T.P modélisation mathématique  - 10, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

T.P modélisation mathématique - 10, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

PDF (38.1 KB)
2 pages
135Numéro de visites
Description
Exercices sur la modélisation mathématique sur les entiers naturels diviseurs stricts. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Fonction scalaire de Leibniz, l’intervalle.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
StrasbourgCjuin1982.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C juin 1982 Strasbourg \

EXERCICE 1 4 points

1. Onappelle diviseur strict d’un entier naturel tout diviseur autre que le nombre lui-même.

Déterminer les entiers naturels diviseurs stricts de 220.

2. On appelle nombres amiables deux entiers naturels tels que chacun d’eux soit égal à la somme des entiers naturels diviseurs stricts de l’autre. Vérifier que 220 et 284 sont amiables.

3. a. On appelle nombre parfait un nombre égal à la somme de ses diviseurs stricts (amiable avec lui-même). Le nombre 28 est-il parfait ?

Déterminer un entier p premier tel que le nombre 24p soit parfait.

b. Plus généralement, soit n et p deux entiers naturels, p premier ; quelle doit être l’expression nécessaire de p en fonction de n pour que 2n · p soit parfait ? Donner la liste des nombres parfaits de cette forme pour n < 10.

EXERCICE 2 4 points

Fonction scalaire de Leibniz

Dans un plan affine euclidien P , on considère un triangle ABC isocèle et rectangle

en A tel que ∥

−→ AB

∥= a (a est un réel strictement positif donné).

1. Déterminer et construire le barycentre G des points pondérés (A, 2), (B, 1) et (C, 1).

2. Pour tout point M du plan P , on pose

−→ v =−2

−−→ MA +

−−→ MB +

−−→ MC .

Démontrer que −→ v est un vecteur constant, indépendant de M .

Construire le point A′ tel que −−−→ A′N =

−→ v . Calculer

−−−→ A′N

∥ et ∥

−−→ AG

∥ en fonction

de a.

3. Déterminer et construire l’ensemble (γ) des points du plan P tels que

∥2 −−→ MA +

−−→ MB +

−−→ MC

∥=

∥−2 −−→ MA +

−−→ MB +

−−→ MC

∥ .

4. Déterminer et construire l’ensemble (ǫ) des points du plan P tels que

−2MA2+MB2+MC2 = a2.

(On pourra remarquer que le point G appartient à (ǫ).)

PROBLÈME 12 points

Dans l’espace vectoriel F de toutes les fonctions numériques définies sur R, on considère l’ensemble E des fonctions f définies par

∃(a, b, c, d) ∈R4, x ∈R,

f (x)= e−x (a cosx +b sinx +cx cos x +d x sinx).

Terminale C A. P. M. E. P.

Partie A

1. Montrer que E est un sous-espace vectoriel de F . On pourra utiliser les va-

leurs de ces fonctions en 0, π

2 , π,

3π

2 .

2. Soit les quatre fonctions de E suivantes :

f1 : x 7−→ e−x cosx; f2 : x 7−→ xe−x cosx; f3 : x 7−→ e−x sinx; f4 : x 7−→ xe−x sinx.

Montrer que (

f1, f2, f3, f4 )

est un système libre de E .

En déduire que B = (

f1, f2, f3, f4 )

est une base de E .

3. a. Calculer les dérivées f ′1, f

2 , f

3, f

4 de f1, f2, f3, f4 et montrer qu’elles ap- partiennent à E ; en déduire que

D : E → E f 7−→ D( f )= f

est un endomorphisme de E .

b. Si une fonction f de E a pour composantes (a, b, c, d) dans la base B, quelles sont les composantes de D( f ) dans B ?

c. Déterminer le noyau de D. En déduire que D est un automorphisme de E .

Définir analytiquement l’application réciproque D−1 de D.

Si f est élément de E , que représente D−1( f ) ?

Partie B

Soit la fonction f de E définie par

x ∈R f (x)= e−x (cosx + sinx +2x sinx).

1. Étudier les variations de cette fonction sur [0, ; π] et tracer la courbe représen- tative C dans un repère orthogonal. On prendra pour unités :

sur Ox, π est représenté par 12 cm ;

sur Oy l’unité est 4 cm.

2. On désigne par g la restriction de f à I = [

0 ; π

4

]

. Déterminer J = g (I). En dé-

duire que g est une bijection de I sur J.

Soit g−1 : J → I la bijection réciproque de g . Quel est le domaine de dérivabi- lité de g−1 ? Représenter graphiquement g et g−1 dans unmême repère ortho- normé (unité : 4 cm).

3. a. Montrer que l’équation

{

f (x)= 0 x ∈ [0 ; π]

admet une unique solution x0. Vé-

rifier que x0 appartient à l’intervalle

]

5π

6 ; π

[

.

b. Calculer pour tout élément k de Z, f (2), f (π+2), f (2π+2).

Montrer que sur l’intervalle ]2; 2+2π[, la fonction f admet exac- tement un maximum et unminimum qui sont de signes contraires.

c. Déduire du résultat précédent que pour tout élément k de Z, l’équation f (x)= 0 admet sur l’intervalle ]; +π[ une solution unique.

Quelques valeurs : e− π

4 ≈ 0,46 ; e− π

2 ≈ 0,20 ; e− 3π 4 ≈ 0,09;

e−π ≈ 0,04.

Strasbourg 2 juin 1982

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome