Théorie de calcul - travaux pratiques 5, Exercices de Théorie de calcul
Eusebe_S
Eusebe_S10 April 2014

Théorie de calcul - travaux pratiques 5, Exercices de Théorie de calcul

PDF (36.6 KB)
2 pages
180Numéro de visites
Description
La théorie de calcul - travaux pratiques sur le plan complexe. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Déterminer et construire l’ensemble des points M. Démontrer que les quatre points O, A0, B0 et ­ sont cocycl...
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
AmiensCjuin1986.dvi

[ Baccalauréat C groupe 1 1 juin 1986 \

EXERCICE 1 4 POINTS

Dans le plan complexe, on considère les points : A d’affixe 1

2 + 1

2 i , B d’affixe 2i.

M est le point d’affixe z, z 6= 1

2 + 1

2 i.

Soit z ′ = z−2i

2z−1− i .

1. Déterminer et construire l’ensemble des points M tels que z ′ soit réel.

2. Déterminer et construire l’ensemble des points M tels que z ′ soit imaginaire pur.

3. Déterminer et construire l’ensemble des pointsM tels que qu’un argument de

z ′ soit égal à 3π

2 .

EXERCICE 2 4 POINTS

Soit un triangle isocèle (OAB) (OA = OB) et un point P variable du segment [AB], P 6= A et P 6= B. La parallèle menée de P à la droite (OB) coupe la droite (OA) en A′ et la parallèle menée de P à la droite (OA) coupe la droite (OB) en B′.

1. Démontrer que OA′ = BB′.

2. En déduire qu’il existe une rotation r telle que r (O) = B et r (A′) = B′ dont on

déterminera l’angle en fonction de l’angle (

−−→ OA ,

−−→ OB

)

.

Démontrer que r (A) = O. Déterminer alors le centreΩ de cette rotation.

3. Démontrer que les quatre points O, A′, B′ etΩ sont cocycliques.

PROBLÈME 12 POINTS

Le but du problème est : – A. L’étude de la fonction g . – B. La détermination d’un encadrement de g . – C. L’évaluation d’une aire et de l’erreur commise.

On considère la fonction numérique g définie su [0 ; 1] par

{

g (t) = (

1−e−t )

ln t pour 0< t 6 1 g (0) = 0

(ln désigne le logarithme népérien.)

A.

1. Démontrer que lim t→0

1−e−t

t = 1.

2. Démontrer que g est continue sur [0 ; 1]. Étudier la dérivabilité de g sur [0 ; 1]

et démontrer pour tout réel t de ]0 ; 1] g ′(t)= e−t

t

(

t ln t +et −1 )

.

1. Amiens - Rouen

Le baccalauréat de 1986 A. P. M. E. P.

3. Soit la fonction numérique f définie sur ]0 ; 1] par

f (t)= t ln t +et −1.

Étudier le sens de variation et les valeurs aux bornes de f ′. Montrer que f

s’annule une seule fois sur ]0 ; 1] un un point t0 (on ne calculera pas t0).

En déduire le signe de f ′ et le sens de variation de f sur ]0 ; 1].

En déduire que f ne s’annule qu’une seule fois sur ]0 ; 1] pour une valeur t1 (on ne calculera pas t1).

4. Terminer l’étude de la fonction g . Tracer sa courbe représentative dans un re-

père orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

(unité = 6 cm). On tracera la tangente à la courbe

au point d’abscisse 0. On admettra que t1 ≈ 0,3.

B. Soit n un entier naturel. On définit sur [0 ; 1] la fonction numérique ϕn par

ϕ0(t)= 1 ; ϕ1(t)= 1− t ; ϕ2(t)= 1− t + t2

2! .

et pour tout n > 2,

ϕn(t)= 1− t + t2

2! +·· ·+ (−1)n

tn

n! .

1. Démontrer que pour tout entier naturel non nul et pour tout réel t de [0 ; 1] ϕ n(t)=−var phin−1(t).

2. On se propose de démontrer que pour tout entier n ∈N et pour tout réel t de [0 ; 1] : ϕ2n+1(t)6 e−t 6ϕ2n(t)

a. Soit Φ etΨ deux fonctions numériques définies sur [0 ; 1], dérivables sur [0 ; 1] telles que Φ(0)=Ψ(0).

Démontrer que si pour tout réel t de [0 ; 1] : Φ′(t)6Ψ′(t) alors pour tout réel t de [0 ; 1], Φ(t)6Ψ(t).

b. Démontrer par récurrence que pour tout entier naturel n et pour tout réel t de [0 ; 1] : ϕ2n+1(t)6 e−t 6ϕ2n(t).

3. Pour tout entier naturel n, déduire de la question précédente un encadrement de la fonction g sur ]0 ; 1] faisant intervenir les fonctions ϕ2n et ϕ2n+1.

C. On considère l’ensemble ∆ des points M du plan de coordonnées (t ; y) dans le

repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

vérifiant 06 t 6 1 et g (t)6 y 6 0.

On se propose de déterminer une valeur approchée de l’aire de ∆.

1. Soit n un élément deN et α un réel tel que 0<α6 1.

On pose

In (α)= ∫1

α

tn ln t dt .

Calculer In (α) en utilisant une intégration par parties. Déterminer la limite de In (α) lorsque α tend vers 0 par valeurs positives.

2. En utilisant le B. 3., donner un encadrement de ∫1

α

g (t)dt au moyen des inté-

grales du type In (α).

En déduire un encadrement de ∫1

0 g (t)dt .

3. Donner en cm2 une valeur approchée par excès de l’aire ∆ à 10−2 près.

Aix-Marseille 2 juin 1986

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome