Théorie de calcul - travaux pratiques 10, Exercices de Théorie de calcul
Eusebe_S
Eusebe_S10 April 2014

Théorie de calcul - travaux pratiques 10, Exercices de Théorie de calcul

PDF (38.5 KB)
2 pages
179Numéro de visites
Description
La théorie de calcul - travaux pratiques sur l’équation d’inconnue complexe z. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Écrire l’équation, Déterminer les solutions.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
EspagneCjuin1986.dvi

[ Baccalauréat C Espagne juin 1986 \

EXERCICE 1 4 POINTS

Soit α un nombre réel appartenant à ] − π

2 ; π

2

[ .

On considère l’équation d’inconnue complexe z :

(E) (1+ iz)3(1− i tanα)= (1− iz)3(1+ i tanα).

1. Soit z une solution de (E).

a. Montrer que |1+ iz| = |1− iz|.

b. En déduire que z est réel.

2. a. Exprimer 1+ i tanα

1− i tanα en fonction de eiα.

b. Soit z un nombre réel ; on pose z = tanϕ où − π

2 <ϕ<

π

2 .

Écrire l’équation portant sur ϕ traduisant (E) et la résoudre.

c. Déterminer les solutions z1, z2, z3 de (E).

EXERCICE 2 5 POINTS

Soit A et A′ deux points distincts du plan, ∆ et ∆′ les droites perpendiculaires à la droite (AA′), respectivement en A et A′, et O le milieu de [AA′]. On pose OA = r . Pour tout point F du segment [AA′], distinct de A et de A′, on note P la parabole de foyer F et de sommet A, P′ la parabole de foyer F et de sommet A′, D la directrice de P et D′ la directrice de P′.

1. Dans cette question F est fixé et on suppose donné un point commun à P et P′.

a. Placer les éléments géométriques précédents sur une figure.

b. Soit H et H′ les projections orthogonales deM sur D et D′.

Prouver que le cercle C de centre M passant par F est tangent à D et D′

aux points H et H′ et que MF = 2r .

Prouver que droites (FH) et (FH′) sont orthogonales ; en déduire que les tangentes à P et P′ au point M sont orthogonales.

c. Prouver que I milieu de [FM] appartient à la médiatrice de [AA′] et que OF2+OI2 = r 2. (On pourra utiliser l’homothétie h de centre F et de rap- port 1/2.)

2. On suppose maintenant que F parcourt le segment [AA′].

a. Prouver que P et P′ se coupent en deux points M1 et M2 symétriques par rapport à la droite (AA′) et indiquer comment on peut construire ces points.

b. À l’aide de 1. c. déterminer le lieu géométrique des milieux I1 et I2 de [FM1] et [FM2].

c. En employant un repère cartésien convenablement choisi, déterminer le lieu géométrique E des points M1 et M2 et placer E sur la figure.

N.B.- On admettra le théorème suivant : Théorème. (admis).

Soit (P) la parabole de foyer F et de directrice (D) ; soit M un point de P et H sa projection orthogonale sur D ; la tangente enM à P est la bissectrice intérieure de l’angle HMF.

Le baccalauréat de 1986 A. P. M. E. P.

PROBLÈME 11 POINTS

Pour tout entier naturel non nul, soit fn la fonction définie sur R par :

fn (x)= x ne−x .

On appelle (Cn) la courbe représentative de fn dans le plan P rapporté au repère

orthonormé ( O,

−→ ı ,

−→

) (unité 2 cm).

1. a. Calculer la dérivée de fn et préciser la valeur de f n(0) lorsque n = 1 puis lorsque n > 2. Dresser le tableau de variations de fn pour n = 1, n pair, n impair supérieur à 1.

b. Montrer que, pour tout n et pour tout x de [0 ; +∞[,

fn (x)6 fn(n)=n ne−n .

c. Représenter sur une même figure (C1) et (C2).

2. Pour tout réel X > 0, on pose

Fn(X )= ∫X

0 fn (x)dx.

a. Déterminer des nombres réels a0, a1, · · · , an tels que la fonction :

Gn : x 7−→ e −x

( anx

n +·· ·+a1x+a0

)

soit une primitive de la fonction fn sur [0 ; +∞[.

b. En déduire l’expression de Fn(X ) en fonction de X et de n.

c. L’entier n étant donné, montrer que Fn(X ) admet une limite In lorsque X tend vers +∞ et que In =n!.

3. On se propose d’encadrer In par une méthode directe, indépendante des ré- sultats du 2.

a. Á l’aide du 1. b., montrer que

∫2n

0 xne−x dx 6 2nnne−n .

b. Montrer que, si x > 2n, (x 2

)n e−

x 2 6nne−n , et que fn(x)6 (2n)

ne−ne− x 2

En déduire que, si X > 2n,

X

2n xne−x dx6 2(2n)ne−2n .

c. Á l’aide de 3. a. et 3. b., majorer Fn (X ) lorsque X > 2n.

En déduire que In 6 2nne−n [ n+

( 2

e

)n] .

d. Montrer, d’autre part, que

(n+1)ne−n−1 6 ∫n+1

n xne−x dx 6 In .

4. Déduire de 3. c. et 3. d. un encadrement de

un = ln In n lnn

n

et déterminer la limite de un lorsque n tend vers +∞.

Espagne 2 juin 1986

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome