TP géométrie algorithmique 15, Exercices de Géométrie Algorithmique
Eusebe_S
Eusebe_S10 April 2014

TP géométrie algorithmique 15, Exercices de Géométrie Algorithmique

PDF (39.3 KB)
3 pages
60Numéro de visites
Description
TP de géométrie algorithmique 15 - la mesure de l’angle. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Préciser la nature et les éléments caractéristiques de l’application r ′. En déduire en fonction de m la nature de...
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
PondicheryCjuin1992.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Pondichéry avril 1992 \

EXERCICE 1 4 points

Dans le plan orienté P on considère la figure ci-dessous. Les triangles ABC et ACD sont deux triangles équilatéraux directs

tels que (

−−→ BC ,

−−→ BA

)

= π

3 et

(

−−→ DA ,

−−→ DC

)

= π

3 .

Les points O et I sont les milieux respectifs de [AC] et [AB] et les points L et E sont

tels que −−→ OC =

−→ CL =

−→ LE .

bb

b

b

b

b b

b

O A

B

C

D

L E

I

Soit r la rotation de centre A dont l’angle a pour mesure π

3 , et t la translation de

vecteur −−→ OA .

On note r ′ = r t (composée de t et de r ).

1. a. Quelle est l’image de O par r ′ ?

b. Donner une mesure de l’angle (

−→ IO ,

−→ IA

)

?

c. Préciser la nature et les éléments caractéristiques de l’application r ′.

2. M est un point quelconque du plan, on note N = r (M), J le milieu du segment [EM] et K le milieu du segment [ND].

a. Soit P l’antécédent deM par t . Quel est le milieu du segment [LP ] ?

b. Montrer, lorsque I, J et K sont distincts, que le triangle IJK est équilaté- ral. On pourra utiliser r ′(L) et r ′(P ).

EXERCICE 2 4 points

Le plan (P) est rapporté à un repère orthonormal (

O, −→ ı ,

−→

)

.

On désigne parm un nombre réel et par (Em) l’ensemble des points M du plan (P), de coordonnées (x ; y) vérifiant l’équation :

(m−1)x2+3my2+2(m−14)x+m+3= 0.

1. Déterminer (Em) pour les valeurs particulières m = 0 et m = 1.

2. Pour quelle valeur dem l’ensemble (Em) est-il un cercle ? Préciser dans ce cas son centre et son rayon.

3. Dans cette questionm est un réel non nul et différent de 1.

Soit O′ le point de coordonnées (−1 ; 0).

On notera (X ; Y ) les coordonnées deM dans le repère (

O, −→ ı ,

−→

)

.

Terminale C A. P. M. E. P.

a. Montrer que l’équation de (Em) dans ce repère est :

(m−1)X 2+3mY 2+4= 0.

b. En déduire en fonction dem la nature de (Em).

PROBLÈME 12 points

Partie A

L’objet de cette partie est d’étudier la fonction f définie sur l’intervalle ]0 ; +∞[ par : ln x

f (x)= lnx

x2 + x−1.

OnappelleC la courbe représentative de la fonction f dans le planmuni d’un repère

orthonormal (

O, −→ ı ,

−→

)

dont l’unité vaut 2 cm.

1. a. Étudier sur ]0 ; +∞[ le sens de variation de la fonction g définie par

g (x)= x3−2lnx+1.

b. En déduire que g (x)> 0 pour tout x de ]0 ; +∞[.

2. a. Calculer f ′(x), et démontrer que f ′(x) et g (x) sont de même signe.

b. Déterminer les limites de f aux bornes de son domaine de définition, puis construire son tableau de variations.

c. Démontrer que la droite D d’équation y = x−1 est asymptote à la courbe C .

Étudier la position de D par rapport à C .

d. Écrire une équation de la tangente T à la courbeC au point d’abscisse 1.

3. Placer les droites T et D et construire la courbe C .

Partie B

Soit λ un réel supérieur ou égal à 1.

1. On appelle A (λ) l’aire de la partie du plan comprise entre C , D et les droites d’équations x = 1 et x =λ.

Calculer A (λ). (On pourra utiliser une intégration par parties).

2. Déterminer la limite L de A (λ) quand λ tend vers +∞.

3. Montrer que l’équation :

A (λ)= L

2

est équivalente à l’équation (E) définie par 2lnλλ+2= 0.

4. Prouver que l’équation (E) admet une unique solution a sur [1 ; +∞[.

Vérifier que 5< a < 6.

Partie C

Cette partie va permettre de déterminer une approximation de a. Pour cela, on introduit la suite (un ) définie par u0 = 5 et pour tout n de N, un+1 = ϕ (un ), où ϕ est la fonction définie sur ]0 ; +∞[ par ϕ(x)= 2lnx+2.

1. a. Démontrer que pour tout n de N, un appartient à [5 ; 6].

b. Montrer que la suite (un ) est croissante.

Pondichéry 2 avril 1992

Terminale C A. P. M. E. P.

c. Montrer que la suite (un ) est convergente et que sa limite est égale à a.

2. a. Prouver que pour tout x de l’intervalle [5 ; 6] on a :

ϕ′(x) ∣

∣6 2

5 .

b. En déduire que pour tout n deN :

|un+1−a|6 2

5 |un a| .

c. Démontrer alors que pour tout n deN :

|un a|6

(

2

5

)n

.

3. Déterminer un entier n tel que un soit une valeur approchée de a à 10−3 près.

En déduire alors une approximation de a à 10−3 près.

Pondichéry 3 avril 1992

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome