TP géométrie algorithmique 10, Exercices de Géométrie Algorithmique
Eusebe_S
Eusebe_S10 April 2014

TP géométrie algorithmique 10, Exercices de Géométrie Algorithmique

PDF (41.0 KB)
3 pages
86Numéro de visites
Description
TP de géométrie algorithmique 10 - la rotation de centre A. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Écrire une équation de (P) et dessiner (P). Étudier le sens de variation de g .
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Metropolegr3juin1992.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Métropole groupe 3 1 juin 1992 \

EXERCICE 1 5 points

Dans le plan orienté, ABC désigne un triangle rectangle isocèle en A, avec (−−→ AB ,

−−→ AC

)

= π

2 .

Le point I est le point de concours des bissectrices intérieures du triangle ABC. On

désigne par : rA la rotation de centre A et d’angle π

2 ,

rC la rotation de centre C et d’angle π

4

1. a. Construire le point A′, image de A par rC.

b. Donner la nature et les éléments caractéristiques de l’application com- posée rC ◦ rA (on pourra écrire chaque rotation comme composée de ré- flexions convenablement choisies).

c. Montrer que IA′ = IA et que les droites (IA′) et (AB) sont parallèles.

2. La droite (CI) coupe (AB) en E ; les droites (A′E) et (BI) se coupent en K.

On désigne par hC l’homothétie de centre C et de rapport 1 p 2 ,

par hK l’homothétie de centre K et de rapport − p 2.

a. Déterminer hC(B) et hC(E).

En déduire que −→ BE =−

p 2 −→ IA′ .

b. Quelle est l’image de B par hK ◦hC ?

c. Reconnaître l’application hK ◦hC et en déduire que les points C et K sont alignés avec le milieu M du segment [BE].

EXERCICE 2 4 points

Le plan est rapporté au repère orthonormal direct (

O, −→ u ,

−→ v )

. L’unité graphique est

de 2 cm. On considère la parabole (P) de foyer O et de directrice la droite (D) d’équation x = 1.

1. Écrire une équation de (P) et dessiner (P).

2. Soit M un point de (P), H le projeté orthogonal de M sur (D), I le milieu du segment [OH], A le point d’affixe 1 et B le point d’affixe 2.

Montrer que (−−→ MI ,

−−→ MH

)

= (−−→ HO ,

−−→ HA

)

+, avec k ∈Z.

En déduire que (−−→ MO ,

−−→ MH

)

= (−−→ HO ,

−−→ HB

)

+, avec k ∈Z.

3. On choisit θ ∈ [0 ; 2π[, tel que (−−→ MO ,

−−→ MH

)

= θ+2, avec k ∈Z.

On désigne par z et h les affixes respectives deM et H.

Montrer que zh

z =

h−2

h = eiθ , et que θ est différent de zéro.

En déduire que z = 2

(

1−eiθ )2 .

1. Besançon, Dijon, Grenoble, Lyon, Nancy-Metz, Reims, Strasbourg

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

PROBLÈME 11 points

Soit f la fonction numérique définie sur l’intervalle [0 ; +∞[ par : 

f (x) = lnx

x− lnx si x > 0,

f (0) = −1

(ln désigne le logarithme népérien).

On note (C ) sa représentation graphique dans un repère orthonormal (

O, −→ ı ,

−→ )

.

L’unité graphique est de 2 cm.

Partie A Étude d’une fonction auxiliaire (pour la partie C)

Soit g la fonction définie sur l’intervalle ]0 ; +∞[ par :

g (x)= x− lnx−1.

1. Étudier le sens de variation de g .

2. En déduire que g (x)> 0, pour tout x de l’intervalle ]0 ; +∞[.

Partie B Étude de f

1. Montrer que la fonction f est continue en 0.

Montrer que f est dérivable en 0 : on précisera la valeur de sa dérivée en 0.

2. Calculer lim x→+∞

f (x).

3. Étudier le sens de variation de la fonction f et dresser son tableau de varia- tions.

4. Tracer la courbe (C ).

Partie C Étude d’une primitive de f

On pose, pour tout x> 0 :

F (x)= ∫x

1 f (t)dt .

On ne cherchera pas à calculer F (x).

1. Étudier le sens de variation de la fonction F , sur l’intervalle [0 ; +∞[.

2. Montrer, en introduisant la fonction g de la partie A, que, pour tout t de de l’intervalle ]0 ; 1], on a :

−16 f (t)6 t −1.

Vérifier que cette double inégalité est encore vraie pour t = 0.

En déduire que 1

2 6 F (0)6 1.

3. a. Prouver que pour tout t > 1, on a :

ln t

t 6 f (t).

b. Calculer ∫x

1

ln t

t dt .

En déduire lim x→+∞

F (x).

Métropole groupe 3 2 juin 1992

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

4. On note (un ) la suite définie pour n> 1 par :

un = ∫n+1

n f (t)dt .

a. Montrer que, pour tout n> 3, on a :

f (n+1)6 un 6 f (n).

(on pourra utiliser le sens de variation de f ).

b. Montrer que la suite (un ) converge vers zéro.

5. On pose, pour tout entier naturel n> 2 :

Sn = p=n−1 ∑

p=1 up =u1+u2+u3+·· ·+un−1.

a. Exprimer Sn à l’aide de F .

b. En déduire que lim n→+∞

Sn =+∞.

Métropole groupe 3 3 juin 1992

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome