Théorie de calcul - travaux pratiques 4, Exercices de Théorie de calcul
Eusebe_S
Eusebe_S10 April 2014

Théorie de calcul - travaux pratiques 4, Exercices de Théorie de calcul

PDF (41.6 KB)
3 pages
111Numéro de visites
Description
La théorie de calcul - travaux pratiques sur le triangle ABC rectangle en A et isocèle. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le plan complexe muni d’un repère orthonormé, les différents tableaux de variation ...
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
AmeriqueSudCnov1986.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Amérique du Sud novembre 1986 \

EXERCICE 1 4 points

Dans le plan P, soit le triangle ABC rectangle en A et isocèle tel que AB = AC = a a est un réel positif. Soitm un paramètre réel.

1. Donner une condition nécessaire et suffisante sur m pour que le système de points pondérés {(A, 2), (B, −1), (C, m)} admette un barycentreGm

2. ConstruireG0 puisG2. Vérifier que G0G2 = 2a

p 2

3 .

3. Déterminer les ensembles suivants :

a. Γ1 = {

M ∈P ; ∥

∥2 −−→ MA −

−−→ MB +2

−−→ MC

∥= ∥

−−→ MA +

−−→ MB +

−−→ MC

}

.

b. Γ2 = {

M ∈P ; ∥

∥2 −−→ MA −

−−→ MB +2

−−→ MC

∥= 2 ∥

−−→ MA +

−−→ MB +

−−→ MC

}

c. Γ3 = {

M ∈ P ; 2MA2−MB2+2MA2 = a2 }

.

On utilisera le fait que Γ3 passe par un point connu.

On dessinera Γ1, Γ2, Γ3.

EXERCICE 2 4 points

Soit P le plan complexe muni d’un repère orthonormé (

O, −→ u ,

−→ v )

.

ÀM(x ; y) on associe son affixe z = x+ iy . Soient les points A d’affixe 1+ i et B d’affixe −3. À un pointM d’affixe z(M 6= A etM 6= B), on associe le ou les pointsM ′, s’ils existent, d’affixes z ′ tels que :

z ′+3 z+3

imaginaire pur et

z ′−1− i z−1− i

réel

1. Donner une signification géométrique de arg z ′+3 z+3

et de arg z ′−1− i z−1− i

.

2. Prouver géométriquement qu’il existe un cercleC du plan tel que siM PC , M ′ existe et est unique. Construire alors M ′ lorsque M est donné.

3. Que se passe-t-il lorsque M ∈C − {A, B}?

PROBLÈME 12 points

Partie A

Soit a ∈ R∗, on se propose d’étudier la fonction numérique d’une variable réelle x définie par

fa (x)= eax 2 .

On appellera (Ca) la courbe représentative de fa dans un repère orthonormal R = (

O, −→ ı ,

−→

)

.

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

1. Donner les différents tableaux de variation de fa suivant les valeurs de a.

2. Tracer (C1) et (C−1).

3. Soit ga la restriction de fa à [0 ; +∞[. Montrer que ga est une bijection de [0 ; +∞[ sur un intervalle Ia que l’on pré- cisera.

Déterminer g−1a .

Discuter suivant les valeurs de a.

Tracer sur la figure la courbe représentative de g−11 et celle de g −1 −1 .

4. Justifier les inégalités :

2x−16 x2 pour tout x ∈Ret

x2 6 3x−2 pour tout x ∈ [1 ; 2].

a. En déduire un encadrement de l’aire comprise entre (C−1) , xx, et les droites d’équation x = 1 et x = 2.

b. Soit I la fonction définie sur R par :

I (x)= ∫x

1 e−t

2 dt .

Montrer que I a une limite finie quand x tend vers +∞ dont on donnera une majoration.

Partie B

On se propose de rechercher les fonctions continues sur R telles que :

g (x+ yg (xy)= (g (xg (y))2 (1)

1. a. Montrer que fa vérifie (1).

b. Montrer que g (0) ne peut prendre que 3 valeurs.

c. Si g (0)= 0, prouver que g est l’application nulle. d. S’il existe x0 ∈R∗ tel que g (x0)= 0, montrer que pour tout n ∈N,

g ( x0

2n

)

= 0.

En déduire que g est la fonction nulle.

e. Si g vérifie (1) et si g n’est pas la fonction nulle, montrer que :

soit g (x)> 0 pour tout x ∈R, soit g (x)< 0 pour tout x ∈R. 2. Soit g une fonction continue sur R vérifiant (1) et telle que g (x)> 0 pour tout

x ∈R. Soit h la fonction définie sur R par h(x)= ln[g (x)]. a. Montrer que h(0)= 0. b. Vérifier que :

h(x+ y)+h(xy)= 2(h(x)+h(y))pour tout (x, y) ∈R2.

c. Montrer que h est une fonction paire.

En déduire que g est aussi une fonction paire.

d. Soit a = h(1). Déterminer h(2), h(3) et prouver par récurrence que :

h(n)= an2 pour tout n ∈N.

Amérique du Sud 2 novembre 1986

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

e. Prouver que h(nx)=n2h(x) pour tout n ∈N et tout x ∈R.

En déduire h

(

1

p

)

pour tout p ∈ N∗ puis h (

n

p

)

pour tout n ∈ N et tout

p ∈N∗. En déduire que h(x)= ax2 pour tout x ∈Q.

f. En admettant que tout nombre réel est la limite d’une suite de nombres rationnels, montrer que h(x) = ax2 pour tout x ∈ R et en déduire l’ex- pression de toutes les fonctions g strictement positives, continues sur R, vérifiant (1).

Amérique du Sud 3 novembre 1986

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome