soient n un entier naturel, p un nombre réel compris entre 0 et 1 et Xn une variable aléatoire suivant une

loi binomiale de paramètres n et p. On note nn X

F n

 et f une valeur prise par Fn.

On rappelle que, pour n assez grand, l’intervalle 1 1

;p p n n

    

  contient la fréquence f avec une

probabilité au moins égale à 0,95.

En déduire que l’intervalle 1 1

;f f n n

    

  contient p avec une probabilité au moins égale à 0,95.

Partie B

On cherche à étudier le nombre d’étudiants connaissant la signification du sigle URSSAF.

Pour cela, on les interroge en proposant un questionnaire à choix multiples. Chaque étudiant doit choisir parmi trois réponses possibles, notées A, B et C, la bonne réponse étant la A.

On note r la probabilité pour qu’un étudiant connaisse la bonne réponse. Tout étudiant connaissant la bonne réponse répond A, sinon il répond au hasard (de façon équiprobable).

1. On interroge un étudiant au hasard. On note :

A l’évènement « l’étudiant répond A »,

B l’évènement « l’étudiant répond B »,

C l’évènement « l’étudiant répond C »,

R l’évènement « l’étudiant connait la réponse », R l’évènement contraire de R.

a. Traduire cette situation à l’aide d’un arbre de probabilité.

b. Montrer que la probabilité de l’évènement A est     1

A 1 2 3

r P .

c. Exprimer en fonction de r la probabilité qu’une personne ayant choisi A connaisse la bonne réponse.

2. Pour estimer r, on interroge 400 personnes et on note X la variable aléatoire comptant le nombre de bonnes réponses. On admettra qu’interroger au hasard 400 étudiants revient à effectuer un tirage avec remise de 400 étudiants dans l’ensemble de tous les étudiants.

a. Donner la loi de X et ses paramètres n et p en fonction de r.

b. Dans un premier sondage, on constate que 240 étudiants répondent A, parmi les 400 interrogés.

Donner un intervalle de confiance au seuil 0,95 de l’estimation de p.

En déduire un intervalle de confiance au seuil 0,95 de r.

c. Dans la suite, on suppose que r = 0,4. Compte-tenu du grand nombre d’étudiants, on considérera que X suit une loi normale.

i. Donner les paramètres de cette loi normale.

ii. Donner une valeur approchée de  250X P à 10–2 près.

3. Exercice 3 (5 points)

Dans tout ce qui suit, m désigne un nombre réel quelconque.

Partie A

Soit f la fonction définie et dérivable sur l’ensemble des nombres réels  telle que :    1 xf x x e  .

1. Calculer la limite de f en  et en  .

2. On note f  la fonction dérivée de la fonction f sur . Démontrer que pour tout réel x,    ' 2 xf x x e  .

3. Dresser le tableau de variation de f sur .

Partie B

On définit la fonction gm sur  par   1 xmg x x me    et on note Cm la courbe de la fonction gm dans un

repère ( ; , )O i j du plan.

1. a. Démontrer que   0mg x  si et seulement si  f x m .

b. Déduire de la partie A, sans justification, le nombre de points d’intersection de la courbe Cm avec l’axe des abscisses en fonction du réel m.

2. On a représenté ci-dessous les courbes C0, Ce et C−e (obtenues en prenant respectivement pour m les valeurs 0, e et –e). Identifier chacune de ces courbes sur la figure en justifiant.

3. Étudier la position de la courbe Cm par rapport à la droite D d’équation y = x +1 suivant les valeurs du réel m.

4. a. On appelle D2 la partie du plan comprise entre les courbes Ce, C−e, l’axe (Oy) et la droite x = 2.

Hachurer D2 sur la figure.

b. Dans cette question, a désigne un réel positif, Da la partie du plan comprise entre Ce, C–e, l’axe (Oy) et la droite Da d’équation x = a. On désigne par A(a) l’aire de cette partie du plan exprimée en unités d’aire.

Démontrer que pour tout réel a positif :   12 2 aA a e e   .

En déduire la limite de A(a) quand a tend vers  .

4. Exercice 4 (5 points, non spécialistes)

On considère la suite  nz à termes complexes définie par : 0 1z i  et, pour tout entier naturel n, par

1 3

n n n

z z z

  .

Pour tout entier naturel n, on pose : n n nz a ib  , où an est la partie réelle de zn et bn est la partie

imaginaire de zn.

Le but de cet exercice est d’étudier la convergence des suites  na et  nb .

Partie A

1. Donner a0 et b0.

2. Calculer 1z , puis en déduire que 1 1 2

3 a

  et 1

1

3 b  .

3. On considère l’algorithme suivant :

Variables A et B sont des nombres réels

K et N sont des nombres entiers

Initialisation Affecter à A la valeur 1

Affecter à B la valeur 1

Traitement Entrer la valeur de N

Pour K variant de 1 à N

Affecter à A la valeur 2 2A A B

3

 

Affecter à B la valeur B

3

Fin Pour

Afficher A

a. On exécute cet algorithme en saisissant N = 2. Recopier et compléter le tableau ci-dessous contenant l’état des variables au cours de l’exécution de l’algorithme (on arrondira les valeurs calculées à 10–4 près).

K A B

1

2

b. Pour un nombre N donné, à quoi correspond la valeur affichée par l’algorithme par rapport à la situation étudiée dans cet exercice ?

Partie B

1. Pour tout entier naturel n, exprimer 1nz  en fonction de an et bn.

En déduire l’expression de 1na  en fonction de an et bn, et l’expression de 1nb  en fonction de bn.

2. Quelle est la nature de la suite  nb ? En déduire l’expression de bn en fonction de n, et déterminer la

limite de la suite  nb .

3. a. On rappelle que pour tous nombres complexes z et z’ : ' 'z z z z   (inégalité triangulaire).

Montrer que pour tout entier naturel n, 1 2

3

n n

z z   .

b. Pour tout entier naturel n, on pose n nu z .

Montrer par récurrence que pour tout entier naturel n, 2

2 3

n

nu       

.

En déduire que la suite  nu converge vers une limite que l’on déterminera.

c. Montrer que, pour tout entier naturel n, n na u .

En déduire que la suite  na converge vers une limite que l’on déterminera.

5. Exercice 4 (5 points, spécialistes)

On définit les suites  nu et  nv sur l’ensemble  des entiers naturels par :

0 0u  , 0 1v  et 1 2

n n n

u v u

  , 1

2

3

n n n

u v v

  .

Le but de cet exercice est d’étudier la convergence des suites  nu et  nv .

1. Calculer u1 et v1.

2. On considère l’algorithme suivant :

Variables u, v et w des nombres réels

N et k des nombres entiers.

Initialisation u prend la valeur 0

v prend la valeur 1

Traitement Entrer la valeur de N

Pour k variant de 1 à N

w prend la valeur u

u prend la valeur w v

2

v prend la valeur w 2v

3

Fin du Pour

Afficher u

Afficher v

a. On exécute cet algorithme en saisissant N= 2. Recopier et compléter le tableau donné ci-dessous contenant l’état des variables au cours de l’exécution de l’algorithme.

k w u v

1

2

b. Pour un nombre N donné, à quoi correspondent les valeurs affichées par l’algorithme par rapport à la situation étudiée dans cet exercice ?

3. Pour tout entier naturel n, on définit le vecteur colonne Xn par nn n

u X

v

      

et lamatrice A par

1 1

2 2

1 2

3 3

A

            

. a. Vérifier que, pour tout entier naturel n, 1n nX AX  .

b. Démontrer par récurrence que 0 n

nX A X pour tout entier naturel n.

4. On définit les matrices P, P’ et B par

4 6

5 5

6 6

5 5

P

           

,

1 1

2 2 '

1 1

2 3

P

   

        

et 1 0

1 0

6

B

        

.

a. Calculer le produit PP’. On admet que PBP = A.

Démontrer par récurrence que pour tout entier naturel n, 'n nA P B P .

b. On admet que pour tout entier naturel n,

1 0

1 0

6

n

n

B

         

. En déduire l’expression de la matrice An en

fonction de n.

5. a. Montrer que

3 3 1

5 5 6

3 2 1

5 5 6

n

n

n

X

    

       

pour tout entier naturel n.

En déduire les expressions de un et vn en fonction de n.

b. Déterminer alors les limites des suites  nu et  nv .

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome