Théorie de calcul - exercitation 11, Exercices de Théorie de calcul
Eusebe_S
Eusebe_S10 April 2014

Théorie de calcul - exercitation 11, Exercices de Théorie de calcul

PDF (38.8 KB)
2 pages
188Numéro de visites
Description
la théorie de calcul - exercitation sur 11 sur l’application bijective. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le plan complexe, la fonction définie sur l’intervalle I.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
POlynesieCjuin1984*.dvi

[ Baccalauréat C Polynésie juin 1984 \

EXERCICE 1 5 POINTS

Soit A, B, C trois points non alignés du plan, et C′ le point défini par −−→ CC′ =

−−→ AB . On

désigne par f l’applicationn affine définie par :

f (A)= A f (B)=B f (C)=C′.

1. Montrer que l’application f est bijective. Déterminer l’ensemble des points invariants par f . Se peut-il que f soit une isométrie ?

Montrer que toutes les droites parallèles à la droite (AB) sont globalement in-

variantes par f .

2. Ondésigne par G l’isobarycentre des points A, B et C et par G′ l’image de G par f .

Exprimer le vecteur −−→ GG′ en fonction du vecteur

−−→ AB .

Montrer que le point G′ appartient à la droite (BC).

3. Soit M un point du plan. Donner une construction géométrique de son image M′ par l’application f .

EXERCICE 2 5 POINTS

Soit P (

O, −→ u ,

−→ v

)

le plan complexe et f l’application de C dans C défmie par :

f (z)= 2z2−2(cosθ+ i sinθ)z− sinθ(sinθ− icosθ)

θ est un réel de l’intervalle [0 ; 2π].

On pose z = x+ iy avec x et y réels et on appelle M l’image de z dans le plan P.

1. Calculer la partie réelle de f (z) en fonction de x et y .

2. Déterminer l’ensemble Γθ des points M de P pour lesquels f (z) est un imagi- naire pur.

On montrera que Γθ est une conique dont on précisera la nature et le centre

θ .

3. Quel est l’ensemble des points Ωθ quand θ décrit [0 ; 2π] ?

4. Représenter Γθ pour θ = 3π

4 et préciser les éléments caractéristiques (foyers,

directrices, ... ).

PROBLÈME 5 POINTS

Aux notations près, les parties A, B et C sont largement indépendantes.

Partie A

Soit f la fonction définie sur l’intervalle I =]−1 ; +∞[ par :

{

f (x) = 1

x ln(1+ x), ∀x 6= 0

f (0) = 1.

1. a. Montrer que la fonction ϕ définie sur I par :

ϕ(x)= x− (x+1) ln(x+1)

présente un maximum absolu en 0.

Le baccalauréat de 1984 A. P. M. E. P.

b. En déduire le signe de ϕ(x) sur l’intervalle I.

2. a. Montrer que f est continue et dérivable en 0 et que l’on a : f ′(0)=− 1

2 .

b. Faire le tableau de variations de la fonction f (on utilisera la question 1.).

c. Dans un plan rapporté à un repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

représenter la

courbe représentative (C ), de la fonction f en prenant pour unité 4 cm.

Partie B

1. a. Montrer que l’équation f (x)− x = 0 admet une unique solution notée α.

b. Donner un encadrement de α dans un intervalle de longueur 10−3 ?

2. On propose, dans cette question, de démontrer que pour tout x > 0, on a ∣

f ′(x) ∣

∣6 1

2 .

a. On considère la fonctionψ définie sur R+ par :

ψ(x)= x− (x+1) ln(x+1)+ x3

2 +

x2

2 .

Calculer ψ′(x) et ψ′′(x) et en déduire le signe de ψ(x) sur l’intervalle

[0 ; +∞[.

b. Montrer queψ(x) et f ′(x)+ 1

2 sont de même signe.

En déduire que, pour tout x> 0, ∣

f ′(x) ∣

∣6 1

2 .

3. On définit par récurrence une suite (un )n∈N par :

{

u0 = 5

un+1 = f (un ) pour toutn ∈N.

a. Démontrer que : ∀n ∈N on a :

|un+1−un |6 1

2 |un un−1| ů

En déduire que : lim n→+∞

|un+1−un | = 0.

b. Démontrer par récurrence que la suite (

u2p )

p∈N est décroissante et que

la suite (

u2p+1 )

p∈N est croissante.

c. Démontrer en utilisant a. et b. que la suite (un )n∈N est convergente et a pour limite α défini au 1. a.

Partie C

Pour tout entier p > 1, on pose : p+l fP

Ip =

p+1

p f (x)dx et Sp =

p

1 f (x)dx.

1. a. Démontrer les inégalités :

ln(p+2)

p+1 6 Ip 6

ln(p+1)

p .

b. En déduire la limite de la suite (

Ip )

p∈N⋆ quand p tend vers plus l’infini.

2. a. Montrer que la suite (

Ip )

p∈N⋆ est décroissante.

b. Exprimer Sp en fonction des Ik .

c. Démontrer que Sp tend vers l’infini quand p tend vers plus l’infini.

Polynésie 2 juin 1984

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome