Statistiques - Travaux pratiques 26, Exercices de Informatique et analyse de données statistiques
Emmanuel_89
Emmanuel_8929 May 2014

Statistiques - Travaux pratiques 26, Exercices de Informatique et analyse de données statistiques

PDF (338.4 KB)
4 pages
249Numéro de visites
Description
Statistiques - Travaux pratiques 26. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le nombre complexe d’affixe, la fonction définie et dérivable.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 4
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Terminale S

Terminale S mars 2014

Nouvelle-Calédonie

1. Exercice 1 (4 points)

Cet exercice est un QCM (questionnaire à choix multiple). Pour chaque question, une seule des quatre réponses proposées est exacte. Le candidat indiquera sur la copie le numéro de la question et la réponse choisie. Chaque réponse exacte rapporte un point. Aucune justification n’est demandée. Aucun point n’est enlevé en l’absence de réponse ou en cas de réponse fausse.

Le plan complexe est rapporté au repère orthonormal direct ( ; , )O u v . Soit z un nombre complexe de la

forme x + iy, où x et y sont des réels.

1. Soit z le nombre complexe d’affixe   4

1 i . L’écriture exponentielle de z est :

a.  2 ie b. 4 ie c. 1

42 e

       

d. 44 i

e

       

2. L’ensemble des points M du plan d’affixe z = x+iy tels que 1 3z i i    a pour équation :

a.     2 2

1 1 2x y    b.     2 2

1 1 2x y    c.     2 2

1 1 4x y    d. 3 1

2 y x

  

3. On considère la suite de nombres complexes (Zn) définie pour tout entier naturel n par Z0 = 1+i et

1

1

2 n n

i Z Z

  . On note Mn le point du plan d’affixe Zn.

a. Pour tout entier naturel n, le point Mn appartient au cercle de centre O et de rayon 2 .

b. Pour tout entier naturel n, le triangle OMnMn+1 est équilatéral.

c. La suite (Un) définie par n nU Z est convergente.

d. Pour tout entier naturel n, un argument de 1n n

n

Z Z

Z

  est 2

 .

4. Soit A, B, C trois points du plan complexe d’affixes respectives : 1Z i   , 2 2BZ i  et 1 5CZ i  .

On pose C A

B A

Z Z Z

Z Z

 

 .

a. Z est un nombre réel.

b. Le triangle ABC est isocèle en A.

c. Le triangle ABC est rectangle en A.

d. Le point M d’affixe Z appartient à la médiatrice du segment [BC].

2. Exercice 2 (6 points)

Les parties A, B et C sont indépendantes

Partie A : Restitution organisée des connaissances

L’objectif de cette partie est de démontrer le théorème suivant :

Si X est une variable aléatoire suivant la loi normale centrée réduite, alors pour tout réel 

appartenant à l’intervalle ]0 ; 1[, il existe un unique réel strictement positif  tel que

  1X       P .

Soit f la fonction définie sur l’ensemble des nombres réels  par  

2

2 1

2

t

f t e

 .

Soit H la fonction définie et dérivable sur  0 ; par       x

x

H x x X x f t dt

     P .

1. Que représente la fonction f pour la loi normale centrée réduite ?

2. Préciser  0H et la limite de  H x quand x tend vers  .

3. À l’aide de considérations graphiques, montrer que pour tout nombre réel positif x,

    0

2 x

H x f t dt  .

4. En déduire que la dérivée H’ de la fonction H sur  0 ; est la fonction 2f et dresser le tableau de

variations de H sur  0 ; .

5. Démontrer alors le théorème énoncé.

Partie B

Un laboratoire se fournit en pipettes auprès de deux entreprises, notées A et B.

60 % des pipettes viennent de l’entreprise A et 4,6 % des pipettes provenant de cette entreprise prèsentent un défaut.

Dans le stock total de pipettes du laboratoire, 5 % des pièces présentent un défaut. On choisit au hasard une pipette dans le stock du laboratoire et on note :

A l’évènement : « La pipette est fournie par l’entreprise A » ;

B l’évènement : « La pipette est fournie par l’entreprise B » ;

D l’évènement : « La pipette a un défaut ».

1. La pipette choisie présente un défaut ; quelle est la probabilité qu’elle provienne de l’entreprise A ?

2. Montrer que   0,0224B D P .

3. Parmi les pipettes venant de l’entreprise B, quel pourcentage de pipettes présente un défaut ?

Partie C

Une pipette est dite conforme si sa contenance est comprise, au sens large, entre 98 millilitres (mL) et 102 mL.

Soit X la variable aléatoire qui à chaque pipette prise au hasard dans le stock du laboratoire associe sa contenance (en millilitres).

On admet que X suit une loi normale de moyenne  et écart type  tels que 100  et 2 1,0424  .

1. Quelle est alors la probabilité, à 10–4 près, pour qu’une pipette prise au hasard soit conforme ?

Pour la suite, on admet que la probabilité pour qu’une pipette soit non-conforme est p = 0,05.

2. On prélève dans le stock du laboratoire des échantillons de pipettes de taille n, où n est un entier naturel supérieur ou égal à 100. On suppose que le stock est assez important pour considérer ces tirages comme indépendants.

Soit Yn la variable aléatoire qui à chaque échantillon de taille n associe le nombre de pipettes non- conformes de l’échantillon.

a. Quelle est la loi suivie par la variable aléatoire Yn ?

b. Vérifier que n > 30, np > 5 et n(1−p) > 5.

c. Donner en fonction de n l’intervalle de fluctuation asymptotique au seuil de 95 % de la fréquence des pipettes non-conformes dans un échantillon.

3. Exercice 3 (5 points)

Partie A

Soit f la fonction dérivable, définie sur l’intervalle  0 ; par    lnf x x x .

1. Déterminer les limites de f en 0 et en  .

2. On appelle f  la fonction dérivée de f sur  0 ; . Montrer que    ' ln 1f x x  .

3. Déterminer les variations de f sur  0 ; .

Partie B

Soit C la courbe représentative de la fonction f dans un repère orthonormal.

Soit A l’aire, exprimée en unités d’aire, de la partie du plan comprise entre l’axe des abscisses, la courbe C et les droites d’équations respectives x = 1 et x = 2.

On utilise l’algorithme suivant pour calculer, par la méthode dite « des rectangles », une valeur approchée de l’aire A. (voir la figure ci-après).

Algorithme

Variables : k, n sont des entiers naturels ; U, V sont des nombres réels.

Initialisation :

U prend la valeur 0, V la valeur 0, n la valeur 4.

Traitement :

Pour k allant de 0 à n – 1 :

Affecter à U la valeur 1

1 k

U f n n

      

Affecter à V la valeur 1 1

1 k

V f n n

      

Fin pour

Affichage :

Afficher U, Afficher V.

1. a. Que représentent U et V sur le graphique précédent ?

b. Quelles sont les valeurs U et V affichées en sortie de l’algorithme (on donnera une valeur approchée de U par défaut à 10–4 près et une valeur approchée par excès de V à 10–4 près) ?

c. En déduire un encadrement de A.

2. Soient les suites (Un) et (Vn) définies pour tout entier n non nul par :

  1 1 2 1

1 1 1 ... 1n n

U f f f f n n n n

                    

       ;

  1 1 2 1

1 1 ... 1 2n n

V f f f f n n n n

                    

       .

On admettra que, pour tout n entier naturel non nul, An nU V  .

a. Trouver le plus petit entier n tel que 0,1n nV U  .

b. Comment modifier l’algorithme précédent pour qu’il permette d’obtenir un encadrement de A d’amplitude inférieure à 0,1 ?

Partie C

Soit F la fonction dérivable, définie sur  0 ; par     2 2

ln 2 4

x x F x x  .

1. Montrer que F est une primitive de f sur  0 ; .

2. Calculer la valeur exacte de A.

4. Exercice 4 (5 points, non spécialistes)

Soit ABCDEFGH un parallélépipède rectangle tel que AB = 2, AD = 3 et AE = 1.

On appelle respectivement I, J et P les milieux respectifs des segments [CD], [EF] et [AB].

On note Q le point défini par 1

AQ AD 3  .

On appelle plan médiateur d’un segment le plan perpendiculaire à ce segment et passant par son milieu.

L’objectif de l’exercice est de déterminer les coordonnées du centre d’une sphère circonscrite au tétraèdre ABIJ (c’est-à-dire une sphère qui passe par les quatre points A, B, I, J).

L’espace est rapporté au repère orthonormal  A ; AP, AQ, AE . 1. Justifier que les quatre points A, B, I et J ne sont pas coplanaires.

2. Déterminer une équation cartésienne du plan médiateur (P1) du segment [AB].

3. Soit (P2) le plan d’équation cartésienne 3y z – 4 = 0.

Montrer que le plan (P2) est le plan médiateur du segment [IJ].

4. a. Démontrer que les plans (P1) et (P2) sont sécants.

b. Montrer que leur intersection est une droite (D) dont une représentation paramétrique est

1

3 4

x

y t

z t

  

  

t décrit l’ensemble des nombres réels .

c. Déterminer les coordonnées du point K de la droite (D) tel que KA KI .

d. Montrer que le point K est le centre de la sphère circonscrite au tétraèdre ABIJ.

5. Exercice 4 (5 points, spécialistes)

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome