T.P modélisation mathématique  - 4, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

T.P modélisation mathématique - 4, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

PDF (39.3 KB)
3 pages
72Numéro de visites
Description
Exercices sur la modélisation mathématique sur le système décimal. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la fonction numérique, les variations de f .
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
PondicheryCavril1982.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Pondichéry avril 1982 \

EXERCICE 1

On considère le nombre A qui s’écrit dans le système décimal : A = x y x y x y x y x5, x et y étant des chiffres de ce système, x étant non nul.

1. À quelle condition ce nombre est-il divisible par 25 ?

2. Déterminer les différentes valeurs de A, telles que A soit divisible par 225.

3. On considère le nombre B = x y x y x y toujours écrit dans le système décimal avec x et y qui sont des chiffres, x étant non nul. Déterminer B tel que B soit divisible par 225.

EXERCICE 2

1. Soit ϕ la fonction numérique définie par

t ∈R ϕ(t)= 1+et + tet .

Étudier les variations de ϕ. En déduire le signe ϕ(t) suivant les valeurs de t .

2. On définit la fonction numérique f par

f (0)= 0 et ∀x ∈R− {0} f (x)= x

1+e 1 x

.

a. Étudier la continuité et la dérivabilité de f en 0.

b. Étudier les variations de f .

Montrer que la droite d’équation y = 1

2 x

1

4 est asymptote à la courbe repré-

sentative de f

( on pourra poser t =

1

x

) .

Construire la courbe représentative de f dans un repère orthonormé, l’unité de longueur étant 6 cm (on admettra que la courbe est au-dessus de l’asymp- tote).

PROBLÈME

Notations : E est un espace affine, −→ E est son espace vectoriel associé. f1 et f2 sont

deux applications affines de E dans E ; −→ f1 et

−→ f2 sont les endomorphismes associés

respectivement à f1 et f2. Pour tout point M de E, on notera M1 le point f1(M) et M2 le point f2(M). Étant donné deux réels α1 et α2 tels que α1+α2 = 1, on étudie dans la suite du pro- blème l’application f (qui dépend de f1, f2, α1, α2 qui à tout point M de E associe le point f (M), barycentre de M1 affecté du coefficient α1 et de M2 affecté du coeffi- cient α2. On notera M ′ l’image par f du point M .

Partie A Étude de deux cas particuliers

1. Dans cette question, −→ V1 et

−→ V2 sont deux éléments de E, f1 est la translation de

vecteur −→ V1 et f2 est la translation de vecteur

−→ V2 .

Montrer que f est la translation de vecteur −−−→ α1V1 +

−−−→ α2V2 .

Terminale C A. P. M. E. P.

2. Dans cette question, E est un plan affine, D est une droite affine de E, D′ est une droite vectorielle de E distincte de la direction de D, f1 = IdE et f2 est la projection affine sur D de direction D′.

a. Montrer que les points de D sont invariants par f .

b. Exprimer −−−−−→ M2M ′ , en fonction de α1 et de

−−−−→ M2M . Dessiner l’image M

d’un point M par f dans le cas où α1 = 2. Quelle est l’application f dans le cas où α1 =−1 ?

Partie B

1. Soit O un point de E. Montrer que

−−−−→ O′M ′ =

−−−−−−−−→ α1 f1 (OM) +

−−−−−−−−→ α2 f2 (OM)

pour tout point M de E (on rappelle que M ′ désigne f (M) et O′ désigne f (O). En déduire que f est une application affine, préciser son endomorphisme as- socié.

2. Si f1 et f2 sont deux homothéties de rapports respectifs k1 et k2, quelle est la nature de f (discuter) ?

3. Dans cette question E est un plan affine.

a. (A, B, C, D) est un parallélogramme de E ( −−→ AB =

−−→ DC

) , g est une applica-

tion affine. Montrer que (g (A), g (B), g (C), g (D) est un parallélogramme (éventuellement aplati) :

b. Soit (A1, B1, C1, D1) , (A2, B2, C2, D2) deuxparallélogrammes ( −−−→ A1B1 =

−−−−→ D1C1 ,

−−−→ A2B2 =(

−−−−→ D2C2

) .

(On suppose que (A1, B1C1D1) n’est pas aplati), montrer qu’il existe une application affine notée f2 telle que

f2(A1)=A2, f2(B1)=B2, f2(C1)=C2, f2(D1)=D2.

c. Soit A′, B′, C′, D′ les barycentres respectifs de (A1, α1) et (A2, α2), (B1, α1) et (B2, α2), (C1, α1) et (C2, α2), (D1, α1), (D2, α2).

Montrer que ( A′, B′, C′, D′

) est un parallélogramme.

Partie C

Dans ce paragraphe E est un plan affine euclidien orienté, rapporté à un repère

orthonormé direct ( O,

−→ e1 ,

−→ e1

) . À tout point M de E on associe son affixe z.

1. Soit f1 et f2 deux similitudes directes de E. Montrer que f est soit une simi- litude directe, soit une application constante (on pourra utiliser les nombres complexes).

2. f1 et f2 sont deux similitudes directes de même rapport k/ : (k > 0), de même angle θ, de centres respectifs A1 et A2. Montrer que f est la similitude directe de rapport k, d’angle θ et de centre A barycentre de (A1, α1) et (A2, α2) .

3. a. Soit un carré (A, B, C, D) ( −−→ AB =

−−→ DC

) et g une similitude directe. Mon-

trer que (g (A), g (B), g (C), g (D)) est un carré tel que

á(−−→ AB ,

−−→ AD

) =

á(−−−−−−−→ g (A)g (B) ,

−−−−−−−→ g (A)g (D)

) .

Pondichéry 2 avril 1982

Terminale C A. P. M. E. P.

b. (A1 B1 C1,D1) et (A2, B2 C2, D2) sont deux carrés dont la longueur des côtés est non nulle tels que

−−−→ A1B1 =

−−−−→ D1C1 ,

−−−→ A2B2 =

−−−−→ D2C2

et

á(−−−→ A1B1 ,

−−−−→ A1D1

) =

( −−−→ A2B2 ,

−−−−→ A2D2

) .

Montrer qu’il existe une similitude directe f2 telle que

A2 = f2 (A1) , B2 = f2 (B1) , C2 = f2 (C1) , D2 = f2 (D1) .

A′, B′, C′, D′, étant définis comme dans B 3. c. montrer que (A′, B′, C′, D′) est un carré, éventuellement réduit à un point.

N.B. - Pour a. et b. l’usage des nombres complexes est déconseillé.

4. On se donne trois points A1, A2 B distincts.

M1 décrit le cercle de centre A1 contenant B d’un mouvement uniforme tel

que á(−−→

A1B , −−−−→ A1M1

) =ωt (ω 6= 0).

M2 décrit le cercle de centre A2 contenant B d’un mouvement uniforme tel

que á(−−→

A2B , −−−−→ A2M2

) =ωt .

M′ est le barycentre de (M1, α1) et (M2, α2).

Quel est le mouvement deM′ (utiliser la question C 2.) ?

Pondichéry 3 avril 1982

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome